Les Spacer’s en danger

Une nouvelle fois battus, les volleyeurs toulousains sont aujourd’hui en grand danger en Ligue A. Du côté du TFC, on joue bien mais on perd, triste refrain des dernières journées.

 
On aurait aimé que les Spacer’s tiennent mieux le choc face à Tourcoing. Las, défaits trois sets à zéro sans être en mesure d’inquiéter ne serait-ce que durant un seul set leurs adversaires, les volleyeurs toulousains n’ont pu que constater l’écart de niveau entre les deux équipes. Résultat des courses : Toulouse est aujourd’hui en grand danger pour son maintien en Ligue A. Car dans le même temps son rival numéro un, à savoir Nice, s’est imposé trois sets à un à Saint-Quentin sur le parquet du dernier de la classe. Une course à distance est ainsi lancée entre Toulouse et Nice pour savoir quelle sera la malheureuse formation qui accompagnera Saint-Quentin à l’étage inférieur. Le calendrier des Niçois semble à cet égard plus défavorable que celui des Toulousains, ces derniers recevant ainsi Saint-Quentin lors de la dernière journée mais surtout Nice le vendredi 11 mars pour une rencontre qui s’annonce d’ores et déjà capitale. Les Spacer’s restent maintenant sur une abominable série de sept défaites d’affilée qu’il serait bon d’interrompre au plus tôt. Pourquoi pas dès ce samedi, avec un déplacement à Montpellier ? Contre l’actuel cinquième de Ligue A la tâche s’annonce néanmoins ardue, mais pas plus que pour Nice qui de son côté s’apprête à recevoir Sète.
Sans transition, un petit mot de rugby pour faire le point sur une autre opération maintien : celle des Columérins en Pro D2. Or une semaine après sa piètre prestation face à Aix-en-Provence, Colomiers s’est bien ressaisie en obtenant le nul 22-22 contre Grenoble, équipe candidate à la montée en Top 14. Solides en mêlée et formant de nouveau un collectif digne de ce nom, les Columérins ont tenu la dragée haute à des Grenoblois ambitieux et semblent ainsi requinqués et prêts à se battre pour leur maintien en Pro D2. Dans le même temps, les Aixois se sont imposés face aux Dacquois 28-13, ces derniers récupérant aux premiers la place non enviable de premier reléguable. Colomiers devra ainsi combattre jusqu’au bout, mais à la vue de leur dernière rencontre l’on peut se montrer plus optimiste que la semaine dernière.
Notons enfin qu’en handball, les Toulousains ont profité de la Coupe de France pour se refaire une santé en éliminant Ivry 30-21 et ainsi s’offrir un quart de finale à la maison.

 

Le TFC donne le bâton pour se faire battre

Le TFC a perdu (2-1) au Parc des Princes de la même manière qu’il a concédé la victoire aux Rennais une semaine auparavant. Souvent dominateurs dans le jeu, les Violets sont en ce moment incapables de concrétiser leurs temps forts et souffrent d’un cruel manque de réalisme dans les zones de vérité, aussi bien en attaque qu’en défense. Un penalty raté de Paulo Machado et deux buts évitables plus tard, le TFC avait déjà quasiment perdu la rencontre à la mi-temps. La réduction du score par Franck Tabanou suite à une mésentente entre Sylvain Armand et Apoula Edel ne pouvait qu’amplifier encore un peu plus les regrets toulousains au coup de sifflet final. Seules satisfactions de la rencontre : le retour de Matthieu Valverde dans les buts (où il a tenu son rang correctement, ne pouvant rien faire sur les buts parisiens) et la bonne performance d’Etienne Capoue, un peu moins en vue ces derniers temps mais très précieux dimanche dernier. On pourrait même citer la bonne rentrée de Yannis Tafer, bien plus en vue qu’un Federico Santander une nouvelle fois inexistant. Ces derniers résultats sont ainsi fort rageants, car depuis la reprise le TFC joue bien, de mieux en mieux même, mais paradoxalement prend de moins en moins de points et se retrouve aujourd’hui onzième, relativement loin des places européennes qui pouvaient être un objectif envisageable il y a de cela quelques journées. Prochaine rencontre pour les Violets ce samedi avec la venue de Sochaux au Stadium, pour enfin concrétiser leurs bonnes dispositions dans le jeu par une victoire probante ?

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.