Football ; Des Bleus en reconquête

L’équipe de France s’apprête à disputer ses deux premiers matchs de qualification pour le prochain Euro. Les hommes de Laurent Blanc sauront-ils nous redonner foi en eux ?

 
Si l’on excepte le match amical contre la Norvège, où Laurent Blanc s’était passé à dessein des 23 joueurs présents en Afrique du Sud, la liste que ce dernier a concoctée pour ces deux premiers matchs de qualification est sa première “véritable” liste depuis sa prise de fonctions. Il a néanmoins dû se passer des quatre joueurs suspendus par la Fédération, ainsi que des blessés du moment – à savoir Samir Nasri, Lassana Diarra et Yoann Gourcuff. Le sélectionneur a ainsi appelé dix joueurs présents lors du dernier Mondial – neuf au préalable, mais Anthony Réveillère a profité de la blessure de L. Diarra pour revenir dans le groupe, tout comme Yohan Cabaye. Laurent Blanc a ainsi choisi de faire confiance aux joueurs qui ont brillé lors du match amical à Oslo, tout en se renforçant avec certains des mondialistes. Peu de surprises finalement, les absences de cadres habituels de Raymond Domenech comme Eric Abidal ou William Gallas s’expliquant facilement – méforme ou reprise tardive diront les plus respectueux d’entre nous, les autres affirmeront tout simplement qu’ils ne sont plus au niveau. Notons enfin que le Lorientais Kevin Gameiro est appelé pour la première fois de sa carrière, récompensant ainsi sa très bonne dernière saison. Côté toulousain, aucun joueur n’est présent : Moussa Sissoko, titulaire en Norvège, n’est pas rappelé, et le désormais ex-attaquant du TFC A-P. Gignac est encore un peu court pour prétendre à la sélection.

 

Tout est à reconstruire

Après l’incroyable Coupe du Monde vécue par les Bleus et les innombrables conséquences qui en ont résultées, l’équipe de France repart donc de nulle part ou presque. Tout est à reconstruire, même s’il est évident que plusieurs protagonistes de ces derniers mois feront partie de l’aventure. Le chantier numéro un reste bien entendu la défense, et plus particulièrement la charnière centrale, un problème récurrent de l’EDF depuis quatre années maintenant. Si Hugo Lloris devrait rester le gardien numéro un, et que Bacary Sagna semble avoir une longueur d’avance sur ses concurrents à droite, tout est possible pour les trois autres postes de la défense. La longue suspension (cinq matchs) de Patrice Evra laisse l’opportunité à l’un de ses concurrents de s’accaparer le poste. Philippe Mexès (capitaine en Norvège) et Adil Rami devraient être de nouveau alignés ensemble en défense centrale ; leur première sortie fut loin d’être parfaite, mais elle était néanmoins encourageante. En l’absence de S. Nasri et Y. Gourcuff le 4-4-2 en losange utilisé à Oslo pourrait ne pas être reconduit, L. Blanc pouvant alors décider de jouer avec un milieu à plat. Yann Mvila, très performant lors de sa sortie en amicale, devrait être titularisé à nouveau, en étant cette fois associé au Bordelais Alou Diarra. Florent Malouda, que l’on peut considérer comme le meilleur joueur français depuis un an, sera bien sûr très attendu ; il serait temps que nos meilleurs joueurs en club réalisent d’aussi bonnes performances en équipe nationale. Notons enfin qu’en attaque, Karim Benzema, touché à la cheville droite, est incertain.

 

Un message idéal ?

Avec seulement quelques jours de préparation avant ces deux matchs contre la Biélorussie (ce vendredi au Stade de France) et le déplacement en Bosnie-Herzégovine (mardi prochain), Laurent Blanc sait que le temps qui lui est alloué est très court pour former une équipe compétitive, surtout quand il se trouve privé, à divers titres, d’éléments aussi importants que Franck Ribéry, S. Nasri ou L. Diarra, pour ne citer qu’eux. «Le temps nous manque, mais ça, on le savait depuis le mois de juin», souligne ainsi le technicien. Il ne sera bien entendu pas question de se montrer trop impatient avec cette nouvelle équipe de France, mais il est primordial de bien démarrer cette campagne qualificative ; un succès ce vendredi permettrait aux Bleus de repartir sur des bases saines et de commencer une nouvelle opération séduction vis-à-vis du public, aux ex-mondialistes de reprendre confiance, et à L. Blanc de disposer de plus de temps pour construire son équipe. «Si on veut qu’on nous laisse tranquille, il faut gagner», précise ainsi ce dernier. S’il est idiot de juger le nouveau sélectionneur comme le sauveur des Bleus, une forte attente s’est néanmoins constituée autour de son nom. Et encore plus peut-être que le niveau de jeu de l’EDF (cette question viendra bien assez tôt), c’est surtout l’image de cette équipe de France qui sera en premier lieu jugée par le public. Des joueurs concernés et concentrés, et surtout moins refermés sur eux-mêmes, une communication plus ouverte et amicale, en un mot une certaine fraîcheur (terme à la mode depuis quelques semaines) est attendue par nous tous. Deux bons résultats obtenus par des joueurs heureux de jouer à nouveau l’un pour l’autre : cela serait un message idéal lancé par L. Blanc et sa troupe lors de cette rentrée des classes.

Romain Janer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.