Rugby à XV De nouvelles règles, encore et encore

Suite à l’approbation de l’International Rugby Board, les règles du rugby ont à nouveau changé pour cette saison. Pour favoriser le jeu, pour dynamiser les sorties de balle lors des regroupements, pour garantir le spectacle, pour la sécurité des joueurs… toutes les raisons sont évoquées, reste que l’on commence à s’y perdre ! Petite piqûre de rappel pour améliorer la lecture du jeu en ce début de saison du Top 14.

 

«Nous avons été pénalisés car il y a eu une incompréhension avec M. Poite (l’arbitre de la rencontre opposant le Stade Toulousain au Castres Olympique, le 17 août dernier). Je croyais qu’on avait cinq secondes une fois qu’il a dit «jouer» alors que c’était cinq secondes après que le ballon est digéré et visible», s’expliquait Thierry Dusautoir, capitaine du Stade Toulousain. Si même les joueurs ne s’y retrouvent plus, comment les spectateurs et téléspectateurs peuvent-ils extraire une bonne compréhension d’une telle mêlée de règles ? Soit dit en passant, il semble aberrant que les rugbymen, eux-mêmes ne saisissent pas les changements effectués. Les instances qui légifèrent auraient-elles mal fait passer l’information ou les nouveautés s’enchaînant trop vite, saison après saison, restent-elles trop fastidieuses à assimiler ? En tous les cas, l’IRB a validé une série de nouveaux règlements de jeu visant à rendre plus rapides les transmissions de balle. Mais, en plus de semer le trouble parmi les joueurs français, ces règles ne seront pas appliquées en même temps dans les deux hémisphères. Pour le nord, les essais sont d’ores et déjà effectifs, tandis que les équipes du Sud ne les intègreront qu’en janvier 2013. Autant dire que les joueurs argentins, sud-africains, néo-zélandais… évoluant en hémisphère Nord en club et honorant des sélections internationales dans un même temps, vont en perdre leur rugby. Et que dire des rencontres internationales, des tests-matchs… Cela promet un bel imbroglio ! Même les arbitres arrivent à s’y tromper. Pour preuve lors des matchs de la 2e journée de Top 14 le week-end dernier. Les commandements étant passés de «flexion, touchez, stop, entrez» à «flexion, touchez, jeu», les hommes au sifflet ont dû s’y reprendre à deux fois avant d’annoncer la phrase magique permettant l’entrée en mêlée.

 

Les nouveautés

 

Au total, ce sont huit règles qui ont été modifiées, à savoir cinq concernant le jeu et deux ayant trait au recours à la vidéo et au management. En premier lieu, dans un ruck, le ballon devra être utilisé dans les cinq secondes de sa libération. L’arbitre indiquera «jouez le ballon» et pourra accorder une mêlée à l’équipe adverse si ce n’est pas le cas. Cette règle, chère à Thierry Dusautoir, devrait permettre de dynamiser la sortie des balles lors d’une mêlée ouverte. Ensuite, concernant la touche, elle pourra être jouée à n’importe quel endroit entre le point où est sorti le ballon et la ligne d’en-but de l’équipe qui joue la touche. De même, quand le ballon sort en touche suite à un en-avant, l’équipe bénéficiaire pour choisir une touche (rapide ou pas) avec alignement à l’endroit où le ballon est sorti ou une mêlée à l’endroit où la passe ou l’en-avant a été fait. Ceci devrait donner une alternative aux équipes faibles dans ce secteur du jeu, ce qui n’est pas au goût de celle qui le domine. Autre nouveauté, une équipe qui obtiendra une pénalité ou un coup-franc suite à une faute dans l’alignement pourra désormais bénéficier d’une touche, en plus de la mêlée, du coup de pied ou du jeu à la main. En ce qui concerne les transformations, elles devront être tapées dans un délai d’une minute trente à partir du moment où l’essai a été accordé, contre un délai d’une minute à partir de la pose sur le tee. Il va falloir accélérer ! Tout est mis en œuvre pour garantir le moins de temps morts possible, pour assurer le spectacle… Mais les joueurs tiendront-ils la cadence car les «temps de flottement» dans le jeu permettent également aux joueurs de se replacer, voire de reprendre leur souffle.

Du côté de la vidéo, les arbitres préposés au petit écran pourront être consultés pour des incidents sur le terrain ayant mené à des essais. Sur le banc, les entraîneurs auront droit à huit remplacements, le 23e homme devant être, obligatoirement, un première ligne. Mais ces deux derniers changements ne seront mis en place qu’en novembre 2012, lors de matchs internationaux.

A chacun de s’y retrouver !

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.