Le Toulouse Handball en danger

La défaite du THB à Paris place les Toulousains en position de relégables à dix journées de la fin du championnat. Une réaction est vite attendue. De son côté, le TFC perd encore deux nouveaux points à domicile.

 
Avec seulement 3 victoires en 16 journées (pour un nul et 12 défaites), la situation sportive du Toulouse Handball n’est pas des plus enviables. La dernière défaite en date est d’ailleurs particulièrement frustrante parce que la victoire était pleinement envisageable, comme le suggère le score étriqué (32-31) de la rencontre. Oui mais voilà, il manquait encore au THB ces petits riens qui font toute la différence. Une performance collective qui aurait pu être plus aboutie, par exemple. Mais aussi quelques performances individuelles en demi-teinte, à l’image d’un Kabengelé maladroit ou d’un Andjelkovic trop discret. Mais l’heure n’est plus aux regrets, le THB a aujourd’hui dix journées pour se sauver et il est urgent de réagir. L’avantage que possèdent les Toulousains sur les autres équipes en lutte pour le maintien, c’est qu’ils ont maintenant l’habitude de ce genre de situation ; jouer leur survie sur quelques rencontres, ils l’ont déjà réalisé ces dernières saisons, et devraient ainsi être à même de gérer le stress inhérent aux rencontres qui se profilent. Une réaction est ainsi vite attendue, afin que cette situation désespérante ne se transforme en situation désespérée.
Le TMB, quant à lui, n’a pas à jouer sa survie en Ligue féminine : depuis longtemps déjà les basketteuses toulousaines savent qu’elles joueront en Ligue 2 (la nouvelle division créée à l’intersaison 2010) la saison prochaine. L’objectif du TMB était de remporter un second succès d’ici la fin de saison : objectif atteint après la victoire à Calais 56-57 samedi dernier. Les dirigeants s’appliquent donc depuis quelques temps à préparer au mieux la saison prochaine mais aussi à pérenniser l’avenir du club. La situation financière est ainsi stabilisée, le TMB ayant par ailleurs signé une convention de trois ans avec la municipalité. D’un point de vue sportif, les dirigeants toulousains souhaitent bâtir une équipe compétitive en Ligue 2, possédant le 5ème ou 6ème budget du championnat. Autre souhait des dirigeants : construire un groupe autour des jeunes joueuses, qui sont “l’ADN du club”, pour reprendre les mots de Dominique Grandseigne, le président du TMB. En attendant, les Toulousaines ont d’ici le 13 avril et la fin du championnat quatre dernières rencontres à disputer, pour prolonger encore de quelques semaines le bonheur d’évoluer en Ligue féminine.

Et deux points de perdus pour le TFC

A croire que les Violets le font exprès… Alors que les Niçois ne s’étaient pas procurés une seule occasion décente de toute la rencontre, les Toulousains ont réussi l’exploit de ne pas tenir jusqu’au coup de sifflet final ce score de 1-0 qui leur garantissait une deuxième victoire consécutive après leur succès à Lens le week-end précédent. Les Toulousains avaient délibérément décidé de laisser le ballon aux Niçois lors des dernières minutes de la rencontre, se sentant assez forts défensivement et espérant même doubler le score sur un contre fatal. Sur ce dernier point, difficile de ne pas noter le fait que Daniel Braaten, rentré en jeu en milieu de seconde mi-temps, a raté tout ce qu’il a entrepris et a ainsi gâché les quelques contres qui s’offraient au TFC en fin de match. Une rencontre que les Toulousains avaient pourtant prise par le bon bout, dominant assez facilement leurs hôtes d’un soir. Et c’est assez logiquement que Federico Santander a ouvert le score en première période, sur une action relativement similaire à celle qui lui avait permis de marquer l’unique but de la rencontre à Lens. La deuxième période s’avérait être moins probante, mais on ne sentait pas les Violets en grand danger pour autant, les quelques incursions Niçoises s’avérant être toutes plus infructueuses les unes que les autres. Toutes, sauf la dernière, alors que l’on disputait la 93ème et dernière minute de jeu. Un dernier changement d’aile, un dernier centre en apparence anodin, Mauro Cetto qui intervient et coupe la trajectoire du ballon dans les filets de Matthieu Valverde… Et des Niçois fêtant l’égalisation miraculeuse comme s’ils venaient de remporter la Coupe de France. Le TFC aurait pu faire un nouveau bond en avant, au lieu de quoi il stagne en milieu de tableau, ressassant sûrement ces nombreux matchs comme celui du week-end passé qui, mieux négociés, lui auraient certainement permis de viser plus haut en cette dernière partie de saison.

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.