Le TFC respire enfin

En s’imposant 2-0 au Stadium face à l’Olympique Lyonnais, les Violets se donnent enfin de l’air au classement. Petite déception pour le Stade Toulousain qui ne défendra pas son titre de Champion d’Europe en finale : en face, les Irlandais du Leinster étaient trop forts.

Certes, l’Olympique Lyonnais a offert aux spectateurs toulousains l’une de ses plus tristes prestations collectives de la saison, facilitant grandement la tâche de Violets qui ne s’attendaient certainement pas à rencontrer une opposition aussi faible. Mais tout de même, cela faisait longtemps que le TFC n’avait pas été si performant, notamment dans les zones de vérité. Tout ne fut cependant pas parfait, Daniel Braaten (auteur néanmoins d’un match intéressant) manquant par deux fois de tromper Hugo Lloris tout en étant en position favorable. Mais la démonstration d’ensemble des Toulousains était on ne peut plus convaincante, la manière étant au rendez-vous, et si le score final de 2-0 (Mauro Cetto pour l’ouverture du score et le Lyonnais Aly Cissokho contre son camp) aurait pu être encore plus lourd, félicitons ainsi les joueurs d’Alain Casanova de nous avoir enfin offert une rencontre tant aboutie au Stadium. De fait par ce résultat les Violets se donnent enfin de l’air au classement. Rien n’est néanmoins encore acquis et il faudra rester concentré jusqu’au bout, mais avec quatre points d’avance sur Nancy, premier reléguable, le TFC, onzième, peut espérer finir à une position honorable. Prochain rendez-vous ce week-end avec un déplacement compliqué du côté de Lorient, candidat européen, qui devrait offrir une opposition bien plus enthousiasmante que la pâle copie délivrée par les Lyonnais dimanche dernier.
Pour le Toulouse Handball, rien n’est acquis non plus. La défaite à domicile contre Cesson-Sévigné 24-25 place de nouveau les Toulousains dans une position fragile au classement. Le moindre faux pas est de nouveau interdit, tant la lutte pour le maintien semble indécise au plus haut point. Néanmoins, au rayon des bonnes nouvelles, l’arrivée (enfin !) de Jérôme Fernandez comme joker médical pour la fin de la saison a été entérinée la semaine dernière. Cela n’a pas été sans mal, mais le THB ayant enfin reçu le feu vert, l’international pourra dès le prochain match aider ses partenaires à réussir leur opération maintien. Cela tombe d’autant mieux que le THB se déplace ce vendredi sur le parquet de Dijon, premier reléguable, pour ce qui s’annonce déjà comme la rencontre la plus importante de la saison pour les deux formations.

Le Leinster était trop fort

Après sa défaite en terre irlandaise le Stade Toulousain ne peut pas vraiment nourrir de regrets ; le Leinster était tout simplement supérieur. Les Rouge et Noir ont pourtant fait un très bon match, mais il aurait fallu que la performance d’ensemble soit parfaite pour l’emporter à Dublin. Défait 32-23, le Stade a surtout accumulé trop de pertes de balles et concédé trop de fautes pour pouvoir mettre à terre les partenaires de Brian O’Driscoll, de nouveau marqueur d’essai samedi dernier. Quoiqu’il en soit, on ne peut que remercier les deux équipes de nous avoir offert un spectacle aussi fort ; le match fut superbe et le suspense haletant. Mais au final, c’est le Leinster qui tentera de remporter une nouvelle Coupe d’Europe au détriment de Northampton, logique vainqueur de Perpignan dans l’autre demi-finale. Pour le Stade Toulousain, il s’agit maintenant de bien se préparer pour les futures demi-finales du Top 14, pour les- quelles le club est d’ores et déjà qualifié.
Quant aux Columérins, c’est une finale pour le maintien qu’ils s’apprêtent à jouer contre Carcassonne ce dimanche pour le compte de la dernière journée de championnat. Sauf que dans leur cas, tout dépendra aussi du résultat de Dax-Narbonne. En réussissant à prendre le point de bonus défensif (même si au vu de la rencontre, une victoire n’était pas impossible) face à Narbonne (vainqueur 23-17) Colomiers pensait pouvoir passer devant Dax au classement. Sauf que les Dacquois ont aussi réussi à se saisir du point de bonus à Grenoble. En sachant qu’en cas d’égalité ce sont les Dacquois qui se sauveront, Colomiers n’a guère le choix : s’imposer impérativement, avec le point de bonus offensif de préférence, puis attendre une bonne nouvelle du côté de Dax. Narbonne ayant déjà arbitré la moitié de ce duel, espérons que l’autre moitié sourie aux Columérins.

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.