Un marathon nature et high-tech

Cette deuxième édition est placée sous le signe du développement durable et la mise en place d’un système de géolocalisation à la pointe de la technologie.
 


Avec plus de 3 000 coureurs et un public amené à participer en masse, l’enjeu du Marathon du Grand Toulouse est pour les organisateurs de préserver au maximum l’environnement du parcours. C’est pourquoi l’édition 2008 est placée sous le signe du développement durable avec un itinéraire pensé à partir des accès aux transports en commun. «Nous allons inciter les gens à utiliser les transports collectifs ou le covoiturage pour se rendre sur le parcours», explique Régine Lange, en charge du développement durable à la communauté d’agglomération. «Les marathoniens bénéficieront d’un ticket aller-retour bus-métro.» Autres engagements des organisateurs : ajustement du nombre de bouteilles d’eau, mise en place d’un village éco-conçu, utilisation de matériaux recyclés, tri sélectif au cœur du village par une entreprise d’insertion, gestion du son, donation de denrées alimentaires non utilisées, partenariat pour la récupération de vêtements… Cette démarche éco-responsable devrait logiquement interpeler les athlètes, à l’image de Sophie Duarte : «Nous avons la chance en tant que coureur de s’entraîner dans des lieux naturels. C’est un bonheur de profiter d’un air pur et de beaux paysages. Il faut préserver ces valeurs.» L’expérience de ce Marathon devrait permettre au Grand Toulouse d’élaborer une charte pour tous les prochains grands événements organisés dans l’agglomération.

Mais ce retour à la nature va s’accompagner du recours aux technologies de pointe par le biais de trois entreprises (Magellium, Sud Partner et CS communication & Systèmes) qui auront la charge de suivre 3 équipes de relayeurs, 2 coureurs handisport et 1 marathonien à l’aide d’un bracelet muni d’une balise miniature. «Il faut montrer que Toulouse est bien la ville de l’espace !», prévient Pierre Cohen. Il sera donc possible de suivre la course sur des écrans situés dans le village place du Capitole avec un positionnement évoluant en temps réel et retranscris dans un univers en 3D. Cette application permettra également d’évaluer les performances de chacun avec la prise en considération des caractéristiques physiques ou d’indicateurs environnementaux. Toulouse jouera donc la carte de l’innovation tout en conservant son naturel !

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.