Football ; Le TFC rentre dans le rang

Le TFC a subi une défaite logique contre le Paris-Saint-Germain (0-2) samedi dernier au Stadium. Voilà les Violets, 8èmes au classement, à mi-chemin entre la place de leader occupée de nouveau par Rennes et la 16ème place de Valenciennes.

 
Certes Alain Casanova devait composer sans nombre de joueurs majeurs de l’effectif. La charnière centrale habituelle out, M’Bengue toujours absent, Didot et Santander indisponibles, sans parler de Pelé : le rapport de forces devenait trop important en leur défaveur face à une équipe du PSG seulement privée de Claude Makélélé. Néanmoins, si l’on pouvait s’attendre à une rencontre difficile, on pouvait tout de même espérer mieux que la faible prestation fournie par les Toulousains. Le PSG n’a pas forcément livré une grande copie, mais au moins cette dernière était propre et sans rature. Un premier but de Mamadou Sakho pour récompenser un très gros premier quart d’heure parisien, un second d’entrée de deuxième période ; c’était largement suffisant pour venir à bout d’une faible équipe toulousaine, dans l’incapacité de venir inquiéter Edel, le portier parisien, si ce n’est en fin de match sur un coup franc de Machado ou sur un raid de Mansaré, plutôt remuant lors de son entrée en jeu.
Quand une équipe est privée de quelques éléments importants, l’entraîneur (et les supporters) espèrent que cela permettra aux remplaçants de se mettre en valeur. Force est de constater que ces derniers n’ont pas marqué des points face au PSG. Fofana a été en grande difficulté tout au long de la rencontre, et la comparaison avec Capoue, replacé en défense centrale pour les besoins de la cause, n’a pas tourné à son avantage. Pantxi Sirieix, capitaine d’un soir, a certainement livré l’une de ses plus mauvaises prestations sous le maillot toulousain, et Yannis Tafer a totalement gâché le peu de ballons qu’il a reçu. A vrai dire, les deux joueurs toulousains que l’on aimerait citer favorablement à la sortie de la rencontre sont Capoue et Tabanou, deux joueurs qui ne jouaient même pas à leur poste ! Si le TFC possède un groupe de douze ou treize joueurs de grande qualité, dès qu’un nombre trop important de titulaires habituels sont absents, l’équipe s’affaiblit alors à vue d’oeil.

 

Goûter de nouveau à la victoire

Difficile aujourd’hui encore plus qu’hier de ne pas regretter l’absence de Xavier Pentecôte, blessé à Bordeaux en début de saison. Samedi soir Yannis Tafer a eu du mal à exister, et lors de sa sortie son visage crispé en disait long sur sa frustration. Le jeune espoir français des moins de 19 ans a certes des qualités, mais il ne semble aujourd’hui pas prêt à endosser le rôle d’un titulaire d’un club de Ligue 1. Et contrairement à Federico Santander, qui possède certes un profil très différent, il ne parvient pas à peser sur une défense. Le jeune Paraguayen est lui aussi un joueur en devenir à qui il reste beaucoup à apprendre, mais du moins son jeu sert plus ses partenaires, de par sa faculté à garder le ballon, à proposer des déviations et à temporiser pour la remontée vers l’avant des milieux. Tafer est un joueur de profondeur, sauf que samedi dernier, ni lui ni ses partenaires n’ont réussi à trouver des espaces.
Ainsi donc le TFC est-il passé en quelques semaines d’une première place de Ligue 1 (certes toute relative) avec un confortable matelas de points à une huitième place au classement. Et si les derniers matchs, notamment face à Lille et à Rennes, étaient de qualité, et que le TFC ne pouvait presque  s’en prendre qu’à la malchance de ne pas s’imposer, maintenant force est de constater que l’équipe est rentrée dans le rang. Alors certes les Violets étaient privés de trop d’éléments importants pour espérer mieux samedi dernier, mais s’ils souhaitent rester dans la première moitié du classement, ils devront réagir vite, et ce par un succès. Les trois dernières rencontres devaient faire figure de tests pour connaître la valeur et l’ambition possible du TFC cette saison ; résultat des courses : deux matchs globalement réussis et un raté, pour un point pris sur neuf possibles. Les joueurs d’Alain Casanova doivent impérativement s’imposer de nouveau le plus rapidement possible, sous peine d’enclencher une spirale négative qui les verrait encore reculer au classement. Dès ce samedi, à Sochaux ?

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.