Les Golfs adoptent la «green attitude»

Le week-end dernier, la 4e édition du FestiGolf a envahi les parcours toulousains. L’événement proposait des initiations gratuites, des animations et des débats. Organisé par la société NGFGolf qui gère quatre golfs du pays toulousain, le FestiGolf 2012 a accueilli des amateurs comme des novices sur les parcours de Téoula, la Ramée et des étangs de Fiac durant 6 jours.

Les golfs ont plutôt mauvaise presse concernant «l’environnement». La question travaille les exploitants. NGFGolf ne fait pas exception et a organisé un débat sur le thème : «Golf, un poumon vert dans la ville». Serges Boutes, responsable du comité environnement NGFGolf, a présenté le travail engagé pour l’obtention de la certification «Golf Ecodurable». Délivré par l’organisme Ecocert, ce label créé il y a un an impose 70 exigences sur 10 domaines d’application (eau, sol, biodiversité, air, bruit…). «Le référentiel se veut évolutif pour permettre aux prétendants de mettre en place progressivement les mesures» explique Philippe Thomazo le directeur d’Ecocert. La taille d’un golf varie de 10 à 60 hectares. 50% de la surface sont dédiés au jeu, les 50% restants sont des espaces naturels. Par exemple, à Téoula, seul golf labellisé en Haute-Garonne, sur 60 hectares, 10 seulement sont gazonnés. «En faisant le parcours, le golfeur découvre la biodiversité et peut voir des ruches» argumente Serges Boutes. Pour Pierre Lasfasgues, Président de la Fédération Française de Golf, ce travail ne fait que commencer. En 2013, la Fédération et les golfs participants rendront public le bilan de cinq ans de consommation d’eau sur les greens ainsi qu’un inventaire de la biodiversité.

 

Marie-Agnes Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.