Yann David : « Il faudra aller au charbon chaque week-end »

Jadis embêté par des blessures récurrentes, le trois-quarts centre Yann David a retrouvé des sensations avec le Stade Toulousain. Peu en vue dimanche à Montpellier, il revient sur cette semaine mitigée des Stadistes, qui en l’espace de quelques jours, se sont baladés face au Racing Métro (30-6) et ont subi une véritable correction à Montpellier (0-25). Rien d’alarmant d’après l’ancien berjalien.

 

Yann, vous sortez tout juste d’un gros revers à Montpellier. Le moral des troupes en a-t-il pris un coup ?

 

Non, ce n’est pas une défaite qui va nous faire baisser les bras. Nous sommes conscients d’être passés au travers de la rencontre, d’avoir déçu à la fois nos supporters et nos entraîneurs. C’est à nous de mettre les ingrédients pour aborder chaque match avec la même intensité.

 

Sans enfoncer le couteau dans la plaie, comment expliquez-vous cette retentissante défaite ?

 

Ce fut un match très compliqué, face à un adversaire qui s’est bien renforcé cet été, et surtout, qui a bien progressé. Ils ont étouffé notre jeu en nous prenant à la gorge, et en tentant d’exploiter la moindre faille de notre part. On en a débriefé avec le capitaine et avec les coaches. J’ose espérer que cela déclenchera un électrochoc, qui nous permettra de rebondir du bon pied.

 

Convaincant à domicile et peu entreprenant à l’extérieur pour l’instant. A quel niveau situez-vous le potentiel de l’équipe cette saison ?

 

Comme très souvent, on a du mal à démarrer notre saison. C’est la raison pour laquelle nous travaillons comme des dingues à l’entraînement. Il y a de nouveaux joueurs à intégrer, ce n’est jamais facile, mais je ne cherche pas d’excuses. Devant ou derrière, il y a une bonne osmose, le turn-over fonctionne bien entre nous. Il y a de quoi aligner deux équipes compétitives. Nous allons rapidement trouver des solutions et revenir à hauteur au classement. Je ne suis pas inquiet.

 

Deux réceptions se profilent (Biarritz et Castres). Cela représente-t-il un moment charnière qui peut définitivement lancer la saison du Stade Toulousain ?

 

Nous allons tenter de faire le maximum pour repartir de l’avant. Cela ne veut pas dire que nous allons sous-estimer nos prochains adversaires, qui quoi qu’il arrive, viendront tenter un coup à Ernest Wallon. Biarritz galère un peu en ce moment, à nous de profiter de cette faiblesse. Ensuite, concernant Castres, recevoir le Champion de France représente une étape importante dans notre marche à suivre. On jouera à chaque fois pour nous imposer.

 

Vu de l’intérieur, comment jugez-vous ce Top 14 2013-2014 ? Il a l’air encore plus relevé que les saisons précédentes…

 

C’est clair ! Il y a désormais quatorze équipes compétitives, ce qui nous promet un suspense jusqu’à la dernière journée. Chaque week-end, il faudra aller au charbon car plus aucun match n’est gagné d’avance. Les « gros » peuvent tomber à tout moment. C’est pour cela que j’insiste sur le fait que nous devons prendre les matchs les uns après les autres, tout en restant sérieux et impliqués.

 

Avez-vous également envie de vous racheter en H-Cup ?

 

Après l’élimination en poule la saison passée, nous voudrions montrer un tout autre visage. Notre poule (Connacht, Saracens, Parme), n’est pas si facile qu’elle en a l’air. Il faut essayer d’être le plus rigoureux possible, sans penser que les points s’engrangeront tout seuls.

 

D’un point de vue personnel, peut-on dire que vos blessures ne représentent à présent que des mauvais souvenirs ?

 

En rugby, il n’y a jamais aucune certitude, mais j’essaie de mettre toutes les chances de mon côté. Pour l’instant, je bénéficie d’un temps de jeu qui correspond à ce que je cherchais. A présent, je me sens capable d’enchaîner les efforts et de progresser au fil des rencontres.

 

Est-il encore trop tôt pour évoquer un éventuel retour en équipe de France ? *

 

Oui sans doute. Vous savez, il y a du beau monde à mon poste de centre. Du coup, je ne m’en préoccupe pas en ce moment. Si je parviens à devenir plus régulier avec Toulouse, pourquoi pas, mais je n’en fais pas une priorité.

 par Mehdi Djebbari

* Yann compte 4 sélections entre 2008 et 2009



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.