Le Stade se focalise sur les Gallois

Stade Toulousain

Après le retour du Top 14 le week-end dernier, c’est la Coupe d’Europe qui reprend ses droits pour deux matchs d’affilée. Toujours à la lutte avec Trévise et les Tigres de Leicester dans la course à la qualification, Toulouse s’apprête à jouer contre les autres favoris du groupe : les Gallois des Ospreys Neath-Swansea.

 

 

Oui, le choc Stade Toulousain-Clermont a tenu toutes ses promesses samedi dernier au Stadium. Même si les internationaux tricolores avaient été en grosse partie, ménagés dans chaque camp, l’opposition nous a permis d’en savoir davantage sur les prétentions de Clermont un rival à prendre au sérieux, sans oublier celles des Toulousains, solides dauphins de l’insatiable Toulon. Le Stade a certes gagné sur le score de 30 à 22, mais il s’est sacrément fait bousculer en seconde période. Sans expérience à ce niveau-là, il aurait même pu s’incliner sans une défense de fer. Finalement, c’est Luke Mc Alister comme à l’accoutumée, qui scella le sort des montagnards, à deux minutes de la fin seulement, grâce à une pénalité en face des poteaux.

 

Les locaux malmenés en seconde période

Guy Novès et Jean Baptiste Elissalde ne se sont pas trompés. Très inquiets sur le banc de touche toulousain, notamment au retour des vestiaires, ils n’ont cessé d’invectiver leurs joueurs, sentant le piège clermontois se renfermer sur eux. Pendant une vingtaine de minutes, les visiteurs ont rattrapé leur retard et pratiqué un superbe rugby, gênant considérablement le double Champion de France. Ce dernier a disputé une première mi-temps de bon niveau, inscrivant au passage deux essais (par Yann David à la 12e, par Luke Burgess à la 17e). Dès la reprise des hostilités, Yoann Huget a slalomé merveilleusement dans la défense adverse. Ce troisième essai, synonyme d’un énième coup de boutoir, sonnait malheureusement la fin des intentions des Rouge-et-Noir. Par la suite, ils n’ont vu que du jaune. Après l’essai de Stanley à la 67e minute, il fallait même sortir le grillage, car avec l’entrée de Brock James, les Clermontois devenaient de plus en plus dangereux.

 

2e place assurée, place à la H-Cup

Face à cette adversité, Toulouse a résisté, encore une belle preuve de maturité pour cet effectif amoindri entre internationaux et blessés. La bonne nouvelle avant d’affronter les Ospreys samedi prochain, concerne l’habituel capitaine Thierry Dusautoir, dont le retour pourrait se faire de manière prématurée. Au dernier moment, les coachs, y compris William Servat véritablement sorti de sa retraite, prendront la décision d’aligner ou non le traditionnel capitaine de l’équipe de France : «La blessure de Thierry évolue bien, il a d’ailleurs repris quelques phases du rugby. Par contre, je reste persuadé que la consolidation nécessite vraiment six semaines d’interruption. Il s’est fait une grosse entorse du ligament latéral interne, ce n’est pas rien et ça serait dommage de l’envoyer trop tôt sur les terrains. Ceci dit, ce sont les coachs qui jugeront pour samedi», précisait l’un des kinés du club, Benoît Castera. Avec ou sans Dusautoir, la réception de samedi donnera également des éléments permettant de situer les Toulousains sur la suite de la compétition, avant de se rendre au Pays de Galles, affronter ces mêmes Ospreys la semaine prochaine. Autre absent de marque, Timocy Matanavou, blessé au psoas. Par contre, les trois internationaux que sont Vincent Clerc, Jean-Marc Doussain et Patricio Albacete pourront être alignés, prenons les bonnes nouvelles une par une.

Mehdi Djebarri



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.