Gignac : partira, partira pas ?

Voilà quelques mois, nous annoncions que l’attaquant vedette du TFC pourrait ne pas être chez les violets pour la saison 2009/2010… Car en l’espace d’une seule saison, André-Pierre Gignac avait montré de réelles potentialités à un poste parmi les plus difficiles en devenant, la saison dernière, le meilleur buteur du championnat avec 24 réalisations. Plus, ne se contentant pas d’être seulement là au bon moment pour accomplir l’acte victorieux, mais se montrant plutôt très complet en se retrouvant, dans bon nombre de ses réalisations, à la préparation et à la concrétisation du but.

 
Pourtant l’homme, bien conseillé par son père ne voulait pas quitter Toulouse, où il se trouve bien entouré, loin de la pression et surtout proche d’un entraîneur formateur hors pair en la personne d’Alain Casanova. Mais surtout, nouvel international, à un an de la Coupe du Monde, même si tout reste à faire pour l’équipe de France, André-Pierre Gignac voulait se donner toutes les chances d’être parmi les 22. Sauf qu’aujourd’hui, c’est la meilleure équipe du championnat l’O.L. qui fait des pieds et des mains pour l’acquérir et il y a des offres qui ne se refusent pas : «À vingt-trois ans, je suis obligé de considérer cette offre-là. Lyon est le plus grand club de France. Il y a quelque temps, j’avais déclaré qu’il n’y avait que l’OL qui pouvait me faire réfléchir. Comme par hasard, cette offre arrive, je ne peux pas y rester insensible. Moi, j’envisage d’aller à Lyon. J’aimerais que les trois parties se rapprochent et discutent sereinement. Que le président comprenne mon point de vue, puis que tout le monde s’entende sur des modalités éventuelles de transfert. Je ne veux pas partir comme un mercenaire. Mais franchement, ma progression passe par Lyon». Et à Claude Puel l’entraîneur du club rhodanien de confirmer sur le site de l’OL qu’une proposition a bien été faite à Toulouse pour son attaquant international : «…Après l’arrivée de l’Argentin Lisandro Lopez, il nous manque un autre attaquant. André-Pierre Gignac est un joueur très intéressant. Mais il y a pas mal d’autres joueurs ciblés qui sont bons, voire très bons et qui ont envie, eux aussi, de venir à Lyon. Gignac a manifesté son intérêt de venir à l’OL, on a fait une proposition au Téfécé. Maintenant, la balle est dans le camp de Toulouse.» Voilà qui a le mérite d’être clair et précis, d’autant si, comme on le sait, le président de l’O.L. Jean-Michel Aulas, a joint la parole à l’acte en adressant au TFC une offre qui serait comprise entre 15 et 18 millions d’euros.

 


Olivier Sadran reste ferme ?

C’est du moins l’impression que donne, sur ce dossier, le Président du TFC. Interrogé par le quotidien L’Equipe et notamment sur les déclarations de son buteur, qui souhaite partir, Olivier Sadran a confirmé sa position : «Je n’ai pas de commentaire particulier à faire, dans la mesure où il n’y a pas de rapprochement à envisager. Son transfert est un non-sujet. A partir du moment où le joueur a prolongé, il n’y a pas de négociation possible ». Ajoutant : «Je me fous de l’offre de Lyon ou de ce que disent les représentants du joueur. J’ai dit non, plusieurs fois dans ma vie, comme pour Barthez ou (Jérémy) Mathieu. Et quand je dis non, c’est non». Et l’on se doit d’admettre qu’il est dans son bon droit et surtout tout à fait logique avec sa manière d’entrevoir l’avenir du club, en bâtissant sur des joueurs références. Certes, André-Pierre Gignac est la révélation du dernier championnat, Mais il lui reste tout à prouver avant de vouloir suivre le même destin que les Henry, Trézéguet ou Anelka… Oui il lui reste tout à confirmer et il n’est pas certain que relever un nouveau challenge dès cette année, dans un OL en pleine restructuration, serait propice à confirmer son épanouissement. Reste qu’aujourd’hui, un club anglais et le FC Porto se mettent aussi sur les rangs pour s’offrir les services du “goleador” toulousain. Alors, à 15 jours de la reprise du championnat, le Président du TFC, en bon chef d’entreprise, joue-t-il la montre pour faire monter les enchères ? Ou bien conscient qu’il se doit d’offrir aux Toulousains comme à ses partenaires, une équipe compétitive, ne laissera pas partir André-Pierre Gignac. Même si la raison voudrait qu’il s’en sépare car le joueur s’est montré moins bon hors des terrains et surtout que dans la logique des choses aujourd’hui il ne vaut pas 10 millions d’euros. Affaire à suivre…

André G. Gallego


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.