Le TOXIII en Angleterre… quand même ?

La Super League, ce ne sera pas pour cette année. Mais le Toulouse Olympique XIII ne désespère pas et retentera sa chance
dans deux ans, même si la perspective d’intégrer la seconde division anglaise dès 2009 est alléchante.
 


La décision est tombée par mail la semaine dernière, claire et sans appel : le Toulouse Olympique XIII ne participera pas à la Super League l’année prochaine. Après une année à remuer ciel et terre pour trouver de nouveaux partenaires et monter un dossier digne de ce nom, la déception est palpable du côté du club toulousain même si l’encadrement relativise : «Nous sommes forcément déçus car nous avons assisté à une grosse implication des institutions et des partenaires financiers. Mais nous savons que ces efforts vont nous servir pour le futur», confie Jean-Michel Beauclou, chef de projet Super League du TO. Et de constater, lucide : «On savait que la candidature allait être difficile et que, sportivement, nous n’avions rien à amener aux Anglais. Il faut être réaliste.»

C’est d’ailleurs le plan sportif qui a pêché selon la National Rugby League, organisateur du championnat anglais. Mais pour le club toulousain, la décision finale va bien au-delà de la simple considération sportive : «Il s’agit d’une décision politique. Les Anglais ont préféré privilégier des équipes anglo-saxonnes au fort poids historique. La présence des Dragons Catalans, en Super League depuis deux ans, nous a peut-être desservis, même si le club de Perpignan nous a apporté une aide précieuse dans le montage de notre Business Plan. Les Anglais s’interrogent sur la capacité de la France à fournir suffisamment de joueurs de talent pour évoluer en Super League.»

 

De la Super League à la Ligue One

Outre le chauvinisme anglais, c’est aussi tout le problème du manque de visibilité du rugby à XIII français outre-Manche qui a sérieusement handicapé le TO. Mais la RFL (Rugby Football League) a tout de même proposé un lot de consolation au club toulousain : la possibilité de participer à partir de février 2009 à la Ligue One, l’équivalent de la seconde division du championnat anglais. «Cette proposition est très intéressante, d’autant plus que la RFL financerait la moitié de nos voyages en Angleterre. Mais nous allons devoir remonter un Business Plan et recommencer à démarcher des partenaires. La Ligue One pourrait nous coûter un peu plus cher que la Super League», explique Jean-Michel Beauclou. Mais cette perspective demeure un challenge pour le TO et un véritable tremplin vers l’élite du rugby à XIII : «Je suis persuadé que nous avons la capacité de mobiliser le public sur des rencontres spectaculaires. De toute façon, la RFL considère qu’il s’agit du passage obligé pour se mettre à niveau sportivement et retenter sa chance en Super League.»
En effet, si le TOXIII accède à la seconde division anglaise, il sera forcé de remonter un dossier de candidature dans deux ans, les championnats outre-Manche ne fonctionnant pas sur le système de promotion-relégation. Dans tous les cas, il reste au club toulousain le défi du championnat Elite français, d’autant plus que les projets de rénovation du Stade des Minimes est en bonne voie. L’Angleterre n’est donc pas si loin pour Toulouse, à condition de se remettre très vite au travail. La Super League dans deux ans ? «Wait and see !», conclut Jean-Michel Beauclou.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.