Les temps sont durs

Des basketteuses du TMB aux volleyeurs des Spacer’s en passant par le TFC, la semaine passée a de nouveau été difficile, voire cruelle dans le cas des footballeurs. Retour sur une semaine à oublier.

 
Mais une fois n’est pas coutume, commençons ce tour d’horizon par du rugby et de la Pro D2, pour avoir des nouvelles des Columérins. Autant le dire tout net, elles ne sont pas bonnes. En recevant Aix-en-Provence, principal rival dans la course au maintien, Colomiers avait une belle opportunité de prendre de la distance vis-à-vis des Aixois. Peine perdue, la faute à un collectif défaillant et à un flagrant manque de réussite de leur buteur maison, quand l’arrière aixois convertissait lui quatre de ses cinq premières tentatives. Ainsi au terme d’un match insipide (aucun essai inscrit), les Columérins s’inclinaient 12-18, et ce n’est pas le point du bonus offensif qui allait réchauffer les coeurs. Avec un calendrier ardu d’ici la fin de saison (quatre réceptions, et non des moindres, pour cinq déplacements) et un moral touché suite à cette défaite, Colomiers va devoir mettre les bouchées doubles pour espérer poursuivre l’aventure en Pro D2 la saison prochaine.
En se rendant chez le leader tourangeau pour le compte de la 18ème journée, les volleyeurs des Spacer’s savaient très bien que la mission s’annonçait très compliquée. Au final, victoire logique de Tours trois sets à zéro, avec le meilleur marqueur toulousain bloqué à dix points. Heureusement dans le même temps leurs principaux rivaux pour le maintien se sont tous inclinés, ce qui permet aux Toulousains de rester premier non reléguable devant Nice et Saint-Quentin. Prochain rendez-vous en championnat ce samedi avec la réception de Tourcoing, qui vient de créer la surprise en s’imposant au tie-break face à Sète. De leur côté, les basketteuses toulousaines se sont de nouveau inclinées, cette fois face à Mondeville 53-74. Les journées se suivent et se ressemblent donc pour le TMB, qui ne baisse pourtant pas les bras et essaye à chaque match de faire son maximum.

 


Le TFC ne méritait pas ça

Tout comme au match aller, les Violets du TFC ont copieusement dominé leurs adversaires d’un soir, en l’occurrence les Rennais. Mais tout comme au match aller, ils se sont inclinés. Un premier but en toute fin de première mi-temps sur un coup-franc de Yann M’Vila (avec au passage une faute de main de Marc Vidal), un second sur un penalty de Victor Hugo Montano (avec au passage une sortie sur blessure de Vidal ; une soirée cauchemardesque pour le jeune portier toulousain) ; entre-temps les Toulousains avaient réduit le score suite à un très bon travail de Franck Tabanou, mais qu’importe. C’est toujours le même refrain, le manque de réalisme offensif des Toulousains leur coûte de nombreux points. Federico Santander a de nouveau fait parler de lui par son activité incessante, mais au final il ne se procure pas une seule occasion. Une barre transversale de Tabanou, un poteau de Moussa Sissoko : quand ça ne veut pas… Les Rennais ont eux aussi eu deux ou trois occasions, mais vue la manière dont ils ont été dominés dans le jeu, leur victoire paraît néanmoins être de l’ordre du hold-up. Ce week-end les Toulousains se rendront au Parc des Princes, pour une rencontre qui s’annonce encore plus compliquée.
Qualification en revanche des Violettes pour le prochain tour du Challenge de France, après leur victoire aux tirs-aux-buts sur la pelouse de Nîmes. Après un match fermé (0-0 au coup de sifflet final) dû à une équipe nîmoise (évoluant en deuxième division) bien regroupée et efficace en défense, les Toulousaines ont su puiser dans leurs réserves pour s’imposer finalement 1-4 et poursuivre leur chemin.

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.