TFC; Les objectifs des Violets

Pour ne pas couper à la tradition, Olivier Sadran a fait part à la presse de ses désirs pour la saison prochaine, à quelques jours de la reprise du championnat. Petit tour de pelouse des engagements pris par le club toulousain et des obstacles qu’il faudra franchir.

 
«Globalement, les objectifs n’ont pas changé.» Même lieu, mêmes interlocuteurs, même président qui se montre évasif sur les ambitions de son club. L’an dernier à la même époque, Olivier Sadran avait tenu le même discours face aux journalistes : «Nous pensons avoir la potentialité pour être entre la 15ème et la 5ème place.» Le TFC version 2009-2010 jouera donc une fois de plus le maintien et advienne que pourra : «On a envie comme l’année dernière de jouer toutes les compétitions, que ce soient la Coupe d’Europe, la Coupe de la Ligue, la Coupe de France ou le Championnat. On essaiera de faire bonne figure partout. Mais les ambitions ne se programment pas, elles se réalisent. Nos ambitions ne sont pas molles, on a juste envie de faire mieux chaque année.»

Avec 39 millions de budget et Gignac

Et pour cela, Olivier Sadran compte sur un budget de 39 millions d’euros, soit une somme plutôt faible pour la quatrième ville de France. D’ailleurs, le TFC n’a pas fait de recrutement choc cette année, la plus grosse arrivée étant celle du portugais Paulo Machado. «Le recrutement a été mûrement réfléchi, ce qui ne garantit en rien sa réussite. Il est cohérent par rapport à certaines lacunes que nous avions et il est potentiellement terminé. Il n’y aura recrutement que s’il y a plusieurs départs encore.» Mais le budget sera consacré en grande partie à la masse salariale des joueurs, de quoi rassurer et retenir l’atout maître des Violets, André-Pierre Gignac. Le meilleur buteur de Ligue 1 la saison passée restera vraisemblablement sous les couleurs du TFC alors qu’Olivier Sadran a tenu à clore le dossier d’un potentiel transfert vers Lyon : «Beaucoup de choses ont été dites. Malgré ce que j’ai lu, André-Pierre Gignac s’est vraiment comporté avec beaucoup d’affection pour le Toulouse Football Club. Il n’a jamais renié ses convictions premières. L’épisode est clos»… pour le président toulousain. Mais Jean-Michel Aulas n’a peut-être pas dit son dernier mot.

 

Booster la fréquentation du Stadium

D’autant plus que Sadran, même s’il conserve son attaquant vedette une année de plus, pourrait se retrouver dans l’impasse en 2010 s’il ne parvient pas à rendre son club plus populaire : «Quand vous avez 23 ans et que beaucoup de choses se passent autour de vous, cela peut devenir compliqué. Après avoir discuté avec lui, une seule chose m’a marqué. Il m’a dit : J’ai envie de jouer devant 30 000 personnes !». Or le TFC fait rarement stade comble à l’occasion des rencontres à domicile. La faute à des tarifs trop élevés pour les matchs de gala ? A un désamour pour le football dans une région hautement rugbystique ? A une absence d’ambiance dans les tribunes ? Ou encore à un manque de régularité et de spectacle de la part de l’équipe ? Dans tous les cas, Olivier Sadran est remonté et prévient les supporters : «Si Midi-Pyrénées et Toulouse ont envie d’avoir un grand club de football, il faudrait peut-être y penser en dehors du café du commerce et de la télévision. La phrase d’André Pierre est la phrase d’un amoureux du football. Mais je suis un peu dans l’impasse et si on n’arrive pas à améliorer la fréquentation, cela va devenir un handicap car les grands joueurs ont envie d’évoluer dans un stade plein.»

L’Euro 2016 en ligne de mire

Le salut pourrait venir de l’organisation par la France de l’Euro 2016. Elus et acteurs sportifs ont déjà fait part de leur détermination à moderniser le Stadium en vue de l’accueil de plusieurs rencontres : «On peut décemment imaginer aujourd’hui que l’on peut agrandir le Stadium à 40 000 places aux normes UEFA et qu’il puisse servir à de nombreux événements pour Toulouse à l’horizon 2013-2014», confie Olivier Sadran. Le public sera-t-il pour autant au rendez-vous ? Un grand coup du TFC l’année prochaine dans l’une des nombreuses compétitions auxquelles il participe pourrait lui donner un nouveau souffle…

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.