Bermudez sait à quoi s’attendre

Samedi soir à Cambrai, la boxeuse toulousaine de 26 ans, Élodie Bermudez, tentera d’obtenir son premier titre de Championne de France en moins de 52 kilos. Elle qui a déjà tout raflé dans la catégorie inférieure des mi-mouches, part légèrement favorite en raison de son expérience des finales. Néanmoins elle reste vigilante et envisage toute issue possible. Rencontre.

 

Élodie, comment vous sentez-vous à quelques jours de cette finale des Championnats de France Élite ?
Plutôt bien. Il a fallu cravacher lors des demies à Lorient le 30 mars dernier, face à la quadruple championne de France et double championne d’Europe. Ce fut un combat très intense et me retrouver là, constitue relativement une bonne nouvelle. En début de saison, j’ai tenté un pari en basculant d’une catégorie à l’autre. Parvenir jusqu’à la finale, prouve bien que mon staff et moi avions eu raison de tenter un coup de poker. En – de 52kg (les poids coqs), ma rapidité fait généralement la différence face à des gabarits plus lourds. C’est ce que j’ai ressenti dès mon premier combat. Je sais donc, à quoi m’attendre samedi.

 

Connaissez-vous votre adversaire ? Si oui, pouvez-vous nous la présenter ? 

 

Il s’agit de Margot Bouyjou, une boxeuse licenciée au BC Montalbanais, qui fait aussi partie du Pôle France de Toulouse. Je ne l’ai jamais rencontrée. Je sais juste qu’elle ne partage pas la même expérience que moi, ni le même poids (48kg pour Élodie, 52kg pour son adversaire). D’après ce que j’entends, elle est moins explosive. Il ne faudra surtout pas rater l’entrée dans ce combat et tenter ma chance jusqu’au bout. Rien ne sert de dominer pendant quatre reprises, si c’est pour prendre un coup décisif dans la cinquième. En tout cas, ça va être une belle finale, chacune y va pleine de motivation.

 

Et quelles sont vos motivations ?

 

Quelque soit le résultat à l’issue de la rencontre, cela ne remettra rien en cause. En général, j’ai toujours réussi à surmonter les défis que je me suis fixés. Une défaite, même si je n’en ai pas l’habitude, décuplerait mes motivations afin de revenir plus déterminée encore. En cas de victoire, je pourrai disputer les championnats du monde dans cette catégorie que je découvre encore. Ce serait vraiment formidable après ceux de 2011 (Élodie détient déjà un titre mondial en -48kg)».

http://www.youtube.com/watch?v=p9M5sNNTY-Y

 

Juste trois semaines pour préparer ce genre d’affrontement, ce n’est pas un peu court ?

 

Vous savez, cela fait un an que je prépare ce genre d’événements ! Effectivement, j’ai dû m’imposer une semaine de repos et d’entretien dans la continuité de la demi-finale. Mais dès que j’ai récupéré, je me suis remise au travail, victoire en poche à l’issue de mon combat le plus compliqué de la saison. J’estime que la finale devrait être plus abordable, toutefois je ne jure de rien. Un combat de boxe n’est jamais écrit à l’avance. Il suffit d’un moment de relâchement… 

 

D’où tenez-vous cette soif de compétition ?

 

Ma famille et mon entourage ont l’habitude de me voir ramener des titres à la maison. Je ne les surprends même plus. En ce qui me concerne, je suis consciente que mon palmarès s’étoffe et s’inscrit dans un cercle assez fermé de la boxe féminine. Pour l’instant, je prends les défis comme ils viennent, tout en me fixant des objectifs à moyen terme. Même si les titres s’accumulent, il n’y a pas de routine en boxe française, les adversaires changent, s’améliorent aussi. Il y a toujours un challenge à relever.

 

 D’autre part, comment se porte le STOC* ? Le club que vous avez co-structuré…

 

Pour une première année, nous sommes assez satisfaits du niveau global,  de la bonne ambiance qu’il y règne. Au total, il y a 70 licenciés. Le week-end dernier lors d’un championnat départemental, quatorze de nos boxeurs ont participé et certains ont même ramené un trophée. Le club a bien imprégné les notions de compétition et de loisir. La dynamique est plutôt bonne.

 

 

*Savate Toulouse Olimpica Club :

http://www.savate.toulouse.olimpica.club.sitew.com/#ACCUEIL.A

 par Mehdi Djebbari

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.