La Tournée d’automne bien négociée par les Stadistes

A quelques jours de la reprise du Top 14, qui proposera notamment une superbe affiche entre Toulouse et Clermont, la rédaction du Journal Toulousain a dressé un baromètre des internationaux tricolores stadistes, tout juste revenus de la tournée d’automne.

Le journaliste de France Bleu Toulouse et présentateur des Jeux du Stade, Frédéric Chapuis, s’est également joint au jeu, en bon spécialiste rugby qu’il est.

 

Ces Toulousains qui assurent

 

Il faut désormais s’y habituer, les Bleus sont en mesure d’aligner des performances dans la continuité. Avant cette tournée automnale, le sélectionneur Philippe St-André partait un peu dans l’inconnu, bien que réconforté par le talent de certains de ses joueurs. Au final, la France a remporté trois rencontres sur trois, dont deux de prestige face à l’Australie et à l’Argentine. Face aux Iles Samoa, le contexte était différent, toutefois le XV de France articulé autour d’un Frédéric Michalak marchant sur l’eau, a su faire ce qu’il fallait pour s’imposer. En ce qui concerne les Toulousains, personne n’a vraiment été surpris, ils ont tout simplement été au niveau qu’on attendait d’eux. Nous les avons passés au peigne fin.

 

LES AVANTS

 

Louis Picamoles : note 9,5 sur 10 (3 rencontres, 204 minutes jouées, un essai contre l’Australie)

Vexé de n’avoir été que très peu utilisé par Marc Lièvremont lors de la dernière Coupe du Monde, le troisième-ligne centre a montré un niveau tout simplement exceptionnel lors de ces trois rencontres. Percutant, plaqueur, dévoreur d’espaces, il a sorti sa plus belle panoplie : «Il n’a fait que confirmer ses performances en club depuis un peu plus d’une saison. Avant lui, Imanol Harinordoquy s’était imposé à ce poste de numéro 8, mais il est actuellement blessé. Jamais par le passé, Picamoles n’avait été autant indiscutable en équipe de France. Ce qu’il a fait, c’est juste exceptionnel», confirmait Frédéric Chapuis.

 

Yannick Nyanga : note 9,5 sur 10 (3 rencontres, 228 minutes jouées, 1 essai contre l’Argentine)

Bien sûr, on se souviendra longtemps de Yannick Nyanga fondant en larmes au moment de la Marseillaise, face à l’Australie. Mais qu’on se le dise, l’habituel second couteau du XV de France va obliger Philippe St-André à réfléchir à deux fois avant de choisir sa troisième ligne, en vue du Tournoi des 6 Nations. Profitant de la blessure au genou de Thierry Dusautoir, il a rempli son rôle à merveille, se permettant même un essai de grande classe contre l’Argentine. Une accélération foudroyante conclue par un essai entre les poteaux : «A Toulouse, il a toujours été victime du statut des trois mecs devant lui : Dusautoir-Bouilhou-Picamoles. Qu’il soit rassuré, avec le temps, Jean Bouilhou ne pourra plus afficher autant de régularité et Yannick prendra sa place naturellement. Sa densité physique, sa capacité à multiplier les plaquages en font un homme incontournable. Je suis persuadé qu’on le reverra au 6 Nations», conclut F. Chapuis.

 

Yoann Maestri : note 7,5 sur 10 (2 rencontres, 130 minutes jouées)

Dommage que le très jeune seconde-ligne n’ait pas pu jouer face à l’Australie, en raison d’un lumbago. Sinon, ses deux apparitions sont quasi irréprochables : «D’ailleurs, le sélectionneur n’avait effectué qu’un seul changement après la belle victoire contre l’Australie. Il a tout de suite réintégré Maestri. Il est à ce jour, un complément idéal de Pascal Papé, son autre compère. D’un côté, il y a le plaqueur-gratteur de ballons, et Yoann lui, se charge de sauter en touche et de courir énormément», détaille l’animateur des Jeux du Stade. Il n’est jamais facile de se rendre compte du travail de sape effectué par les éléments de ce poste ingrat du rugby, toutefois Maestri, c’est une certaine sécurité. Un mec formé et chipé à Toulon, qui a tout appris aux côtés de Guy Novès et de son staff à Toulouse.

 

LES ARRIERES

 

Florian Fritz : 8,5 sur 10 (3 rencontres, 189 minutes jouées)

Après une période délicate la saison dernière, Florian Fritz est redevenu le centre tout-feu tout-flamme du XV du coq. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien, qu’il est systématiquement aligné par Toulouse en Top 14 et en H-Cup. Sur le plan offensif, il n’y a pas grand-chose à lui reprocher. Que dire de l’aspect défensif, où le joueur peut se vanter d’une réputation de roc : «C’est pour moi, le meilleur centre français. Il possède toute la panoplie du joueur moderne, bien qu’il soit un peu petit. Pendant ces trois matchs, on l’a vu un peu partout, à gratter le moindre ballon et à exploiter la moindre brèche. La petite passe au pied qu’il offre à Vincent Clerc au milieu de la défense argentine, est un modèle du genre, à montrer dans toutes les écoles de rugby» d’après F.Chapuis.

 

Vincent Clerc : 8 sur 10 (3 rencontres, 240 minutes, deux essais contre l’Argentine)

Monsieur Vincent Clerc en a toujours dans le moteur. D’une régularité exemplaire, cet ailier va assurément exploser tous les records. En marquant un doublé plein de sang-froid contre l’Argentine, il a dépassé son actuel sélectionneur au nombre d’essais marqués sous la tunique bleue. Plus que quatre et il égalera un autre grand Monsieur : Serge Blanco. «Vincent c’est le Livret A d’un coach. En le plaçant sur un terrain, il sait pertinemment que la constance de ce joueur, ne pourra forcément que lui être bénéfique. En pleine forme avec Toulouse avant la tournée, il n’a fait que confirmer son statut.» analyse F. Chapuis.

 

 

Yoann Huget : 7 sur 10 (3 rencontres, 51 minutes jouées)

La force principale de Yoann, c’est sa polyvalence. En la présence d’un seul arrière de métier, Brice Dulin, le Toulousain arrière et ailier Huget a joué les pompiers de service. En suppléant Florian Fritz lors de chaque rencontre, autour de la 60e minute, il a permis à Wesley Fofana de retrouver une place au centre : «Parmi tous les Stadistes, il a été celui qui a été le moins en évidence. Toujours sérieux et appliqué, il a montré qu’on pouvait compter sur lui. S’il confirme en club, il pourra se retrouver au Tournoi, lui aussi», conclut Frédéric.

 

Le récapitulatif : France 33-6 Australie ; France 39-22 Argentine ; France 22-14 Samoa

 

Le match : samedi 1er décembre au Stadium municipal : Stade Toulousain – As Clermont (15h)

 

                                               Mehdi Djebbari (avec la collaboration de Frédéric Chapuis, journaliste à France bleu Toulouse)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.