Le TFC devra pimenter ce derby

Invaincus ces trois dernières rencontres, les Toulousains peuvent enchaîner leur belle série ce dimanche en recevant Bordeaux. Plus frais que leurs adversaires, qui joueront jeudi en Ligue Europa, les partenaires d’Étienne Didot disposent des moyens pour finaliser leur maintien, voire mieux encore. Pas de quoi s’enflammer toutefois…

 

En gagnant de la plus petite des manières en terre bretonne samedi dernier (1-0), le TFC s’est donné un peu d’air avant le derby de la Garonne qui se tiendra dimanche prochain. Incapable de gagner la moindre rencontre depuis un certain TFC-Nancy, datant du 19 janvier dernier, l’équipe entraînée par Alain Casanova reste désormais sur une bonne série de trois matchs sans avoir encaissé le moindre but  (0-0 à Valenciennes le 23/02, 0-0 contre Evian au Stadium le 02/03). Un total de cinq points sur neuf, rappelant étrangement le début de saison plutôt florissant des Violets, à l’époque où les points s’engrangeaient à une vitesse folle, laissant présager un avenir radieux. Hélas, cette victoire acquise à Brest permet seulement de relever la tête en ces temps de vache maigre. A ce jour, Toulouse n’a toujours pas officialisé son maintien, en disposant de Bordeaux ce week-end, il ne manquerait plus grand chose puisque la fameuse barre des quarante points serait atteinte (37 à ce jour).

 

Rabiot comme un grand

 

Préféré à l’autre recrue Adil Hermach dans l’entre-jeu, le tout jeune milieu Adrien Rabiot a célébré comme il se devait, son tout premier but en L1. Alors que les vingt-deux acteurs de cet insipide Brest-TFC commençait à se diriger vers les vestiaires pour le repos médian, le joueur prêté par le PSG a décoché une frappe du gauche d’une limpidité rare, direction le petit filet opposé. Placé côté droit, à l’angle de la surface de réparation, il a délivré les siens de manière définitive et ce, pile au meilleur des moments. Un tonnerre s’est abattu sur Brest, qui ne s’attendait pas à une telle prise d’initiative du jeune de dix-sept ans à peine. Cette fois, Casanova a eu raison en le titularisant. Le profil de Rabiot a totalement collé à la rencontre, lui qui sévissait habituellement avec la réserve. Outre son but venu d’ailleurs, sa prestation aux côtés de Didot a donné pleinement satisfaction : «En seconde période, nous nous devions de contrôler le jeu, ce que nous avons bien réalisé. Les occasions brestoises n’étaient vraiment très franches. Maintenant, il ne faut pas s’endormir sur ces trois points. Dimanche, ça ne sera pas pareil.», déclarait le coach téféciste, dont le contrat expire en juin 2013 et dont il n’a toujours pas été question de prolongation, du moins dans l’actualité.

 

Les Bordelais seront « cuits » 

 

Aux yeux du président Olivier Sadran, un succès contre Bordeaux permettrait sans doute de donner davantage de crédit à son entraîneur et ami avant tout. Il sait bien que le public du Stadium ne cesse de reprocher à Casanova son manque d’ambition offensive, pourtant il est difficile d’envisager que la maison familiale se sépare d’un de ses plus fidèles rouages dès la fin de la saison. A dix journées de la fin, le TFC ne peut plus espérer grand-chose, si ce n’est de finir au mieux huitième. En cette période de crise économique, où les finances ne sont plus si prospères, il faut envisager le futur proche. Étienne Capoue voire Aymen Abdennour partiront sans doute, histoire de renflouer les caisses, puis il faudra reconstruire avec les moyens du bord. En attendant, il serait bête de ne pas profiter des forces en présence afin de tenter le tout pour le tout. Sur une bonne série actuellement, Toulouse se doit de remporter le derby et de maintenir sa bonne dynamique. Pour cela, plusieurs argument plaideront en sa faveur : L’équipe évoluera au grand complet, puisque son capitaine Jonathan Zébina sera enfin opérationnel (seulement onze titularisations parsemées). D’autre part, les Girondins jouent leur qualification en quarts-de-finale de la Ligue Europa ce jeudi, en recevant le Benfica de Lisbonne. Héroïques là-bas à l’aller (défaite 1-0), les protégés de Francis Gillot risquent de tout donner dans la bataille. Tant mieux, les Violets n’en demandaient pas tant. En tout cas, il n’y aura pas d’excuse si les trois points s’envolent.­

Mehdi Djebbari



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.