Yelp : la communauté toulousaine qui monte, qui monte

Florence Nef (au centre) et la nouvelle community manager de Yelp Toulouse. Autour d’elle, une joyeuse communauté de “yelpeurs”

 Du haut de ses 24 ans, Florence Nef gère avec brio la communauté des yelpeurs toulousains. Quèsaco ? Yelp est un réseau social de recommandation locale… Chacun peut donc à sa guise y publier un avis sur un commerce de sa ville afin de partager son expérience. Mais le concept ne s’arrête pas là et permet à ces critiques d’un jour de se réunir autour d’un état d’esprit somme toute séduisant… Rencontre.

 

« Yelp est né en 2004 à San Francisco et a pour vocation de mettre le bouche-à-oreille par écrit », explique Florence Nef, la Community manager de Yelp Toulouse, « les yelpeurs donnent leur avis sur des commerces, bars, garagistes, etc, tout ce qui peut faire la vie locale et pour lequel il est bon d’avoir des recommandations. Plus il y a d’avis, plus c’est un gage de qualité. » Ce concept qui a déjà fait le tour du monde, s’étend aujourd’hui à plus d’une vingtaine de pays. « Le mouvement prend une belle ampleur. Aux dernières nouvelles, nous avions 117 millions de visiteurs uniques par mois. C’est un gros bébé qui permet  de consulter Yelp ou qu’on aille. » Un concept vu et revu sur des sites comme tripadvisor, cityvox ou encore l’internaute. Pourtant les yelpeurs vont encore plus loin car s’ils peuvent publier des avis concernant les grandes villes françaises depuis la naissance de Yelp, 2010 signe l’arrivée des Community managers sur le territoire hexagonal : « il y a un volet supplémentaire communautaire et social qui entre en jeu. En tant que Community manager, j’organise un événement par semaine et un plus gros par mois : l’occasion de se rencontrer en vrai et de découvrir de bons plans ensemble : le but est de créer du lien social. » Et ça marche ! Florence s’est attelée au gros dossier Yelp Toulouse début juillet et depuis, le nombre de membres ne cesse de croître : « j’ai ressenti un excellent accueil à Toulouse. La communauté a été enchantée et tout de suite partante, et au-delà des yelpeurs, toute la ville a vraiment l’esprit Yelp.» La Community manager avoue elle-même que Yelp lui a changé la vie : « au début j’étais inquiète, mes collègues dans les autres villes me disaient que ça allait être un bouleversement ! Les yelpeurs sont devenus mes amis, c’est inestimable comme façon de faire. Ça a quelque chose d’un peu hippie !» Auparavant consultante free-lance et bloggeuse mode, la Toulousaine « pure produit cassoulet » comme elle aime à le souligner, avait déjà son petit réseau, ce qui lui a permis rapidement de taper aux portes afin d’organiser chaque semaine son événement : « kayak sur la Garonne, soirée karaoké, dégustation de tapas, marché de Noël de créateurs locaux, moi la première, je fais des trucs que je n’aurais jamais faits sans Yelp ! D’ailleurs en janvier, on organise un Festival Of first « on n’a qu’une première fois. Autant la faire tous ensemble ! » L’occasion de faire du patin à glace, un marathon de série etc. » Concrètement, Florence va à la rencontre des commerçants avec une idée et négocie un deal (exemple : tapas gratuit mais pas la sangria…). L’événement est publié sur Yelp et les yelpeurs intéressés s’inscrivent : « il faut régulièrement refuser du monde… » Le jour J, le commerçant fait son chiffre, les yelpeurs passent une bonne soirée et le bouche-à-oreille fait son effet…

 

« Une merveilleuse machine »

 

Et le concept va encore plus loin pour créer la cohésion, car les membres les plus « actifs » reçoivent parfois la distinction « élite » : « A partir d’un certain stade, le comité des élites à San Francisco attribue « un badge élite » qui donne accès à des soirées plus « privées » », poursuit Florence Nef, « Il n’y a pas de règles fixes à part être majeur et ne pas être propriétaire d’un commerce. C’est plus un état d’esprit, une façon de voir les choses, être positif, enthousiaste, aimer découvrir sa ville. » A priori, la ville rose compte un grand nombre « d’heureux promus. » Le modèle économique, lui, repose sur la publicité en page d’accueil. Quant à la fiabilité des avis, un logiciel dédié tente de trier le vrai du faux : « On veut garder transparence et véracité absolue dans les avis, ce logiciel de recommandation travaille sur plusieurs critères de qualité, de fiabilité et d’activité du contributeur et en fonction de ces critères, un algorithme permet de déterminer si un avis semble fiable ou non. En fonction, les avis sont recommandés et rentrent en compte dans la note alors que d’autres restent consultables mais n’entrent pas dans la note. » En tout cas au sein de la communauté, le site semble faire l’unanimité. Il n’y a qu’à voir les témoignages de yelpeurs littéralement séduits par le concept (voir encadré). « Le côté positif, c’est qu’on voit des gens qui ne se seraient jamais rencontrés, devenir amis. La plus jeune doit avoir 19 ans, le plus âgé, 56 ! Ils sont super copains ils papotent. » Pourtant tout n’a pas été si simple au début et Florence se souvient de quelques frayeurs : « le jour où j’ai organisé mon premier événement, j’avais 80 cupcakes sur les bras et cinq minutes avant le top départ de la soirée, j’ai paniqué : Et s’il n’y avait personne ? » Finalement, ce jour-là -et les suivants- des dizaines de Yelpeurs ont répondu présents. Florence essaie aujourd’hui de conserver la dimension humaine de ces soirées et laisse plus de marge à certains événements, comme la fashion-week de Toulouse organisée en septembre afin de faire connaître le concept. « Il y avait une demande de la communauté, cela n’existe pas ici, c’est un projet qui les tentait : plusieurs centaines de personnes se sont déplacées. » Elle résume finalement ce qui devait n’être qu’un « job » comme « une merveilleuse machine : mon boulot c’est de rendre les yelpeurs heureux et j’y trouve vraiment mon compte.» What else ?

 

Aurélie Renne

 

 

 Les Yelpeurs racontent

 

Marie, 19 ans, étudiante

«Yelp est avant tout un réseau social que j’adore, je trouve le concept génial : Le fait de rencontrer les autres yelpers lors de sorties et de partager des moments cools et drôles dissipe le côté virtuel que l’on peut connaître avec d’autres sites. Je yelp tous les jours ! Je fais des check in, j’écris des avis chaque semaine, je donne des astuces, je poste énormément de photos aussi… On est très vite accros à Yelp, c’est une véritable fête et la communauté de Toulouse est à l’image du site : sans prise de tête.»

 

 

 

 

 

 

Emma, 32 ans, cadre dans la communication

« J’ai découvert Yelp sur les réseaux sociaux, je voyais passer des photos de sorties et ça avait l’air génial ! Un membre de la communauté m’a dit « Viens ! » et depuis c’est une addiction ! Dès que je vais quelque part, c’est Check-in, Photo et avis ! Yelp me permet de découvrir de nouveaux endroits, des pépites que l’on ne peut trouver que par le bouche-à-oreille ! En plus, j’ai rencontré des gens vraiment géniaux avec qui je passe de bons moments. La communauté Yelp est amicale, généreuse et libre. Les nouveaux sont toujours accueillis comme de vieux amis, on rit ensemble, on échange. C’est comme intégrer un groupe d’amis à la « Friends ».» 

 

 

 

Rémi, 27 ans, cadre dans le bâtiment

« J’ai découvert Yelp lors d’un voyage à Londres, je cherchais un restaurant Coréen. Depuis c’est mon réflexe dès que je cherche quelque chose de précis. J’essaie d’être aussi actif que possible, pas toujours facile avec ma vie professionnelle. Je me souviens avoir été assez intimidé lors de ma première soirée Yelp et en cinq minutes je me suis senti comme en famille. Ce qui me marque, c’est de voir comme les yelpeurs sont attachés à leur ville, les commerces, et comme ils sont enthousiastes à l’idée de découvrir de nouveaux lieux plein d’âme.»

 

 

 

Jean-Christophe, 56 ans, professeur des écoles

« Je participe à tous les événements proposés, qui permettent une rencontre « réelle » entre les membres et également la constitution d’un groupe, d’un noyau dur des « Yelpeurs ». De rencontres en rencontres, une communauté sympathique se crée (dont je suis le doyen !) Ce concept favorise le lien social et motive les rencontres aussi étonnantes que sympathiques» » 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.