TFC ; Un nul encourageant pour les Violets

Le TFC n’a certes pas battu Lille au Stadium dimanche dernier, mais a certainement disputé contre les Dogues son meilleur match de la saison. S’ils reculent d’une place, les Toulousains restent sur le podium.

 
S’il est une vérité concernant les Violets depuis quelques rencontres, c’est qu’ils mettent toujours autant de temps à rentrer dans leurs matchs. C’était le cas à Monaco et à Boulogne, et c’était également le cas dimanche dernier face à Lille. Comme en Coupe de la Ligue, ils étaient menés au score avant d’entamer la seconde mi-temps. Et là encore, ils ont su égaliser sans malheureusement marquer ce second but tant espéré, Antoine Devaux répondant à l’ouverture du score signée Gervinho. Un nul qui n’est certes pas une bonne opération sur un strict plan arithmétique, mais un résultat qui prouve que le TFC peut rivaliser avec les meilleures équipes de ce championnat, notamment au milieu de terrain où le TFC a globalement maîtrisé son adversaire d’un soir. Ce match contre Lille est d’ailleurs certainement le plus abouti depuis le début de saison ; c’est du moins ce que pense Alain Casanova : «C’est peut-être le meilleur match que l’on ait fait jusqu’à maintenant. On a eu une excellente maîtrise collective, des enchaînements de grande qualité, on s’est créé un certain nombre d’occasions». On lui donnera raison dans l’ensemble, même si l’on peut regretter que le certain nombre d’occasions dont parle l’entraîneur toulousain ne corresponde pas vraiment à de réelles chances de but. Mickaël Landreau, le portier lillois, n’aura pas eu tant de travail que cela ; il aura néanmoins réussi la parade du match, en se détendant superbement sur une belle tête de Moussa Sissoko en première mi-temps.
Federico Santander a joué environ une heure, Yannis Tafer la demi-heure restante : aucun des deux n’a su trouver la faille, malgré de bonnes intentions. L’international espoir paraguayen est en progrès, combine mieux avec ses partenaires et réussit quelques déviations de la tête intéressantes, mais il manque de lucidité dans la finition. Le jeune espoir français prêté par Lyon démontre quant à lui une belle qualité technique, mais son jeu reste brouillon. Faut-il dès lors s’inquiéter de ne pas les avoir encore vus inscrire leur premier but ? Réponse du coach toulousain : «Aujourd’hui il ne leur manque qu’une seule chose c’est de marquer un but pour se libérer et avoir confiance dans leurs moyens». Rappelons également qu’ils n’ont que dix-neuf ans, et ne sont au club que depuis un mois à peine. Nul doute qu’ils ont encore besoin de temps, ils ne sont tous deux qu’à l’aube de leur carrière, et effectivement leur confiance grandira lorsqu’ils inscriront leur premier but.

 


Les Lyonnais en danger

Si sur le papier, la série actuelle du TFC indique un certain ralentissement dans la trajectoire de l’équipe, sur le terrain la tendance est à une nette amélioration du jeu. Comme le remarque Alain Casanova : «Ce qui est paradoxal par rapport à nos résultats actuels c’est que l’on est dans une période très intéressante». Effectivement le TFC déploie un jeu très intéressant en ce moment, se créant plus d’occasions que lors des quatre premières journées, tout en n’arrivant plus à s’imposer. Certes, sans leur faire injure, on peut penser que les oppositions lilloise ou stéphanoise sont plus conséquentes que celles de Brest ou d’Arles-Avignon. Il n’empêche que si le groupe toulousain semble toujours serein, il serait de bon ton de s’imposer avant que le doute ne commence à ronger les esprits. Avec Rennes et le PSG au programme lors des deux prochaines journées, les Violets se voient offrir de nouveau deux belles équipes ; Rennes est actuellement deuxième du championnat et le PSG semble être parti sur de bonnes bases cette saison, ayant en apparence trouvé une défense-type et comptant dans son effectif Nenê, très efficace depuis le début de saison. Les Toulousains, troisièmes après sept journées, auront à coeur de poursuivre leurs progrès dans le jeu, en s’imposant si possible de nouveau pour espérer rester le plus longtemps possible sur le podium.
Du côté des autres clubs, si Marseille commence à monter en puissance, il n’en est pas de même pour Lyon, plongé dans une crise que le club rhodanien n’avait pas connue depuis près de quinze ans. En perdant le derby face aux Stéphanois, toujours leaders du classement, ils sont tombés à la dix-huitième place ! Claude Puel est ainsi plus que jamais menacé, même si Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, a déclaré vouloir attendre le 23 octobre et la dixième journée du championnat pour faire le point sur la situation du coach lyonnais. Ce sera néanmoins difficile pour l’entraîneur rhodanien de résister à la pression des supporters, qui dans leur grande majorité souhaitent ardemment son départ. Néanmoins son groupe reste (pour le moment) solidaire, mais il n’a visiblement plus le droit à l’erreur, tant en championnat qu’en Ligue des Champions. Cela dit, Jean-Michel Aulas préférant construire sur la durée, ce qui est tout à son honneur, il n’est pas dit que lui trouver un remplaçant sera chose aisée. Petit aparté : si l’on avait dit aux joueurs d’Arles-Avignon qu’ils ne seraient qu’à cinq points des Lyonnais après sept journées, ils auraient certainement signé tout de suite ! Mais toujours derniers avec aucun point inscrit, la galère semble pour eux devoir durer encore longtemps.

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.