Da Silva : « Le président a cru en moi et en mes idées »

Mine de rien, les handballeurs toulousains réussissent plutôt bien le début de saison. Avec de nombreux moyens mis en place cet été, les Fénix commencent à faire peur sur les terrains. Capables de gagner à Chambéry, d’enchaîner trois victoires de rang, il y a désormais plein de signes qui ne surprennent plus l’entraîneur Joël Da Silva. Nous lui avons posé quelques questions.

 

Joël, votre équipe reçoit St-Raphaël en étant 4e du championnat. Êtes-vous surpris du début de saison du Fénix ?

Cela se passe à l’image de notre préparation estivale. Il y a énormément de sérieux, du coup cela nous permet de bien travailler ensemble. Tout n’a pas été parfait, notamment lors de nos deux défaites en championnat, mais comme ce groupe a du caractère, il n’hésite pas à se dire les choses en face afin de mieux rebondir. Actuellement nous nous situons juste derrière un sacré trio de tête, ce qui constitue une belle surprise. Ceci dit, il va falloir batailler dur et tenter d’y rester le plus longtemps possible.

 

Si l’on se base au récent passé du club, peut-on évoquer un début de saison idéal ?

Si l’on se base au classement oui, mais il reste encore plein de détails à régler. L’effectif en présence m’apporte beaucoup de satisfaction. Le capitaine Daniel Andjelkovic retrouve peu à peu son niveau, Jérôme Fernandez est dans une forme éblouissante, nos jeunes montrent qu’ils en veulent. Nous avons récemment vu Valentin Porte et Wesley Pardin en équipe de France. A force de travail, ces joueurs sont récompensés, je pense aussi aux autres, au nouveau Nemanja Ilic déjà sélectionné pour le Hand-Star Game* au sein de l’équipe étrangère de D1. Aussi à Rémi Calvel qui s’est remis en selle après une vilaine blessure. C’est un début de saison agréable à vivre en tout cas.

 

Pensez-vous que vos protégés peuvent tenir le rythme toute la saison de la sorte ?

Par rapport à toute l’actualité de cet été, on se devait de faire un très bon début de saison. D’entrée contre le PSG, nous avons marqué notre territoire, ce qui nous a permis de nous faire encenser par les médias. Ce match nul, on aurait pu le gagner en plus, si Jérôme n’avait pas raté ce jet à sept mètres à la toute fin du match. Quelque part, cela a permis au groupe de croire en son potentiel. Regardez, nous enchaînons actuellement notre troisième victoire d’affilée, nous sommes allés gagner à Chambéry. Une première en dix-sept ans ! Nous sommes également les seuls à avoir obtenu un point face à Paris. Contre Sélestat, nous étions menés à la mi-temps, on a fini par gagner de neuf buts d’écart. L’an dernier, on aurait perdu ce match. Je vois des signes de progrès évidents, j’espère que ça va durer le plus longtemps possible.

 

Le jeune entraîneur que vous êtes, apprécie-t-il d’être entouré de tous ces joueurs de talent ?

C’est un véritable plaisir d’évoluer sur le banc toulousain, d’avoir la chance de côtoyer ce niveau, moi qui n’étais qu’adjoint il y a encore si peu. Néanmoins, je ne me fais pas d’illusion, je sais que je serai constamment jugé par rapport à mes décisions. Le président a cru en mes idées et en ma philosophie. Il m’a écouté en ce qui concerne le recrutement. Alors ça fonctionne en ce moment, tout le monde est content. Cela ne va pas nous empêcher de continuer à bosser.

 

Est-il plus facile de mettre en place le jeu qui vous ressemble ?

J’ai la chance d’entraîner une équipe à mon image, une équipe qui ne lâche jamais rien et qui bosse. Petit à petit, on avance, on progresse ensemble et nos résultats parlent d’eux-mêmes. Cela va du jeu, à la gestion du temps que l’on passe ensemble. Dernièrement, nous avons décidé de changer nos méthodes de préparation, en accord avec le président, et suite au départ précipité de notre préparateur physique. Nous allons travailler avec Sport Pro Santé, qui est une entreprise de la région, et ce jusqu’en juin prochain. Nous allons tenter ce pari en se disant que physiquement, c’est une structure très pointue, qui demande beaucoup d’exigence. De toute manière, les garçons ont envie de travailler, cela ne devrait pas engendrer le moindre souci.

 

Quel match a été à vos yeux, le plus abouti depuis la rentrée officielle ?

Plusieurs matchs m’ont plu, mais je retiens quand même cette belle victoire à Chambéry (31-30, le 16 octobre dernier, ndlr). A un certain moment, Jérôme Fernandez a une balle pour les distancer de + 10, et nous restons à +7 pendant un moment. Nous avons souffert sur la fin, comme toute équipe qui vient jouer à Chambéry, mais nous nous sommes accrochés et avons tenu jusqu’à la fin, même dans nos retranchements. Nous n’avons rien volé, cela nous a fait un bien fou pour notre confiance.

 Mehdi Djebbari

* Le Hand-Star Game réunit chaque année, le temps d’une journée, les meilleurs joueurs français et étrangers de notre championnat national.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.