[En vue] Maxime Valet : L’escrimeur au cœur sans peur.

Maxime Valet Mérite Une

Depuis l’âge de 8 ans, Maxime Valet pratique l’escrime. En 2009, suite à une chute, il devient paraplégique. Il refuse l’inertie et continue le sport, rafle des titres européens et mondiaux et poursuit ses études de médecine. Pour 2016, il se prépare avec ses coéquipiers pour les JO paralympiques à Rio de Janeiro.

Par Kevin Figuier 

 

Transmission – Maxime Valet est né à Toulouse, son père, professeur à l’université Paul Sabatier et est aussi chercheur en biologie. Il s’intéresse à la problématique de l’obésité. Sa mère est quant à elle DRH au conseil régional de Midi-Pyrénées. « Depuis tout petit, [il] est fasciné par le côté magique des soins », pour son avenir, il envisage de se tourner vers la médecine du sport.

 

Découverte – Au collège et au lycée, il pratique le sport dispensé par ses professeurs mais s’engage aussi à l’UNSS. Alors que ses parents « ne sont pas de grands sportifs », un copain pratiquant l’escrime lui fait découvrir son sport. « J’ai accroché de suite et je ne l’ai jamais quitté », raconte-t-il fièrement. Affaire de famille, son frère âgé de 25 ans a aussi rejoint la piste d’escrime.

 

Amnésie – Lors d’une chute dans un trou où il est seul la nuit à Toulouse en 2009, Maxime Valet est retrouvé le lendemain par un voisin et rapidement pris en charge les sapeurs-pompiers. En soins intensifs, il n’a que très peu de souvenirs « assez flous ».

 

Courage – Combatif, il continue ses études de médecine et l’escrime dans un « club valide » toujours avec son maitre d’armes Brigitte Aragou au Toulouse université club (TUC). « On a l’avantage de faire un sport qui s’adapte facilement », précise-t-il. Les règles sont les mêmes que pour les valides néanmoins le fauteuil ne bouge pas. Les matchs durent moins longtemps mais « sont plus intenses, rapides et la distance est raccourcie », explique-t-il.

 

Reconnu – Aujourd’hui interne en neuvième année, Maxime Valet a aussi décroché des titres nationaux, européens et mondiaux. Pratiquant l’escrime en fleuret et en sabre, il est trois fois médaillé d’or des championnats de France, dont le titre de 2015, champion d’Europe en 2011, vainqueur du globe de coupe du monde en 2014, enfin médaillé d’or à trois reprises pour les coupes du monde et champion du Monde en 2015. Âgés de 28 ans, avec ses onze autres camarades, ils se préparent pour les JO paralympiques de 2016 à Rio de Janeiro.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.