Albacete : «Cette nouvelle expérience m’a rendu plus fort»

Tout juste revenu d’Argentine, après quatre mois à disputer le Four-Nations, le seconde-ligne toulousain Patricio Albacete dit Pato, s’est retrouvé impliqué dans la victoire du Stade face à Leicester, ce dimanche (victoire 23-9). Revigoré par l’événement, il se sent prêt à retrouver la compétition avec son club qu’il affectionne tant, depuis sept saisons désormais.

 

Patricio, vous revenez tout juste d’Argentine et vous enchaînez directement avec la H-Cup. Comment vous sentez-vous ?

Je suis très content de pouvoir rejouer avec mon club, après cette longue coupure internationale, toute nouvelle pour moi. J’ai disputé une vingtaine de minutes, ce qui m’a permis de participer à cette première victoire très importante. Malgré cela, d’un point de vue des automatismes, j’ai encore besoin de me réadapter au jeu mis en place par le staff. En touche notamment, il faut que je sois davantage au courant des combinaisons. Sinon, physiquement, je me sens très bien, prêt à disputer une grosse saison avec Toulouse.

 

Le Stade partait un peu dans l’inconnu face à Leicester. Finalement, vous vous êtes bien sortis du guêpier ?

Ce premier match européen, dans la tête et pour la suite, il est fondamental de le gagner. Le match a été compliqué en première période. La météo n’a rien arrangé, le ballon ne faisait que glisser ; Une horreur ! Au final, on a tenté plus de choses qu’eux et ils ont fini par craquer, punis par Luke Mc Alister en réussite. J’ai pu découvrir les jambes de feu du jeune Gaël Fickou, que je ne connaissais pas encore. Les coéquipiers ne me disaient que du bien de lui, je me suis rendu compte de son talent. Cet essai qu’il inscrit avant le repos, nous sort une sacrée épine du pied. Les Tigers auraient bien pu ramener le point du bonus défensif sans un exploit individuel à moment donné. Ils ont pris un coup sur la tête avec cet essai de Gaël.

 

Parlez-nous de ce premier Four-Nations que vous venez de disputer pendant quatre mois. Qu’avez-vous retenu de cette expérience inédite pour l’équipe d’Argentine ?

Que du positif, c’était vraiment excellent. Je suis ravi d’avoir pu disputer une compétition aussi relevée et extraordinaire aussi. Pour nous les Argentins, il s’agit d’un énorme challenge à relever. Chaque année, il faudra être à la hauteur des toutes meilleures nations. Cela nous permet de rester ensemble un long moment, d’apprendre à mieux jouer ensemble. On s’est rendu compte des progrès effectués au fil des matchs d’ailleurs. Bien sûr, on manque encore d’expérience, mais on retient les leçons, on n’a pas été ridicule quand même !

 

Malgré le bilan plutôt lourd (5 défaites et 1 nul), il n’y a que du bon à retenir de cette aventure ?

J’estime que nous aurions pu remporter trois matchs, si nous avions fait preuve de plus de maturité. A Mendoza contre l’Afrique du Sud déjà, ils arrachent le nul sur un ballon contré, c’est vraiment dommage. En Australie, nous menions 19-6 et au final nous perdons 23-19 ; Une sacrée désillusion quand même ! Au retour contre ces mêmes Australiens, dix minutes de relâche nous ont coûté le succès. Par contre face aux All-Blacks, on n’a rien pu faire. Ils sont vraiment au-dessus du lot ! Après le match aller, où nous étions un peu trop timorés et axés sur la défense, nous avions décidé de jouer à l’offensive, un peu à leur image. On s’est pris un mur en pleine face, tout simplement. Ils te font payer cash la moindre erreur. Il y a quand même du positif à retenir. C’est bien pour la suite, on saura désormais à quoi s’attendre. J’avoue qu’avant la compétition, j’ai eu peur que nous ne soyons vraiment pas au niveau d’intégrer ce mini-championnat. Mais ça s’est bien passé, et nous avons hâte de revenir plus forts l’an prochain.

 

Comment le peuple argentin a-t-il perçu ce nouvel événement ? On imagine que la ferveur a dû se faire sentir au pays…

Le public a été énorme. Sur les trois matchs qu’on a disputés (à Mendoza, La Plata et Rosario), l’ambiance a été extraordinaire à chaque fois. On est très content de ce que cela va entraîner au niveau du développement de ce sport, de plus en plus populaire en Argentine. J’ose espérer qu’au fil des ans, l’événement prendra une place plus importante et qu’on améliorera nos résultats.

 

D’ici là, vous serez à Toulouse. Dans combien de temps serez-vous à 100 % de vos moyens en vue du Top 14 et de la H-Cup ?

Dès la semaine prochaine à Trévise, j’aimerais bien prétendre à une place de titulaire. Je sors d’une lourde préparation, un peu différente de celle pratiquée en club, alors je dois faire attention au contre-coup. Je me dis que la H-Cup et que le Top14, c’est quand même moins dynamique que ce que l’on retrouve avec l’équipe nationale. Il n’y aura pas de nouveauté, ce qui veut dire pas besoin de trop d’adaptation. Je connais mon métier, ça va aller, ne vous inquiétez pas.

 

par Mehdi Djebbari



UN COMMENTAIRE SUR Albacete : «Cette nouvelle expérience m’a rendu plus fort»

  1. astie alain dit :

    Nous sommes tres heureux de ton retour et de te revoir au Stade je suis sur que tu vas faire une grande saison et que nous allons atteindre les sommets Abrazos Alllaaiiiin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.