Dreyfus nous a quittés

Triste disparition de cet homme généreux, humaniste qui s’était fait tout seul et dont la seule “conquête” capable de le faire sortir de l’ombre, et encore, restera l’O.M. Il en était l’actionnaire principal, venu comme pour Adidas, redresser la barre juste après l’épopée Bernard Tapie…   
Robert Louis-Dreyfus, est décédé à l’âge de 63 ans, d’une leucémie contre laquelle il se battait depuis 2001. Héritier d’une dynastie de courtiers en céréales et d’armateurs, il était un homme d’affaires prospère. Alors patron d’Adidas, il avait pris en mains les destinées de l’OM en 1996, club dans lequel il aura investi plus de 200 millions d’euros.

 
“RLD”, comme il était surnommé, était ces dernières semaines très affaibli, mais luttait toujours, continuant à œuvrer pour son O.M. Avec l’éviction d’un Pape Diouf, la venue d’un Didier Deschamps comme entraîneur ou d’un Dassier comme président du Club, il montrait même qu’il était toujours le maître à bord.
Alors aujourd’hui, après sa disparition se pose la question de l’avenir financier de l’OM, mais pas seulement et il est certain qu’une  nouvelle période de flottement pourrait s’annoncer autour d’une équipe déjà secouée par la récente éviction de son président Pape Diouf.
En fait sous la présidence “RLD”, malgré un fort engagement et même si Marseille a disputé deux finales de la Coupe de l’UEFA (1999 et 2004) il n’aura jamais réussi à en faire un grand club européen, malgré quelques coups d’éclat. Perdant même sur le fil, lors de la saison passée, un titre de Champion de France qui lui tendait les bras.
Robert Louis-Dreyfus était une personnalité majeure de la famille du football, qui aura su se distinguer par son sens des affaires, mais aussi et surtout par sa passion du sport et particulièrement du football. «En ces instants difficiles, nos pensées vont avant tout à sa famille. Nous souhaitons à ses proches de surmonter cette pénible épreuve. A titre personnel, Robert va beaucoup me manquer», a écrit personnellement Joseph Blatter, le président de la FIFA.
Ironie du sort ou volonté de tout recadrer avant un départ malheureusement programmé, Robert-Louis Dreyfus, procédait, ces dernières semaines à l’O.M., à un ultime ménage, comme pour préparer dignement sa succession. Plaçant à la tête du club un nouveau président et renforçant les pouvoirs de ses hommes liges. Comme s’il sentait la nécessité d’agir vite. A l’image d’un monarque préparant sa succession. Le monde du football, mais pas seulement, aura perdu un grand homme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.