Karaboué : « L’envie est toujours présente ! »

Moins utilisé que par le passé par son club des Fénix, le gardien de but Daouda Karaboué reste mobilisé en vue du maintien. En fin de contrat à Toulouse dès juin prochain, le tout jeune retraité de la sélection tricolore a des projets plein la tête. Il s’est confié à la rédaction.

 

A cinq journées de la fin, le Fénix n’est toujours pas maintenu en Division 1. Aviez-vous imaginé un tel scénario en début de saison ?

Il ne suffit pas d’avoir des noms dans l’équipe, pour que les résultats tournent à la hauteur des attentes. Du coup, nous avons dû revoir nos objectifs à la baisse. Le handball se joue à sept, et non pas en s’appuyant sur deux-trois cadres. Nos jeunes ont eu du mal à assimiler cela et à prendre leurs responsabilités. La saison n’a pas été facile et nous n’avons pas su pallier l’absence de nos tauliers dans les moments chauds. Toutefois, il y a eu changement au niveau de l’état d’esprit. Aujourd’hui, le collectif s’implique davantage, on donne des matchs de meilleure qualité. De toute manière, nous sommes obligés de tout donner.

 

A commencer par ce déplacement à Billère ce week-end, le dernier qui attend toujours son premier succès ?

Tous les matchs qui se présagent vont être à couteaux tirés. A domicile, Dunkerque et le PSG trustent le haut de tableau. A l’extérieur, à chaque fois, nous allons être attendus comme à Billère. Cela représente une sorte de derby et ne pensez pas qu’ils nous laisseront gagner. Il est vrai qu’en cas de victoire là-bas, on se sortirait une sacrée épine du pied. Tant que le maintien n’est pas mathématiquement assuré, il est hors de question de nous relâcher.

 

Vous ne serez plus Toulousain la saison prochaine. Êtes-vous fixé sur votre avenir ou pas encore ?

Je ne sais pas encore ce que l’avenir me réserve, en tout cas, l’envie demeure toujours présente. Si j’ai choisi de me retirer de la sélection, c’est avant tout pour me lancer dans les études

(Daouda prépare une licence professionnelle en management et organisation d’événements sportifs, ndlr). J’avais fait le tour de la question. Par contre, j’estime que je peux encore apporter à un club, susceptible de proposer un challenge intéressant. J’ai encore envie de rêver, de m’investir quitte à repartir de zéro. Je n’ai surtout pas envie de revivre les difficultés que j’ai connues ici cette saison. Jouer le maintien, c’est beaucoup plus usant que de lutter pour le titre croyez-moi.

 

A ce propos, le Fénix a officialisé l’arrivée d’un gardien espagnol en plein milieu de la saison. Estimez-vous que c’est une bonne chose pour Wesley Pardin, l’actuel gardien titulaire ?

A mes yeux, vis-à-vis de Wesley, ce n’est pas une situation facile à vivre. Il s’investit énormément pour le club et a fait beaucoup de progrès ces dernières années. Il est devenu sûr et le club sait pertinemment qu’il pourra toujours compter sur lui. J’estime qu’il peut viser plus haut, pourquoi pas le niveau international, à condition qu’il soit accompagné dans son quotidien. A Toulouse, la concurrence de la saison prochaine n’est pas encore définie, j’espère que cela le tirera vers le haut et qu’il sera à la hauteur. A condition qu’une véritable concurrence soit établie, bien évidemment.

 

Allez-vous garder des bons souvenirs de votre expérience toulousaine ?

Après de longues années à Montpellier, il n’a pas été toujours facile pour moi de m’acclimater ici. Fort heureusement, j’ai rencontré de nombreuses personnes qui m’ont facilité l’intégration. D’ailleurs, je ne compte pas partir de manière trop brutale. Le 30 mai prochain, par l’intermédiaire de mon association Cœur d’Afrique, j’organise une soirée à la Brasserie du Stade Toulousain, en compagnie de tous ces gens qui ont compté pour moi. Plusieurs stylistes habilleront des sportifs qui se prêteront à un défilé. Il y aura également un show-case ainsi qu’une vente aux enchères à but caritatif. Ce sera en quelque sorte, une manière de célébrer mon départ, tout en valorisant l’association dans laquelle je m’investis pleinement.

 

Cela ressemble un peu à un jubilé, en quelque sorte ?

Il est encore trop tôt pour évoquer un jubilé. On verra ça plus tard. Là, il est juste question de clôturer ces trois saisons à Toulouse. Cette fin d’année sera d’ailleurs riche en événements, puisque je suis en train d’organiser une manifestation sportive qui se tiendra au Palais des Sports en juillet prochain.

 

Peut-on en savoir davantage à ce sujet ? 

Je peux d’ores et déjà annoncer que cela se tiendra le 13 juillet. Il s’agit de réunir plusieurs sportifs de renom et de proposer un match de gala, à la fois de hand et de basket, entre vedettes de la NBA ainsi que des anciens Experts, avec qui j’ai évolué en sélection. Boris Diaw, Tony Parker font notamment partie des invités. De plus amples informations seront disponibles dès le mois prochain, sur le site de mon association.

 par Mehdi Djebbari

ASSOCIATION DAOUDA KARABOUE COEUR AFRIQUE

http://www.dk-coeur-afrique.org/

http://daouda-karaboue.com/

https://www.facebook.com/dkcoeurafrique?fref=ts



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.