Football ; L’équipe de France passe en tête

Grâce à leurs victoires sur la Roumanie et le Luxembourg, les Bleus prennent la tête de leur groupe de qualification pour le prochain Euro. Sans être forcément brillants, mais en toute logique.

 
La défaite inaugurale face au Bélarus au Stade de France ne semblera bientôt plus n’être qu’un mauvais souvenir. En trois rencontres pour autant de victoires l’EDF a réussi à prendre les commandes du groupe (devant leurs vainqueurs initiaux) tout en s’efforçant de se bâtir une véritable identité de jeu. Ce n’est pas encore tout à fait le cas, mais les progrès sont indéniables. Après s’être imposés de brillante manière en Bosnie (a priori leur adversaire numéro un dans ce groupe) on attendait ainsi les Bleus au tournant au moment d’affronter la Roumanie et les amateurs Luxembourgeois. Or on retiendra surtout de ces deux rencontres les victoires et la nouvelle inviolabilité des buts de Hugo Lloris, la manière n’étant pas forcément au rendez-vous.
Contre la Roumanie, Laurent Blanc a reconduit dans sa majorité l’équipe s’étant imposée en Bosnie. Les partenaires de Cristian Chivu n’étant pas venus au Stade de France pour produire du jeu, ce sont les Bleus qui ont dû prendre la rencontre à leur compte. Or si ces derniers ont globalement maîtrisé les débats, peu d’occasions franches sont venues concrétiser leurs temps forts. La faute à un milieu densifié qui manquait de joueurs percutants, à un attaquant trop esseulé, à un Florent Malouda loin du niveau qui est le sien à Chelsea et à un trop faible nombre de centres dans la surface. Trop de carences offensives donc pour inquiéter outre-mesure l’arrière-garde roumaine. Il aura donc fallu attendre les changements en seconde mi-temps pour voir les Bleus marquer par deux fois : tout d’abord par l’intermédiaire de Loïc Rémy (légèrement hors-jeu) suite à une belle ouverture d’Alou Diarra, puis par Yoann Gourcuff grâce à un bon travail de Dimitri Payet. Les trois rentrants auront donc offert une victoire somme toute logique à l’EDF, qui aura également su préserver de nouveau ses cages inviolées.
Face au Luxembourg, contre une équipe défendant à dix, il était dit que ce serait tout aussi difficile de se procurer des occasions. Seulement, face à une équipe composée quasiment exclusivement de joueurs amateurs (seul le Messin Mario Mutsch est professionnel), on attendait une amélioration dans le domaine offensif. Peine perdue, les Bleus ont souffert des mêmes maux que face aux Roumains. Malgré une organisation différente et quelques changements de joueurs devant, l’EDF aura peiné à se créer de réelles occasions de buts, notamment dans le jeu. Paradoxalement, c’est quasiment sur sa première occasion qu’elle a ouvert le score, grâce à Karim Benzema à la suite d’un corner tiré par Yoann Gourcuff. Mais il aura fallu attendre plus d’une heure de jeu pour qu’elle parvienne à doubler le score, suite à une belle frappe de loin du même Gourcuff. Des latéraux placés trop haut en première mi-temps, un jeu trop axial, une belle solidarité défensive luxembourgeoise ; seule l’exclusion du capitaine Peters pour deux cartons jaunes couplée aux remplacements effectués par Laurent Blanc auront permises aux Bleus d’enfin trouver des espaces.

 

Deux amicaux qui auront valeur de tests

Reconnaissons néanmoins que face à une équipe aussi regroupée, ce n’est pas évident aujourd’hui de trouver des solutions. Les “petites” équipes ne souffrent plus aussi souvent qu’auparavant de larges défaites. L’important était de prendre six points sur ces deux rencontres, c’est chose faite. La France est en tête de son groupe, reste sur trois matchs sans avoir encaissé de buts, et semble même avoir retrouvé une partie de son public. Du point de vue des individualités, certains ont profité de ces deux rencontres pour se mettre en évidence. A l’image notamment d’Anthony Réveillère, remplaçant de Sagna forfait sur blessure, et qui n’aura pas fait regretter ce dernier. Auteur de percées intéressantes sur son couloir droit et jamais pris en défaut défensivement, le Lyonnais a convaincu et mérite d’entrer véritablement en concurrence avec le latéral droit d’Arsenal. Alou Diarra, capitaine lors des deux rencontres, n’a pas été toujours impérial mais s’est révélé solide dans l’ensemble et semble devenir une figure incontestable des Bleus de Laurent Blanc. Yoann Gourcuff aura marqué lors des deux rencontres. Souvent sevré de solutions face au Luxembourg, il a néanmoins tenté d’offrir des ballons propres et a dans l’ensemble bien tiré les coups de pieds arrêtés. Dimitri Payet s’est montré à son avantage lors de ses rentrées en jeu ; si son début de saison ne s’avère pas être un feu de paille, on devrait pouvoir le revoir très bientôt en EDF. A contrario, d’autres joueurs ont eu plus de mal, à l’image de Florent Malouda, très loin de son meilleur niveau. Était-il peiné par la perte du brassard, est-ce un manque de motivation pour se mettre au même niveau qu’avec Chelsea ? On attend en tout cas bien plus du meilleur joueur français de club actuel. Guillaume Hoarau n’a pas non plus marqué des points ; titulaire face au Luxembourg, ses déviations de la tête n’ont jamais trouvé preneur et sa contribution d’ensemble reste négative.
En attendant le retour des éliminatoires au printemps prochain, les Bleus doivent disputer deux rencontres amicales de haut niveau : en novembre contre l’Angleterre à Wembley et en février face au Brésil. Malgré le statut de rencontres dites amicales, ces deux matchs s’avèreront être deux très bons tests pour l’EDF, qui aura ainsi l’occasion de confirmer ses bonnes dispositions défensives et d’améliorer son secteur offensif face à deux équipes qui ne fermeront pas le jeu. Et ainsi de démontrer qu’elle est en passe de revenir au niveau des meilleures nations du football.

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.