mardi 26 janvier 2021
Le BQE Pourquoi le plus vieux pont de Toulouse n'est-il pas le Pont-Neuf ?

Pourquoi le plus vieux pont de Toulouse n’est-il pas le Pont-Neuf ?

Malgré son prestige, le Pont-Neuf n’est pas le plus vieux pont de Toulouse. Un titre qui revient à un autre ouvrage plus discret, symbole d’un quartier autrefois sulfureux : le pont de Tounis.

pont Toulouse
Méconnu, le pont de Tounis est le plus ancien de Toulouse © anbenedicte.over-blog.com

Mais quel est donc le plus vieux pont de Toulouse ? Posez la question à un Toulousain. Il y a de fortes chances pour l’entendre répondre qu’il s’agit bien évidemment du Pont-Neuf, avec l’air assuré de celui qui ne se laisse pas berner par cette appellation trompeuse.

Un aîné méconnu

Bien ancrée dans la Ville Rose, cette croyance populaire est pourtant fausse. Ou du moins, pas tout à fait exacte. Car pour être précis, si le Pont-Neuf est bien le plus vieux pont de Toulouse, ce n’est que parmi ceux enjambant la Garonne. En effet, à quelques centaines de mètres à peine de lui, se trouve un autre ouvrage bien plus ancien et pourtant bien moins connu : le pont de Tounis.

Un pont au dessus… d’une avenue

Contrairement à son prestigieux et imposant voisin, l’ouvrage en question ne surplombe pas un fleuve mais… une avenue. Petit et trapu, encastré dans deux rangées d’immeubles, le Pont de Tounis n’a, à première vue, rien de remarquable. Il n’en reste pas moins qu’avec ses 492 berges, il est bien le doyen des ponts toulousains. Précédant même de près d’un siècle ce petit jeunot de Pont-Neuf et ses 388 printemps.

De l’eau a coulé sous le pont

Difficile à imaginer de nos jours mais avant le bitume, c’est bien de l’eau qui a coulé sous le pont de Tounis pendant plus de 400 ans. Jusqu’en 1954, celui-ci servait à traverser un bras de la Garonne appelé la Garonnette pour relier ce qui était alors l’île de Tounis à la rive droite de Toulouse. C’est à cette date qu’il a été décidé d’assécher l’excroissance du fleuve.

Suite à une nouvelle crue dévastatrice, la municipalité de l’époque lançait en effet un vaste plan de canalisation de la Garonne qui incluait également la construction de nouvelles digues. Quelques années plus tard, les voitures pouvaient circuler en lieu et place de l’ancien lit de la Garonnette, sur l’avenue du même nom.

L’histoire tumultueuse de l’île de Tounis

Si le pont de Tounis doit, en quelque sorte, sa désuétude aux caprices de la Garonne, il leur doit aussi son existence. Car c’est pour remplacer un ancien pont de bois, maintes fois emporté par les crues, que les Capitouls décidèrent, au début du XVIème siècle, d’ériger un nouvel ouvrage en brique.

Construit en pente, afin de rattraper un dénivelé de plus de 5 mètres entre l’île et le quartier de la Dalbade, le pont s’est progressivement fait enserrer par de nouvelles constructions. Si bien qu’aujourd’hui, seules deux des trois arches d’origine restent partiellement visibles. Et alors que l’île de Tounis était autrefois une zone industrielle et rebelle, réputée mal fréquentée et sale, le pont du même nom subsiste aujourd’hui dans un quartier tout ce qu’il y a de plus paisible, en toute discrétion.

Nicolas Mathé
Pigiste, il a observé l’actualité pour différents titres de la presse écrite locale et nationale pendant presque 10 ans, avant d’intégrer la rédaction du journal en février 2018 pour se consacrer exclusivement à la quête des solutions de demain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport