Montauban; Une école de catch en préparation

Passionné de sports de combat et récent champion de France vétéran de lutte ouzbèke, Jean-Claude Petitti souhaite monter sa propre école de catch sur Montauban.

 
«Il y a un réel engouement pour le catch aujourd’hui mais les jeunes ne trouvent aucune école et beaucoup font n’importe quoi. De plus, la France n’est pas très bien organisée. Tout cela est trop ringard.» C’est le constat dressé par Jean-Claude Petitti sur une discipline alliant condition sportive et spectacle et qui séduit de plus en plus de têtes blondes. Ce passionné de sports de lutte de 38 ans, président de l’Académie montalbanaise de combat-défense, a donc décidé d’offrir un cadre sérieux à tous les amateurs de catch de la région. «Je possède toutes les techniques de lutte et de défense. Je suis très rigoureux et ne laisse rien au hasard car les compétiteurs doivent posséder une condition physique irréprochable», prévient le taulier montalbanais. Après un premier essai fructueux durant l’été, Jean-Claude Petitti organise un stage de catch le 2 septembre prochain à 14h, au gymnase du collège Ingres. Par la suite, il devrait ouvrir une école de catch organisée en plusieurs groupes d’âge et de poids et ouverte à tous à partir de 6 ans.

 

Un grand gala en 2010

L’objectif affiché est d’éduquer tous ceux qui voudraient imiter les fameux Undertaker ou Big Show mais également d’organiser d’ici 2010 une véritable «bataille royale» : «Il s’agit d’un gala de catch avec de nombreux compétiteurs qui entrent sur le ring chacun leur tour, toutes les deux minutes. Le but est de faire passer son adversaire par-dessus les cordes. Le dernier encore présent sur le ring a gagné.»

 

En attendant, Jean-Claude Petitti ne manque pas de projets. Il ambitionne d’étendre son cours de cardio-fitness, basé sur des mouvements de lutte, à la région toulousaine. Cette approche inédite est déjà un succès à Montauban et les curieux peuvent la découvrir le 2 septembre à partir de 19h, toujours au gymnase du collège Ingres. Plus personnellement, le sportif aguerri prépare avec impatience les prochains championnats du monde de lutte-belt (ou lutte à la ceinture où l’on doit projeter son adversaire au sol, sur le dos) à Tachkent (Ouzbékistan). Car outre le challenge que Jean-Claude Petitti s’est promis de relever en ramenant une médaille d’Asie centrale, ces Mondiaux représentent une belle opportunité de financement pour tous ses projets. Employé d’une biscuiterie, il avoue «prendre sur son argent personnel» pour assurer le bon fonctionnement de son école. «Mais ce qui compte, c’est la passion», conclut le lutteur. «Depuis l’âge de 10 ans, je ne vis que pour ces sports qui mêlent larmes, joie et sueur.»

Sophie Orus

Pour tous renseignements sur l’école
de catch ou les cours de fitness :
06 98 35 81 26


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.