Xavier Bigot ; Booster le Conseil Général 31

A bientôt 30 ans, Xavier Bigot est candidat sur le canton III de Toulouse pour Europe Ecologie Les Verts. Un écho au parcours de ce Toulousain d’adoption, originaire de Gironde, très vite sensibilisé aux questions environnementales et qui tient par ailleurs à favoriser le lien intergénérationnel ainsi que des circuits courts dans le domaine agricole.

 
Arriveront-ils à faire leur entrée au Conseil Général de Haute-Garonne à l’issue du scrutin du 27 mars prochain ? Après le Conseil régional de Midi-Pyrénées, la mairie de Toulouse, Europe Ecologie Les Verts est désormais engagé sur la route du département.
Comme l’UMP avec Stéphane Diebold, le parti écologiste présente un jeune candidat sur le canton III de Toulouse, mais la comparaison s’arrête là. Xavier Bigot est Toulousain depuis deux ans. Son enfance passée sur le bassin d’Arcachon l’amène à prendre conscience très vite des problèmes environnementaux. Cependant, bien qu’ancré à gauche, l’engagement politique ne sonnera pas d’emblée comme une évidence : «J’ai mis du temps à adhérer à un parti. Quand on est jeune, on a tendance à s’en méfier et à plutôt vouloir se diriger vers l’associatif ou tout au moins à s’engager dans des combats politiquement moins encadrés.»
Une campagne électorale sur Bègles, aux côtés d’amis venus soutenir Noël Mamère, suffira à lui faire sauter le pas. Du temps où il réside en Gironde, Xavier Bigot va beaucoup s’intéresser également à l’insertion sociale. A son arrivée à Toulouse, il continue à travailler dans ce domaine, et notamment à la Maison de l’Emploi de Bagatelle. Et lorsque l’écologie s’en mêle, il devient le collaborateur de François Simon au Conseil régional de Midi-Pyrénées (vice-président de la commission permanente, membre de la commission sports et vie associative) sur précisément les questions de solidarité, logement, jeunesse, santé et d’insertion par l’économique.

Pas de jeunisme

Aujourd’hui, Xavier Bigot veut aller encore plus loin et agir pour ces enjeux qui lui sont chers : «Les cantonales» dit-il, «font écho à mon parcours». Toulouse III est son fief, il s’y «sent bien». Et puis il considère qu’avoir des élus écologistes au Conseil Général de Haute-Garonne, pourrait donner «du dynamisme et booster Monsieur Izard qui peut-être ronronne un peu trop, par habitude, par train-train». Mais Xavier Bigot refuse pour autant de polémiquer sur «l’âge du capitaine» : «Je ne fais pas de jeunisme» explique-t-il, «Ce qui m’intéresse, ce sont les idées».
De même, ce néo-toulousain reste prudent lorsqu’il s’agit d’évaluer l’action de la sortante Martine Martinel : «Je ne peux pas vraiment en parler parce que je n’ai pas l’impression que son bilan, en tant que conseillère générale, ait été affiché».
Parmi les nombreuses propositions du candidat d’Europe Ecologie Les Verts, le soutien à l’économie sociale et solidaire, «porteuse d’emploi», ainsi qu’au lien intergénérationnel : «Le Conseil Général est compétent en ce qui concerne les personnes âgées et j’ai vraiment cette volonté de favoriser le lien, l’entraide entre elles et les jeunes, par un système de colocation par exemple.»
Autre secteur de taille, celui de l’agriculture, ardemment défendue par Gérard Onesta, alors candidat aux régionales. «Nous nous situons sur un département à la fois rural et urbain.» poursuit Xavier Bigot, «Or il manque là aussi un lien entre ces deux territoires. Cela permettrait de développer des circuits courts, de proximité et une filière bio qui trouverait un écho notamment dans les cantines scolaires. Notre entrée au Conseil Général de Haute-Garonne aiderait également à une bonne collaboration avec d’autres collectivités locales.»

 

Diversité culturelle et “greenwashing”

Jeudi dernier, Xavier Bigot et sa suppléante, Fanny Thibert, se sont joints à une conférence de presse commune avec le Partit Occitan, sur la diversité culturelle qu’ils tiennent aussi à défendre sur le département. Le rapport entre les deux mouvements est ancien : «Nous avons toujours été partenaires.» ajoute Xavier Bigot, «En 2004, les Verts soutenaient un candidat du Partit Occitan sur le canton III de Toulouse. Il y a toujours eu cette synergie entre nous. Il est important de s’occuper d’environnement, d’humain mais du développement de la culture et de la langue occitanes aussi. Nier leur existence ici en Midi-Pyrénées, ce serait nier l’histoire même de ce territoire.»
Pour l’heure, Xavier Bigot ignore encore ce que sera sa stratégie au second tour de ces cantonales. Ce qui le fait sourire en revanche, ce sont les partis politiques qui selon lui, font du “greenwashing”. De pâles copies qui pour le candidat n’ont rien à voir avec l’original : «Ils récupèrent les idées écologistes sans forcément tout maîtriser mais il n’y a pas de fond derrière. Cela ne fait que reteindre en vert leurs programmes.»

Claire Manaud

Le canton III de Toulouse : Saint-Cyprien – Bourrassol – Fontaine-Casselardit – TOEC – Hippodrome – Arènes – Avenue de Muret – Rapas –
Fontaine-Lestang – Cartoucherie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.