Clinique du sport; Toulouse transforme l’essai

Alors que la clinique du Cours Dillon déménage sur le site du Cancéropôle, l’établissement en profite pour construire une clinique du sport unique en France, prévue pour 2010 : le Médipôle Garonne.

 
«Tout sera réuni pour une prise en charge globale du sportif». René Boussaton, directeur de la clinique du Cours Dillon, est fier du futur établissement dont il aura la charge en janvier 2010 près du site du Cancéropôle. En s’agrandissant, le Cours Dillon a décidé de moderniser ses activités, «selon le projet d’une importante équipe d’orthopédistes arrivés en 2005.» Centre de rééducation, consultation, imagerie IRM et scanner, chirurgie, médecine du sport, évaluation, prévention… le Médipôle Garonne prendra en charge le sportif sous toutes les coutures : «Je ne connais pas en France un établissement global comme celui que nous construisons, capables de soigner les sportifs professionnels comme amateurs», confie René Boussaton.

 

Le Médipôle comprendra à terme, sur une surface de 15 000 m2, 13 salles d’opération, 172 lits, 140 salariés sans compter les 45 médecins libéraux et leurs 50 salariés propres. «Nous comptons créer entre 80 et 90 postes supplémentaires, ce qui est considérable. L’opération dans sa globalité s’élève à 35 millions d’euros.» Outre la clinique du sport et son centre de rééducation, l’établissement sera à la pointe des nouvelles technologies avec un renforcement des spécialités (chirurgie maxillo-faciale et esthétique, gynécologie et appareil digestif, ophtalmologie, ORL, orthopédie, pédiatrie, stomatologie, implantologie dentaire, pneumologie, gastro-entérologie, endocrinologie), une meilleure capacité d’accueil, des équipements innovants comme la chirurgie assistée par ordinateur, un réseau intranet reliant les différents services et un auditorium de 100 places destiné à la formation et aux congrès. Elue la ville la plus sportive de France avec ses nombreuses associations, ses amateurs et ses performants clubs pros, Toulouse se devait de faire honneur à sa réputation en créant une clinique entièrement dédiée à ses athlètes.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.