TFC ; Une saison en demi-teinte

Tour à tour en haut puis en bas du classement, le TFC a joué avec les nerfs de ses supporters avant de conclure finalement la saison à la huitième place.

 
Tout avait bien démarré pour les Violets. Quatre victoires lors des quatre premières journées, un démarrage fulgurant auquel personne ne s’attendait et qui a permis aux Toulousains d’occuper la première place du championnat jusqu’à la sixième journée. Et pourtant le supporter toulousain avait de quoi se montrer dubitatif à l’orée de cette saison 2010-2011. André-Pierre Gignac venait de quitter le club pour rejoindre le champion en titre, à savoir l’Olympique de Marseille, et nul ne savait si le TFC pourrait rebondir sans celui qui était son meilleur buteur depuis deux saisons. Pour compenser son départ les dirigeants toulousains ont ainsi fait venir au club deux jeunes attaquants, arrivés sous forme de prêt : le Lyonnais Yannis Tafer et le Paraguayen Federico Santander. Tous deux âgés de dix-neuf ans, beaucoup d’incertitudes planaient sur le rendement de ces deux internationaux espoirs. Au final, si le second a joué plus souvent que le premier nommé, les deux ont globalement déçu. Yannis Tafer n’est (n’était ?) sans doute pas encore apte à évoluer en Ligue 1, du moins pas en tant que titulaire, et se montre encore trop individualiste dans son jeu. Quant au Paraguayen, si l’on peut louer sa générosité, ses performances ont été trop timides pour occuper seul le poste d’avant-centre titulaire. Xavier Pentecôte aurait dû occuper ce poste, mais sa saison s’est malheureusement trouvée vite écourtée suite à une blessure contractée à Bordeaux, et ce dès la deuxième journée du championnat. Ainsi nous avons pu voir Daniel Braaten occuper l’avant-poste à plusieurs reprises, sans grand succès toutefois. L’attaque du TFC aura ainsi posé quelques problèmes cette saison, et a symbolisé les limites du club, qui a souffert d’un manque de réalisme dans les zones décisives, en attaque donc mais aussi en défense.

 

Que les violettes refleurissent

Il faut dire que le TFC n’a pas été épargné par les blessures cette saison. Sans même parler du cas dramatique de Yohann Pelé, dont on ne sait s’il pourra reprendre sa carrière un jour, de nombreux joueurs ont subi des interruptions suites à des blessures. Ainsi Alain Casanova a souvent dû composer avec les absents pour bâtir son équipe. Et cela s’est ressenti au classement, lorsque le TFC luttait pour ne pas descendre en fin de saison. Il aura ainsi fallu attendre l’avant-dernière journée et une victoire à domicile face à Bordeaux pour que les Violets obtiennent leur maintien. Et comme il n’existe plus de ventre-mou dans ce championnat, une dernière victoire à Brest leur a même permis de finir à la huitième place ! Il est ainsi difficile de juger la saison du TFC. Le jeu de l’équipe a souvent été plus animé et entreprenant que la saison précédente, mais les résultats ne furent pas souvent au rendez-vous. L’attaque fut en berne et la défense, perturbée il est vrai par les blessures, s’est montrée moins imperméable que ce dont elle nous avait habitués. Si la saison du TFC ne mérite ainsi qu’une note moyenne, quelques annotations positives accompagnent la copie. Ainsi les meilleurs espoirs de l’équipe se sont mis en valeur, et plusieurs clubs européens tournent déjà autour de Franck Tabanou, Cheikh M’Bengué ou Etienne Capoue. Il en va de même des jeunes gardiens Marc Vidal et Ali Ahamada, titulaires tour à tour en fin de saison. Enfin le jeu des Violets a globalement été plus plaisant qu’auparavant, l’équipe ne souffrant plus de la dépendance à son attaquant, même si le réalisme ne fut pas au rendez-vous. De quoi se montrer optimiste pour la saison prochaine ? A condition que le mercato se révèle bien mené, on peut le penser. Un attaquant est bien entendu attendu, la défense doit être en partie recomposée et il faut aussi régler le cas du gardien de but. Beaucoup de chantiers en perspective donc, mais les supporters du TFC peuvent légitimement espérer une équipe encore plus compétitive la saison prochaine.

Romain Janer



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.