[Culture] Back to Bach

 

Bach Bossa Nova

Renaissance. Passe ton Bach D’abord n’en est plus à son coup d’essai. Les 5, 6 et 7 juin la 8ème édition de cet évènement aussi joyeux que décalé, entrainera les toulousains dans une déambulation au cœur de la ville à la rencontre de Jean-Sébastien Bach comme ils ne l’auront jamais vu…

« Le plus important c’est de rendre la musique de Bach accessible à tous ». Voilà en quelques mots comment Michel Brun, directeur artistique, résume le festival. « Sous ses aspects de musique savante, les notes de Bach peuvent devenir de la musique populaire et être appréciées par ceux qui ne connaissent rien à la musique classique. » Et pour la rendre accessible, plusieurs astuces pas piquées des vers. Publics et musiciens se retrouvent chaque année dans 30 lieux inattendus ou patrimoniaux : musée, chapelle , bar, librairie, cloitre ou encore cour d’hôtel particulier « des lieux où navigue un public qui ne serait pas forcément allé à la rencontre de la musique classique pour les faire rentrer en contact comme par effraction avec cette musique… » Mais la pédagogie aussi rusée qu’efficace déployée par le festival ne s’arrête pas là : les concerts sont volontairement courts (30 minutes) et les prix modiques, à raison de 6 € le concert quelle que soit la formation et le nombre de musiciens. A noter que les concerts amateurs sont gratuits. Quant au titre de l’édition 2015 « Vers l’infini et l’au-delà », c’est simple : « S’il y a un créateur qui a côtoyé l’infini c’est bien Bach, de par l’ampleur de sa musique -300 cantates- mais aussi de par sa variété et sa profondeur… On voulait exprimer cette idée mais sans être grandiloquent, alors on a choisi de décaler en citant Buzz l’éclair ! » termine le passionné.

« Au-delà de la perruque poudrée »

Au programme donc, les classiques de Bach mais pas que : « On demande à des musiciens de s’emparer de Bach et de le restituer au travers de leur univers. » Cette année quelques pépites sélectionnées avec soin par Michel Brun et Laurence Larrouy, avec notamment comme symbole de l’éclectisme du festival, le groupe de jazz manouche Krachta Valda  « pour une interprétation de Bach totalement ébouriffante ». En clôture du festival l’Ensemble baroque de Toulouse et ses invités interpréteront une cantate du compositeur et inviteront le public de la cathédral Saint-Etienne à chanter le choral final avec eux. Une réussite exemplaire pour ce festival tous publics qui voit sa fréquentation augmenter de 20% chaque année. « C’est une preuve que la musique peut s’interpénétrer et se comprendre… Bach sous cet aspect très austère de la perruque poudrée et de l’habit amidonné parle finalement à tous les styles, il fait pétiller les yeux de tous les musiciens. Il fait l’unanimité et la particularité de sa musique fait que tout est possible.» Pour le cru 2015, 20 000 entrées sont espérées… Et il y a fort à parier que les toulousains ne rateront pas l’heure de l’examen.

Infos pratiques : Les 5, 6 et 7 juin 2015 Passe ton Bach d’abord 8ème édition/Vers l’infini et l’au-delà. Informations au 06.28.02.30.62 www.passetonbachdabord.com

 

Le + : Michel Brun

S’il est devenu musicien « sur le tard » -à 14 ans âge auquel la plupart entrent au conservatoire- Michel Brun le revendique car ce décalage lui a permis comme il le pense de « garder un certaine distance, de rester un peu en marge du monde structuré de la musique classique ». Flutiste à l’origine, il devient rapidement chef d’Orchestre. Particulièrement attiré par le répertoire lyrique il a dirigé de nombreux opéras et fonde en 1998 l’Ensemble Baroque de Toulouse et en 2008 le festival Passe ton Bach d’abord. Il enseigne la flute traversière et la musique de chambre baroque au conservatoire de Toulouse et est membre en tant que flutiste de l’Ensemble Pythagore avec lequel il a enregistré plusieurs disques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.