Hockey sur Glace ; C’est fait ! Les Bélougas en D1

Toulouse Blagnac a concrétisé son rêve de finale, mais surtout l’accession à la Première Division à l’issue d’un match complètement fou.

 
Après le nul 5 à 5 à domicile, les Aigles de La Roche sur Yon étaient sûrs d’avoir fait le plus difficile. Et comme sur presque chaque match des Play-Offs, les Bélougas subissent le premier but, à seulement 56 secondes du coup d’envoi. Mal parti. A l’image du match aller, les Vendéens accumulent les pénalités, mais Stanga, impérial, ne laisse rien passer. Damien Gadiot réussit enfin à égaliser après 11 minutes de jeu, mais les Aigles reprennent vite l’avantage en marquant un but improbable, palet parti en cloche dans la cage du portier Thomas Picavet. Difficile premier tiers qui montre l’engagement total des deux équipes et la réussite évidente des locaux.  
Le deuxième tiers démarre de la pire manière, puisqu’en moins de deux minutes, les Vendéens creusent l’écart sur deux buts meurtriers de Budos puis Selin. 4 à 1, rien ne va plus pour les Bélougas, les Aigles se voient en D1, c’est sûr. Benoît Pourtanel, l’entraîneur joueur du TBHC demande un temps mort, le seul moyen de remobiliser ses troupes et tenter de remonter cet écart de trois buts. Moins de deux minutes plus tard, Pradel marque, 4 minutes plus tard, Flinck marque en supériorité, une minute plus tard Pradel marque à nouveau ! 4 à 4, c’est le score en fin de deuxième période. Tout est possible après une telle remontée et le soutien bruyant des quelque 90 supporters qui ont fait le déplacement.
Le dernier tiers voit les locaux prendre un avantage qui semble décisif en marquant un cinquième but en supériorité numérique. Mais toujours indisciplinés ils continuent à accumuler les erreurs alors que les Bélougas dominent maintenant le jeu, sans pouvoir concrétiser, particulièrement stériles en supériorité numérique. Comme au match aller, c’est dans les dernières minutes du temps réglementaire que Maurice Rozenthal égalise enfin et va chercher la prolongation. 5 à 5 en fin de troisième période.
Le règlement prévoit une prolongation de 4 minutes, à 4 joueurs de chaque côté, en mort subite, suivie le cas échéants de l’exercice difficile des tirs aux buts. Celui-ci ne sera pas nécessaire puisque Christophe Ribanelli trucidera son frère David, l’entraîneur des Aigles après seulement 46 secondes de prolongation, assisté comme il se doit par Benoît Pourtanel.
Cette victoire est celle de l’esprit d’équipe, de la ténacité, et tout particulièrement de la discipline d’un groupe qui n’a cessé de progresser tout au long de la saison. Rendez-vous pour la finale, et un objectif maintenant clairement affiché : le titre de Champion de France. L’Hormadi d’Anglet a pris une option conséquente pour cette finale en battant les Français Volants de Paris par 6 buts à 1.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.