Hockey sur Glace – Bélougas La victoire dans la douleur

Le Hockey se danse à trois temps, ou plutôt en trois périodes. Louper l’une d’elle peut avoir des conséquences fâcheuses. A ce jeu, Annecy peut regretter amèrement son premier tiers temps complètement loupé, puisque les Bélougas s’imposent 3 à 1 à domicile.
Les Bélougas ont en effet pris le premier tiers à leur compte, dominant les visiteurs, les Chevaliers du Lac, dans tous les secteurs de jeu. Alors que ces derniers ne savaient profiter de la première supériorité numérique qui leur était offerte après seulement 23 secondes de jeu, il n’en a fallu que dix à Jimi Palanto, servi par Karl Fournier et Maxime Michaud, pour envoyer la rondelle au fond des filets sur le power-play qui suivait. Les locaux enfonçaient à nouveau le clou, quelques minutes plus tard, sur une double supériorité numérique. C’est le défenseur Akseli Mattila, fraîchement débarqué de sa Finlande natale, qui marque d’un tir puissant de la ligne bleue, assisté par Karl Fournier. Les Bélougas mènent, plutôt facilement par 2 buts à 0 à la fin du premier tiers, mais leur domination aurait dû se traduire par un avantage au score bien plus conséquent.

 

Vaillant et efficace

 

Alors que les Chevaliers du Lac se réveillent dès le début de la deuxième période, les hommes de Benoît Pourtanel subissent. En quatre minutes, les visiteurs marquent sous la palette du Japonais Soichiro Omi. Bien plus disciplinés, les Annéciens deviennent plus menaçants alors que les Bélougas perdent de leur précision. Mais la défense locale est en place, vaillante et efficace, et ce sera le cas jusqu’à la dernière minute de la rencontre.

Le troisième tiers sera plus équilibré, mais avec un seul but d’écart, 2 à 1 en début de période, les Chevaliers accentuent la pression recherchant désespérément l’égalisation synonyme de prolongation. Mais la chance était du côté de la Garonne, avec une barre transversale, qui arrête un palet opportunément, un tir de pénalité loupé, facilement arrêté par Sami Koskela, et un but anecdotique en cage vide, marqué par Karl Fournier à vingt secondes du coup de corne final.
Cette victoire était indispensable sur le Calendrier de l’Avent de Benoît Pourtanel. Elle permet en effet d’accentuer l’écart avec la zone de relégation, à trois points d’Amnéville, défait par Reims (0 à 5). Samedi prochain, l’effort doit continuer avec la réception de Dunkerque, l’équipe des frères Rozenthal, à la Patinoire Jacques Raynaud de Blagnac.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.