Clerc espère du beau jeu à la Beaujoire !

Opéré il y a trois semaines du genou, l’ailier toulousain Vincent Clerc, actuellement en pleine convalescence, va devoir regarder ses partenaires à la télévision. Nous l’avons rencontré à quelques jours de la première demi-finale du Top14, qui verra le Stade Toulousain et le RC Toulon s’opposer à Nantes ce vendredi.

 

Vincent nous y sommes ! Le Stade Toulousain va jouer sa saison contre Toulon. Estimez-vous que son nouveau statut de Champion d’Europe peut peser dans la balance ?

 

Je ne pense pas que cela leur donne un avantage particulier. Ils sont sur un nuage, cette euphorie les met dans des conditions idéales. Ils ont bien profité et maintenant ils peuvent se focaliser sur un éventuel doublé. Leur fraîcheur physique sera amoindrie mais mentalement, ils seront au rendez-vous. Toulon possède un banc de grande qualité, avec des joueurs frais. Le collectif fait peur, ils défendent bien. Samedi en finale contre Clermont, ils ont montré que même dominés, ils pouvaient s’en sortir. Ils se sont accrochés, ont été bons dans les rucks, cela leur a permis de reprendre l’avantage au score et de gagner.

 

A votre avis, quelles seront les clés de la rencontre ?

 

En ce qui nous concerne, il faudra qu’on tienne le ballon un maximum, qu’on assure des temps de jeu. Si on est bon dans notre gestion du ballon, dans les rucks et qu’on joue intelligemment au pied, ça peut passer. La discipline sera également essentielle, surtout à face une équipe qui possède dans ses rangs Johnny Wilkinson, un sacré buteur. De toute manière, à ce niveau-là du Top14, nous savons tous qu’il faut commettre un minimum d’erreurs. C’est le prix à payer si on veut conserver notre Bouclier de Brennus.

 

D’autant plus que le Stade Toulousain a réalisé son meilleur match de la saison face au Racing, en quarts…

 

C’était effectivement une prestation très aboutie, qui nous a donné un peu plus de confiance. Dans un contexte serré, face à une équipe en grande forme, on a su élever chacun notre niveau. Cette fois, on ne sera pas à la maison, mais sur terrain neutre. J’ose espérer que de nombreux Toulousains feront le déplacement pour nous encourager. Ce détail peut avoir son importance croyez-moi.

 

 Le Stade Toulousain outsider de cette demie ! Est-ce une force ou une faiblesse ?

 

Tout le monde sait qu’à ce stade de la compétition, c’est généralement l’équipe la plus volontaire qui finit par s’en sortir. Nous avons de l’expérience à ce niveau-là et nous avons nous aussi, envie de ramener un titre à la maison. Voir Toulon soulever la H-Cup, ça rajoute de la motivation. On sait qu’on a connu une saison plus difficile que par le passé, mais petit à petit on a retrouvé nos sensations. Nous restons quand même des compétiteurs, qui ne sont pas là via le fruit du hasard. Pour moi, c’est du 50-50.

 

Et que pensez-vous de l’autre opposition qui aura lieu samedi, entre Clermont et Castres ?

 

Vu le rugby qu’ils proposent depuis quelque temps, je pense que les Clermontois sont largement favoris. Ils sortent d’une grosse désillusion et eux aussi auront envie de décrocher au moins un titre, comme nous. Parfois après une défaite de la sorte, c’est très difficile de rebondir, de réussir à remettre de la motivation. La logique voudrait qu’on assiste de nouveau à un Toulon-Clermont en finale, mais attention à Castres. Tout le monde à sa carte à jouer dans ces phases finales.

 

Et lui dans tout ça ?

 

En attendant la cicatrisation de son opération des ligaments (environ 3 mois), Vincent suit un programme bien défini en termes de récupération. Même si son genou répond bien aux légers efforts, il travaille plutôt le haut du corps en ce moment : « Cet été je vais partir au centre de rééducation de Saint-Raphaël, puis je reviendrai au Stade pour peaufiner les derniers réglages. L’avantage, lorsque l’on s’est déjà blessé au même endroit, c’est qu’on connaît les axes à améliorer ou non. Question endurance, je suis assez performant, par contre, j’ai prévu de revoir ma vitesse en m’entraînant avec des sprinteurs de métier», précise-il, le propos plein d’amertume. En effet Clerc ne disputera pas les phases finales comme il y a cinq ans (blessure similaire), il ne fera même pas le déplacement à Nantes afin d’encourager ses coéquipiers : « Vu comme c’est difficile d’aller à Nantes en transport, je vais rester chez des amis devant la télévision. Si jamais on parvient à se qualifier en finale, j’aviserai en fonction, mais pas avant », conclu-t-il, lui qui s’est fixé pour objectif d’être sélectionnable en vue du prochain Tournoi des 6 Nations.

par Mehdi Djebbari



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.