Une nouvelle occasion manquée

En concédant le nul au Stadium samedi dernier face à Lens (1-1) le TFC a manqué l’occasion de revenir tout en haut du classement. Pis que tout, il ne s’est plus imposé à domicile depuis la réception d’Arles-Avignon le 21 août.

 
Il n’y a pas grand-chose à retenir de cette rencontre à vrai dire. Le TFC ouvre le score d’entrée de match, grâce à un penalty transformé par Machado après une faute dans la surface de Yahia sur Didot. En menant d’entrée à domicile face à une équipe reléguable les Violets auraient logiquement dû s’imposer sans souci, et s’offrir une victoire nette et facile. Mais bien sûr cela n’a pas été le cas. Le milieu de terrain s’est montré moins dominateur qu’à l’accoutumée, et Daniel Braaten nous a prouvé une nouvelle fois qu’il n’était en rien un attaquant. Les Lensois ont eu le mérite de faire les efforts pour revenir, et ont préféré se contenter du nul en fermant le jeu en fin de rencontre. Bref, petit match pour un résultat somme toute logique, qui rassure partiellement les Sang et Or et laisse les Toulousains dans le flou.
Depuis le départ d’André-Pierre Gignac et la blessure de Xavier Pentecôte la même question se pose match après match : quid de l’attaque toulousaine ? Trois joueurs différents se sont relayés en pointe, pour autant d’insuccès jusqu’à présent. Néanmoins celui qui semble posséder le plus d’arguments est Federico Santander, un vrai attaquant (contrairement à Braaten) capable de peser sur une défense (contrairement à Tafer). Il pourrait de nouveau avoir sa chance ce week-end à Nice ; espérons qu’il la saisisse, car le TFC souffre cruellement du manque d’un buteur. On peut d’ailleurs regretter que le club n’ait pas pu (ou voulu) prendre un attaquant plus expérimenté, connaissant la Ligue 1 et qui aurait pu guider la jeune attaque toulousaine. Certes le TFC s’était positionné sur Nolan Roux ou Emmanuel Rivière (pas vraiment des joueurs d’expérience, mais deux grands espoirs du poste proposant plus de vécu que Yannis Tafer), mais leurs clubs respectifs n’étaient logiquement pas vendeurs.

En panne de buteur

Depuis deux mois quand le TFC joue bien, il ne gagne pas (notons que quand il joue mal il ne gagne pas non plus), le match à Sochaux mis à part – encore que la victoire a surtout souri à l’équipe la plus réaliste, pas la plus joueuse. Alors certes le TFC reste dans le premier tiers du tableau, et surtout tente d’offrir un jeu plus attrayant que celui proposé la saison passée – ce qui n’est à vrai dire pas difficile. Mais sans véritable attaquant tous ces efforts semblent vains, d’autant que les milieux de terrain souffrent parfois d’inconstance, et que le groupe n’est par ailleurs pas très élargi – on l’a vu contre le PSG. En attendant le retour de Pentecôte (pour peu qu’il retrouve son niveau de jeu dès son retour, ce qui est loin d’être évident) il faut espérer que Santander s’impose devant, tant il semble improbable de tenir la saison avec le seul Braaten en pointe.
La rencontre entre Marseille et Rennes ayant été reportée pour cause de terrain impraticable (la preuve qu’il ne pleut d’ailleurs pas qu’en Bretagne), ce sont les Brestois qui réalisent la très bonne opération de la journée en s’imposant 2-0 face à Saint-Etienne, ces derniers marquant terriblement le pas depuis quelques journées. Brest leader, même provisoirement, on ne s’y attendait pas vraiment : saluons donc le très bon travail effectué par l’entraîneur Alex Dupont et son groupe, ainsi que par les dirigeants dont le président Michel Guyot, qui ont tout fait pour conserver la colonne vertébrale de l’équipe de la saison passée, et qui ont su se montrer malins dans leur recrutement. Brest, ou l’anti Arles-Avignon, en quelque sorte.
Sorti de Brest, rien de notable dans les résultats de la dernière journée. Les positions restent toujours aussi serrées, les séries de trois victoires consécutives se faisant très rares. Notons donc qu’Auxerre se réveille enfin et se met à digérer sa participation en Ligue des Champions, que Monaco, attendu plus haut, est maintenant reléguable et qu’Arles-Avignon a de nouveau chuté, cette dernière fois du côté de Lorient. L’Olympique Lyonnais a de son côté toujours autant de mal à tenir son rang, et ce n’est pas sa lourde défaite en coupe d’Europe 4-3 à Benfica (après avoir été mené 4-0) qui va lui redonner confiance. Jean-Michel Aulas a renouvelé son soutien à Claude Puel (tout en se rapprochant du vestiaire), mais cette situation sera-t-elle durable encore bien longtemps ? Quand les Lyonnais souffrent, les Lyonnaises, elles, cartonnent : la section féminine de l’OL se balade en championnat, tout comme en coupe d’Europe. Les Toulousaines sont plus en difficulté, avant-dernières du classement, mais elles viennent de s’offrir leur première victoire de la saison.

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.