Un de chute pour le TFC

La réception du PSG avait valeur de test pour les Violets. Défait 1-3 au Stadium dimanche dernier, le TFC n’a pourtant rien pu faire face aux fulgurances de Javier Pastore et de ses coéquipiers. De son côté, le Stade Toulousain s’est incliné en ouverture de la saison à Bayonne.

 
Si ce match contre le PSG était d’importance pour le TFC, il en était de même pour les joueurs d’Antoine Kombouaré, lesquels jusqu’à présent n’avaient pas encore réalisé une seule prestation collective cohérente lors de leurs premières rencontres de la saison. Car au-delà de la victoire et des bonnes performances individuelles de joueurs comme Kévin Gameiro, Jérémy Ménez ou Javier Pastore, ce qu’a réussi à démontrer le PSG, du moins en deuxième période, c’est qu’il était capable d’avoir une vraie force collective et une véritable cohésion tactique. Auteurs d’une première mi-temps correcte qui leur a permis de mener 1-0 (but d’Etienne Capoue sur corner), les Violets ont fini par céder, trop fatigués de courir après le ballon, trop obnubilés par Javier Pastore, trop marqués physiquement par les appels incessants de Kévin Gameiro. A 1-1 à deux minutes de la fin du temps réglementaire, le match aurait pu se terminer sur un score de parité, mais le PSG tenait à s’offrir une première victoire probante cette saison, et Javier Pastore, déjà passeur décisif sur le but de l’égalisation de Gameiro, en réalisait une dernière pour Mevlut Erding. Le troisième but en contre (signé Jérémy Ménez), superbe dans sa réalisation, ne donnait que plus de relief à la très belle deuxième mi-temps réalisée par les Parisiens. De bon augure pour ces derniers pour la suite de la saison, même si le plus difficile reste à venir. Le TFC peut néanmoins nourrir quelques regrets, ayant fait jeu égal avec le PSG en première période avant de s’écrouler par la suite. Défendant trop bas, exploitant mal les contres, les Violets n’ont pas mis une seule fois en danger le portier parisien, qui n’aura ainsi rien eu à faire à part chercher une fois le ballon dans ses filets.

Toujours les mêmes points négatifs

Comme trop souvent ces deux dernières saisons, l’attaquant de pointe s’est trouvé trop isolé ; Umut Bulut a en effet joué plus de ballons aériens qu’il n’en a touché à terre. Etienne Capoue, peu aidé en cela par Antoine Devaux, s’est essoufflé à force de courir après le ballon et de suivre Javier Pastore dès que ce dernier avait le cuir en sa possession. Sur les côtés, Franck Tabanou et Paulo Machado n’ont pas eu leur rendement habituel, et Moussa Sissoko s’est montré trop brouillon. Quant à la défense, elle a souffert face à Kévin Gameiro, incontestablement le meilleur attaquant du championnat – avec, dans un rôle très différent, le Lyonnais Lisandro Lopez. Un point positif, ou plutôt deux : pour son premier match, Jean-Daniel Akpa-Akpro s’est montré intéressant, remplacé lors des vingt dernières minutes par Pavle Ninkov qui a ainsi disputé ses premières minutes sous le maillot toulousain. Malgré ce mauvais résultat, avec sept points, le TFC aura réussi son début de saison, même si ses deux victoires ont été acquises face à deux promus. Et vu le nombre encore important de blessés, il est évident qu’aujourd’hui les choix d’Alain Casanova restent réduits au moment de bâtir son onze. Pas d’inquiétude à avoir pour l’instant, même si le TFC, quoique bien classé, doit probablement avoir un peu de mal à se situer dans ce championnat pour le moment.
Un mot enfin sur le Stade Toulousain, défait 18-13 lors de la première journée de Top 14 sur la pelouse de Bayonne. Une défaite somme toute logique, mais pas infamante pour le champion de France en titre, qui repart tout de même de son déplacement au Pays Basque avec le point du bonus défensif. Amputé de ses internationaux et comptant de nombreux blessés à l’avant, comme Daan Human ou Jean Bouilhou, le Stade va devoir compter sur ses lignes arrières jusqu’à la fin de la Coupe du Monde. Heureusement, les Rouge et Noir disposent de nombreux éléments d’importance à l’arrière, et d’un point de vue égoïste, on ne peut que se réjouir que Clément Poitrenaud, Yannick Jauzion ou Florian Fritz n’aient pas été retenus par Marc Lièvremont. Ce dimanche à Gerland, face au LOU, le Stade Toulousain aura à cœur de lancer au mieux sa saison et, on l’aura compris, cela passera certainement par une belle performance des lignes arrières.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.