Les Spacers partent à la relance

 

Maintenus de justesse lors du dernier championnat, les Spacers attaquent une nouvelle saison avec d’autres ambitions. Dans la continuité de l’excellent parcours en Coupe de France, brutalement stoppé en finale par Tours, les Toulousains ont des envies du haut du classement. Cédric Enard a largement bouleversé son groupe et espère obtenir davantage de satisfactions.

 

Depuis mardi et ce déplacement à Sète, les choses sérieuses ont commencé pour les volleyeurs toulousains. Ex-finalistes de la Coupe de France en mars dernier face à l’intouchable Tours, les joueurs entraînés par Cédric Enard souhaitent désormais, éviter de jouer le maintien en championnat et surtout, ne pas rééditer une entame similaire à celle de l’an passé : « La saison dernière, on avait connu une première partie de saison catastrophique. Il devient difficile de relancer la machine après, même si je suis clairement satisfait de la tournure qu’ont pris les événements », pointait l’entraîneur toulousain, qui aimerait que les Spacers jouent une des huit premières places de la saison régulière, à savoir une qualification en play-offs.

 

Mélange de nouveaux et de jeunes

 

Le capitaine brésilien Diogenes Zago semblait plutôt confiant à l’issue de la conférence de presse d’avant-saison. Ce dernier et ses coéquipiers déjà au club, ont tout fait pour que les nouveaux s’intègrent le plus rapidement possible. Car Toulouse a recruté des joueurs plutôt prometteurs si l’on se base à leur CV. Ils se nomment André Radtke, Facundo Santucci, Danail Milushev, Futi Tavana, et possèdent tous une expérience réussie dans un championnat de qualité. En dépit d’un budget parmi les plus bas de Ligue A, Enard a dû trouver un moyen d’enrôler des éléments en quête d’un challenge sportif de qualité : 

« Je suis très heureux d’avoir pu faire venir ces joueurs. Je peux vous garantir qu’il n’est pas facile d’obtenir les meilleurs choix. Eux ont accepté, car ils ont vu que nous avions une véritable culture volley ici. En tout cas, rien n’a été laissé au hasard, je connaissais ces joueurs et ne voulaient pas casser la dynamique du moment », poursuivait Enard. Il faut dire que la préparation lui donne raison. Les Spacers ont réalisé une excellente préparation en cette fin d’été. Afin de voir tout le monde, ils ont disputé onze matchs amicaux, et sont fin prêts à en découdre avec qui que ce soit. Renforcés par quelques jeunes vainqueurs de la Coupe de France Espoirs, les Toulousains ont réussi à créer une osmose entre confirmés et débutants au plus haut niveau. Si Thibault Rossard fait pleinement l’unanimité, lui qui sera surveillé par les adversaires comme le lait sur le feu, Toulouse a fait également confiance à ses pépites : Trévor Clevenot, Tchéni Petro, Nicolas Burel, Dimitri Walgenwitz et à Romain Deveze, d’autres volleyeurs d’avenir, parfois internationaux au sein des catégories jeunes.

 

Un changement de mentalité

« En fin de saison dernière, nous étions nombreux à nourrir des regrets. Nous l’avions « amer » d’avoir perdu cette finale de Coupe de France. Sans David Konecny en feu, ce Tours-là était prenable… Du coup, quelques joueurs sont partis, des nouveaux sont arrivés. Vous risquez d’avoir de belles surprises », évoquait Zago tout sourire. Le capitaine brésilo-toulousain des Spacers, demeure toujours un exemple d’intégration. Lorsqu’une recrue constate son adaptation au sein de la Ville Rose, elle ne peut que s’imaginer elle-aussi des jours radieux. Malheureusement, il n’y aura pas beaucoup de temps pour profiter de l’été indien. Après Sète, Toulouse et ses recrues enchaîneront contre Paris puis Tours et Montpellier en Ligue A, autant dire, de véritables chemins de croix. Loin de s’avouer déjà vaincue, la formation d’Enard n’entend pas laisser les rencontres filer, sous prétexte que l’équipe paraît supérieure sur le papier : « Les autres ne nous connaissent pas. Nous ne nous faisons pas d’idées reçues sur les nouvelles équipes. Chacun repart de zéro, nos joueurs sont prêts. Ce groupe-là, je le trouve rafraîchi », rajoutait Jean Azéma, un président plutôt confiant. Il ne reste plus qu’à attendre ce que donneront tous ces paris d’avenir, dans un championnat hyper relevé. En tout cas, ces Spacers-là, ont hâte d’en découdre, un premier signe fort révélateur d’une certaine confiance acquise lors de la préparation.

 

Mehdi Djebbari



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.