Rugby à XIII ; Le TO en stage commando au 8ème RPIMa de Castres

La semaine dernière (mercredi 13 et jeudi 14 janvier), le groupe professionnel du TO XIII et son encadrement est parti en stage “commando” au centre d’entraînement du 8ème RPIMa (Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine) de Castres. Le préparateur physique du TO, Julien Lehuby, nous résume cette expérience…

 
Le rendez-vous avait été fixé à 7h30 mercredi dernier, sur le parking d’un hypermarché de Castres. Le sergent chef Goram attendait l’équipe toulousaine de pied ferme pour les conduire au centre d’aguerrissement du 8ème RPiMa basé à La Garrigue (à côté de Castres).
Après une présentation succincte avec les sergents chef Dupont et Goram, le groupe a été directement mis dans l’ambiance avec pompes, courses, transport de tronc d’arbres, jeux de groupes, “ramping” dans la boue ou sur des partenaires en guise d’échauffement… départ à 2 000 km/h !
Petite pause pour présenter le matériel de sécurité (baudrier, casque, longe et mousqueton) avant d’attaquer en 2 groupes le parcours d’obstacles collectif, lestés de sacs de combat (lourds), de faux fusils (lourds aussi) et de caisses de munitions (très lourdes !). Au programme : échelle de pneus de 3-4 mètres de haut, parcours dans des tunnels dans le noir le plus profond, franchissement d’un terrain miné par enchaînement de poutre à 2-3 mètres du sol à l’aide d’une petite poutre en bois, mur de 3 mètres, parcours en rampant dans la boue sous les barbelés et enfin extraction d’un silo de 4 mètres à l’aide de pyramide humaine, corde à nœud et “ramping” sur câble métallique…

Du physique, il en fallait !

Toutes ces épreuves ont bien entendu été réalisées avec toutes les charges de départ ! Claustrophobie, vertige et efforts extrêmement éprouvants furent au rendez-vous…
Pour le déjeuner, c’est la distribution des rations de combat : une boîte avec le nécessaire pour le déjeuner, le dîner et le petit déjeuner du lendemain (une sacrée surprise avec du mini barbecue, des potages lyophilisés,…).
Après avoir “englouti” le repas en tout juste 10 minutes, départ pour demi heure de footing dans un décor magnifique mais boueux, neigeux et surtout vallonné. A l’arrivée, c’est en fait le départ… d’une course d’orientation de 10 km dans des pentes intéressantes ! Avant le départ, l’instructeur annonce que les meilleurs des “bleus” entrant à l’armée l’ont fait en 1 heure une semaine auparavant.
Bilan : plusieurs équipes à moins de 60 minutes, avec c’est vrai quelques égarés.
Le soir arrive, retour au campement, mise d’effets secs, direction le hangar qui nous servira de dortoir, petit cours sur les explosifs suivi du repas (frugal !) et mise en place des lits de camp et des sacs de couchage, sans oublier d’empiler les couches de vêtements en prévision d’une nuit froide… qui sera surtout bruyante !
A minuit et demi, réveil surprise avec sirène, cris, explosions… et départ pour une mission en équipe de nuit : le but est d’infiltrer un lieu pour le miner et en repartir sans se faire repérer par la garde. Après un peu plus de 2 heures, tout le monde est de retour au campement et tente de s’endormir sous des bourrasques de vent donnant l’impression que des dizaines de personnes frappent en permanence sur les tôles du hangar.
Au réveil (vers 7 heures), il fallut s’attaquer au rangement du hangar et au nettoyage de tout le matériel utilisé la veille, avant de prendre la route de Toulouse exténué, épuisé mais heureux !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.