TFC : A Nice, ça glisse…

Après avoir marché sur l’eau, voire surfé sur la vague cet été, le Toulouse FC retombe dans ses habituels travers et il en est ainsi chaque saison à l’orée de l’hiver. En perdant timidement dimanche dernier à Nice (0-1), le club violet continue tranquillement à s’enfoncer au milieu d’un ventre mou bien inconfortable en Ligue 1.

 

Toulouse digère mal le podium

En soi cette défaite n’est pas si grave (le TFC pointe à la 9e place à 6 points du 1er), néanmoins elle symbolise un certain coup de mou que traversent actuellement les joueurs bien amoindris par les absences diverses. A quelques jours de la réception de Lyon le leader surprise de la Ligue 1, il devient urgent de réagir. Si Étienne Capoue et Moussa Sissoko sont désormais des éléments importants en équipe de France, ils peinent à confirmer en club. Ils ne sont pas les seuls. Peu importe le secteur de jeu, le collectif tout entier d’Alain Casanova accuse le coup physiquement, tel un revers de la médaille qui survient bien trop tôt dans la saison. Wissam Ben Yedder le buteur, Etienne Didot le passeur, Franck Tabanou le dribbleur, même Aymen Abdennour le guerrier et Ali Ahamada le gardien providentiel, ne sont pas épargnés par les prestations de piètre facture.

 

Jouer un quart d’heure ne suffit pas

L’entraîneur a beau minimiser les carences actuelles d’un groupe pourtant bien rôdé, ses propos ne font que mettre en exergue l’arbre qui cache la forêt. Le TFC ne gagne plus depuis quatre matchs, pire il perd à chaque fois : «Nous encaissons encore un but sur coup de pied arrêté, domaine qui nous fait toujours défaut. Cette fois nous avons touché deux fois les montants niçois, le match nul eut été plus logique. Nos adversaires nous ont proposé un affrontement, ils nous sont rentrés dedans et malgré notre timidité offensive, j’ai retrouvé la discipline et la rigueur chez mes joueurs», analysait-il dimanche. Dos au mur, obligé de composer en fonction des absences sur blessure (Tabanou et Abdennour manquaient à l’appel), il fait face à une pénurie d’alternatives fiables.

Si Steeve Yago et Jean Daniel Akpa-Akpro font le boulot défensif de manière irréprochable, les Toulousains ont du mal à enchaîner sans leur capitaine Jonathan Zébina*, recruté justement pour pallier les excès de naïveté d’un club souffrant d’inexpérience et de roublardise. Sur les quatre-vingt-dix minutes dans les Alpes Maritimes, techniquement il n’y avait aucun problème. Nice a su juste trouver la faille, comme Lille, Bordeaux, Ajaccio l’ont fait ces dernières semaines. Mené 1-0 à un quart d’heure du terme, Toulouse a réagi, trop tard malheureusement.

 

Ahamada en plein doute

Zébina sur le flanc, les cadres physiquement souffrants, il devient impossible de deviner la composition que Casanova alignera au match suivant. Dimanche, excepté Pavle Ninkov titulaire à son poste d’arrière droit, les trois autres coéquipiers de l’ersatz de défense mise en place, n’évoluaient pas à leur poste (dont Capoue). Reconnue comme solide et souvent imperméable si l’on s’appuie sur l’exercice précédent, les statistiques ne plaident plus en la faveur du récent passé (16 buts encaissés pour le moment). Même le gardien espoir Ali Ahamada, s’est retrouvé au placard à la suite de plusieurs contre-performances, remplacé par le valeureux Olivier Blondel. Un signe fort envoyé par un staff en détresse, alors que tout allait bien avant ce match anodin de Coupe de la Ligue à Lille. Casanova avait alors, décidé de reposer quelques cadres laissant ses plus jeunes s’exprimer. Il aura réussi au contraire, à stopper une excellente dynamique de dix-neuf points obtenus en dix rencontres (1,9 point par match). Depuis, zéro pointé en trois rencontres, de quoi en perdre son latin.

 

Lyon : idéal pour se relancer

Le TFC malgré tout ça, demeure en embuscade et peut remonter au classement en effectuant une série. Dimanche, Lyon débarquera auréolé d’un statut vacillant de leader. En effet, les Rhodaniens ont profité d’une méforme générale et vraisemblablement passagère (PSG, Marseille, Lorient, Lille, Toulouse). Ils se sont positionnés là, priant très fort pour que cela dure un maximum, tout en montrant une volonté de jouer certaine. Lors des six dernières venues au Stadium, l’Olympique Lyonnais n’a jamais marqué le moindre but (4 défaites et deux nuls). Vexés, devant leur public, les Toulousains savent donc quoi faire, s’ils veulent garder la tête haute et le minimum d’ambition qui va avec.

 

TFC – Lyon : dimanche 25 novembre à 17 h au Stadium municipal

 par Mehdi Djebbari

* Jonathan Zébina a été blessé au dos et à la cheville. Il pourrait être aligné contre l’OL

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.