La série noire continue

La semaine passée a encore été marquée par les nombreux revers concédés par les clubs de la Ville Rose. Pour le Toulouse Handball notamment, la saison est bien plus compliquée qu’envisagée initialement.

 
L’entraîneur du Toulouse Handball (TH) Raphaël Geslan n’aura d’ailleurs pas survécu à la dernière contre-performance de son équipe. Tenu en échec à domicile par Dijon (26-26), le TH est toujours premier non reléguable devant Paris et Nîmes. Cette saison devait pourtant être celle du renouveau, comme semblait le prouver un recrutement ambitieux avec les arrivées conjuguées de joueurs comme Karaboué, Andjelkovic ou encore Kabengele. Or à l’issue de la fin des matchs allers, c’est plutôt la soupe à la grimace qui est de mise du côté du club toulousain. Le départ de Raphaël Geslan a été décidé par le directoire du club afin de provoquer un “choc psychologique” ; Rudi Prisacaru, ancien capitaine et entraîneur du club et actuel coach de l’équipe réserve pourrait le remplacer. En attendant une nomination officielle, Joël Da Silva, entraîneur adjoint du club, assurera l’intérim. C’est maintenant aux joueurs de prouver que le Toulouse Handball mérite mieux que cette décevante 12ème place.
Cela n’est guère plus brillant du côté du volley-ball. Les Spacer’s menaient pourtant deux sets à rien face à Ajaccio (et même 23-21 lors du troisième set) avant de s’effondrer pour finalement s’incliner 2-3. Les visiteurs laissaient ainsi éclater leur joie au coup de sifflet final devant des Toulousains abattus, défaits lors d’une rencontre qu’ils n’auraient jamais dû perdre. Cette nouvelle défaite, la cinquième de suite et la septième sur neufs tie-breaks cette saison, est très ennuyeuse pour les volleyeurs toulousains qui n’arrivent décidément pas à s’extirper de la zone rouge. Tout comme le TH, les Spacer’s sont actuellement premiers non reléguable et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne surfent pas vraiment sur une dynamique positive. Ce samedi les Toulousains se déplaceront chez le leader tourangeau ; autant dire qu’il faudrait un exploit pour ramener un résultat positif. Néanmoins les Spacer’s n’ont plus guère le loisir d’attendre, la situation devenant chaque journée un peu plus préoccupante encore.

 

Lille était trop fort

Le TFC marche toujours sur courant alternatif ; depuis quelques journées, les Violets alternent victoires à domicile et défaites à l’extérieur. Le déplacement chez le leader lillois promettait d’être difficile, il l’a été. Comme à Saint Etienne les Toulousains avaient pourtant bien démarré la rencontre, mais le LOSC était simplement plus fort, beaucoup trop fort pour des Toulousains trop faibles sur le plan offensif (trois tirs au but seulement pour une seule véritable occasion !) et que l’on a connus plus inspirés sur le plan défensif. Malgré le bon match de Valverde (malheureusement touché aux adducteurs en fin de rencontre) ainsi que le bon travail défensif de la paire Gunino-Machado, les Lillois ont eu de trop nombreuses occasions de buts, concrétisées au final par deux réalisations de Gervinho et De Melo. De son côté le malheureux Santander n’a quasiment pas vu le ballon ; remplacé à l’heure de jeu par Braaten (pas plus secondé que le Paraguayen), il est décidément difficile pour lui de se mettre en valeur dans ce type de configuration.
Les Violettes ont elles au moins réussi à obtenir le point du match nul (0-0) du côté de Rodez. Dans un match où l’engagement était parfois “à la limite”, comme en témoignent les sorties sur blessures de Virginie Dessalle (touchée aux ligaments croisés du genou) et Solène Barbance (blessée à la cheville), les Toulousaines n’ont pas démérité et obtiennent deux points précieux dans l’optique du maintien. Les basketteuses du TMB sont elles tombées une nouvelle fois sur plus fortes qu’elles, en l’occurrence les joueuses de l’Union Hainaut Basket. Défait 68 à 82 le TMB s’est comme à l’accoutumée bien battu, mais l’adversaire était une nouvelle fois trop fort. Ce samedi les Toulousaines affronteront Mondeville, une équipe au niveau similaire à leur dernier adversaire mais qui vient d’être corrigée par Bourges (67-44), toujours leader de cette Ligue féminine.

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.