Ligue 1 ; Un championnat indécis

Le championnat de ligue 1 qui redémarre ce week-end promet d’être à nouveau particulièrement disputé, en bas comme en haut. Lille devra batailler ferme pour pouvoir conserver son titre, et les places européennes, tout comme celles synonyme de maintien, seront chères.

 

 Peut-on désigner un favori pour le titre de champion de France ? A priori, citer le champion en titre, à savoir le Lille OSC, devrait couler de soi. Seulement voilà, sur la ligne de départ au moins deux autres équipes se dégagent du lot : le Paris SG et l’Olympique de Marseille. A l’intersaison, les Lillois ont en effet perdu l’un de leur meilleur joueur en la personne de Gervinho (parti à Arsenal) ain-si que leur défenseur central Adil Rami (à Valence). Si son recrutement semble bien pen-sé (Marko Basa pour remplacer Rami, Dimitri Payet pour Gervinho, ainsi que Benoît Pedretti), il est difficile pour le moment d’affirmer que le LOSC sera aussi compétitif que la saison passée. Les Marseillais ont eux bouclé rapidement leur mercato (mê-me si à l’heure où sont écri- tes ces lignes, une incertitude pèse encore sur la présence ou non de Lucho Gonzalez), et Didier Deschamps a renforcé son groupe avec de bons joueurs de Ligue 1 (Jérémy Morel et Morgan Amalfitano) et un international qu’il courtisait déjà l’année dernière, l’ex-Bordelais Alou Diarra. Reste à connaître le potentiel offensif de l’équipe, un secteur délicat l’an passé. A ce titre la révélation de la dernière saison André Ayew sera particulièrement attendue : s’il confirme tous les espoirs placés en lui, le titre ne sera pas loin pour les Marseillais. Reste le cas du Paris SG : racheté par un fonds Qatari (Qatar Sports Investment) à l’intersaison, le club de la capitale ne semble plus évoluer sur la même planète que ses camarades de Li-gue 1. Plusieurs dizaines de millions d’euros ont déjà été dépensées cet été afin de bâ-tir une équipe capable de rivaliser sur la scène européen-ne avec les meilleures formations du continent. Sont en- tre autres ainsi arrivés au Camp des Loges Kévin Gameiro, Nicolas Douchez, Mo-mo Sissoko, Jérémy Ménez ou encore Blaise Matuidi, et à l’heure où sont écrites ces lignes l’Argentin Pastore serait tout près de signer avec le club francilien pour environ 45 millions d’euros ! Un recrutement royal qui ferait du PSG le favori logique, sauf que la logique dans le sport… Néanmoins si tout ce beau monde se règle collectivement, cela pourrait faire très mal. A condition qu’il n’y ait pas de problèmes dans le vestiaire ; un danger qui guet-te chaque équipe qui connaît un tel chamboulement en quelques semaines.

Incertitudes en haut comme en bas

Si L’Olympique Lyonnais a perdu de sa superbe, le club de Jean-Michel Aulas reste néanmoins une valeur sûre du championnat. Emmenés cette saison par Rémi Garde, les Lyonnais auront à coeur de se racheter auprès de leurs supporters. Leur ambition principale devrait surtout être de se qualifier pour la Ligue des Champions. La liste des équipes qui devraient jouer les accessits et viser avant tout une qualification en Li-gue Europa est saison après saison toujours plus importante. Citons néanmoins le Stade Rennais, le FC Sochaux, l’AS Saint-Etienne, voir les Girondins de Bordeaux, le FC Lorient ou le Montpellier HSC. Mais également le Toulouse FC, qui semble s’être intelligemment renforcé à l’intersaison. Bref, les places seront chères. L’incertitude plane également en bas de tableau, où le maintien devrait être encore très disputé cette saison. Les trois promus s’apprêtent bien entendu à défendre leur place en Ligue 1 ; ils peuvent y croire, d’autant qu’ils se sont tous bien renforcés et possèdent même, à l’instar d’E-vian-Thonon-Gaillard, quel- ques ambitions pour les saisons à venir et les moyens qui vont avec. Des équipes habituées ces dernières saisons à jouer en bas de tableau, comme l’AS Nancy- Lorraine ou le Valenciennes FC, s’apprêtent a priori une fois encore à disputer la cour-se au maintien. Il en sera certainement de même pour les Brestois, d’autant que l’on dit souvent que la deuxième saison en Ligue 1 est généralement la plus difficile. Quoi- qu’il en soit, dans un championnat qui semble avoir per-du son ventre mou, le verdict final ne devrait être rendu qu’à la dernière journée. Et il n’est pas invraisemblable que des équipes attendues en haut se retrouvent en bas, et vice-versa. Du spectacle et de l’incertitude, a priori un bon cocktail pour passer une belle saison.

Romain Janer



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.