TFC ; Un de chute pour les Violets

Les Toulousains ont concédé leur première défaite de la saison contre l’AS Saint-Etienne mais restent néanmoins en tête du championnat. Réaction attendue à Monaco ce week-end.

 
On se doutait bien que le TFC ne resterait pas invaincu durant toute la saison. On se doutait moins que la première défaite aurait lieu au Stadium, même contre des Stéphanois visiblement très motivés par leur déplacement sur la pelouse du leader. Le résultat est néanmoins d’une logique implacable, tant les Toulousains ont été en deçà de leurs performances habituelles par rapport à leur début de saison, surtout en première mi-temps. Et comme c’est trop souvent le cas dans de telles rencontres qui voient revenir des anciens de la maison (jurisprudence PSG oblige), ce sont deux ex-Toulousains qui ont joué un bien mauvais tour à leur ancienne équipe. Un centre parfait d’Albin Ebondo pour la tête de Laurent Batlles a ainsi suffi aux Verts pour s’imposer par la plus petite des marges.
Cette défaite va nous permettre de savoir quel est le réel potentiel du TFC, car il faudra que les Violets se reprennent dès ce week-end contre l’AS Monaco, invaincu depuis le début de saison. Rien d’anormal que de rater un match de temps en temps ; il est plus inquiétant de ne pas pouvoir réagir. Or à ce niveau-là, on peut être partiellement rassu-ré par la deuxième mi-temps des Toulousains. Certes ils n’ont pas réussi à revenir au score, mais du moins se sont-ils procurés quelques occasions. Federico Santander, rentré à la pause, n’a pas pu peser sur les débats, question d’adaptation sans nul doute, mais on a pu mesurer d’ores et déjà tout son potentiel athlétique, notamment dans le domaine aérien. Cette défaite pourrait servir de piqûre d’alerte pour le groupe d’Alain Casanova, et ainsi garder tout le monde mobilisé pour les prochaines échéances. Car si les Toulousains savent très bien qu’ils ne joueront pas le titre cette saison, il n’est pour autant pas interdit d’avoir de l’ambition. Il ne fallait pas que cet excellent début de saison (jusqu’au week-end dernier) fasse naître un certain relâchement au sein du groupe, qui aurait pu être trop vite grisé par les bons résultats initiaux.

 


Quatre rencontres, quatre tests

Hormis la défaite, le TFC a aussi reçu une mauvaise nouvelle samedi dernier avec la blessure de Cheikh M’Bengue, absent pour au moins un mois. C’est Franck Tabanou qui, comme à son habitude, devrait le remplacer sur le couloir gauche de la défense. Le jeune ailier toulousain est tout à fait capable d’occuper le poste, il l’a prouvé dans le passé, mais c’est une force offensive dont Alain Casanova devra se passer en attaque. Au rayon des bonnes nouvelles, Yohann Pelé a enfin repris la compétition en évoluant avec la réserve ; il pourrait être titularisé à Monaco pour la première fois de la saison. La dernière interrogation reste une nouvelle fois celle du buteur. Daniel Braaten a certainement évolué pour la dernière fois à la pointe de l’attaque contre Saint-Etienne ; il a été replacé dans le couloir droit à la mi-temps avec l’entrée en jeu de Santander. C’est ce dernier qui devrait prendre sa succession devant, mais il faudra encore du temps pour que le jeune Paraguayen trouve tous ses repères et parvienne à bien combiner avec ses partenaires. Il n’y a donc encore aucune certitude pour les Violets à ce niveau-là, et pourtant les deux saisons qui les ont vus se qualifier pour une coupe d’Europe ont été en (grande) partie réalisées par la présence d’un attaquant en très grande forme – Johan Elmander puis André-Pierre Gignac. Yannis Tafer, tout aussi intéressant soit-il, n’est pas taillé pour occuper seul la pointe de l’attaque toulousaine ; il faudra donc que Federico Santander réponde favorablement aux attentes placées en lui, sans quoi le TFC aura du mal à peser offensivement, même si par ailleurs les milieux offensifs ont de nouvelles responsabilités par rapport aux dernières saisons et sont (enfin) autorisés à tenter plus souvent leur chance que par le passé.
Les quatre prochaines journées du championnat devraient donc faire figure de révélateur sur la valeur réelle des Violets. Après le déplacement en Principauté ce week-end, le TFC accueillera Lille, se rendra à Rennes et recevra le PSG. Avec entre-temps un déplacement à Boulogne pour le compte de la Coupe de la Ligue. Quatre rencontres comme autant de tests, contre quatre équipes qui font office d’outsiders plus ou moins sérieux pour le championnat cette saison. Si au soir du 16 octobre, après leur rencontre face aux Parisiens, les Toulousains sont dans le premiers tiers de tableau, ils pourront envisager une belle saison et voir ainsi leur objectif (qui est de terminer en milieu de classement) à la hausse. Car d’ici la mi-octobre des équipes comme Marseille et Lyon, avec la reprise cette semaine de la Ligue des Champions, devraient avoir retrouvé le haut du tableau – à défaut des toutes premières places – et il sera plus facile pour les autres équipes de se situer au sein de cette Ligue 1 cette saison. Car pour l’instant tout reste ouvert, en bas comme en haut (même si Arles-Avignon semble bien parti pour tenter de battre le triste record de défaites consécutives établi par Grenoble la saison passée), et les quatre semaines qui viennent, permettront à toutes ces équipes d’affiner leurs objectifs pour cette saison. En attendant, le TFC reste pour l’instant toujours seul leader du championnat, avec un point d’avance sur le Stade Rennais, et même si ce n’est pas là l’essentiel, cela reste toujours plaisant de se savoir numéro un pour au moins encore une journée.

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.