Wroclaw, une destination plus que touristique

Dans un pays que les «à priori» freinent en termes de tourisme, où l’hiver est censé être long et glacial, où le seul moyen de se réchauffer doit se résumer aux verres de vodka, c’est une vraie chance de visiter une ville authentique et charmante, riche d’histoires et d’infrastructures, mais également en plein développement économique.

A l’heure où la France voit son «triple A» supprimé par certaines agences de notation, à l’heure où la zone euro se fragilise, où le pouvoir d’achat des Français est au plus bas, les destinations touristiques accessibles sont de plus en plus restreintes.

La pyramide des besoins de Maslow veut qu’en cas de baisse du pouvoir d’achat l’homme se contente de satisfaire ses besoins physiologiques encore appelés besoins primaires (manger, boire, se loger) et délaisse ses besoins secondaires, notamment les loisirs. Et si, pour retrouver un peu de confort de vie, nous décidions de contredire Maslow et de privilégier le tourisme pour renforcer notre pouvoir d’achat ? Et si nous décidions de quitter notre France, l’espace de quelques jours pour découvrir l’un de ces pays dits en voie de développement ?

Quel bonheur serait-ce de voir, une fois la frontière passée, son pouvoir d’achat quadrupler ? De pouvoir manger au restaurant un menu complet pour quelques euros ? Et enfin, pouvoir visiter des musées, et des monuments historiques qui nous dépaysent ?

 

La Venise du Nord

 

C’est le cas en Pologne, pays tristement connu pour son invasion en1939 et le génocide qui s’en est suivi. Ce pays «connu» pour son froid hivernal et sa pauvreté, un ex-bloc communiste «où il ne fait pas bon vivre». Voilà bien l’opinion de nombreux étrangers sur la Pologne. Il est vrai que lorsque l’on y pense, il est très facile de l’imaginer en noir et blanc, vieillie et meurtrie.

Pourtant, la Pologne est belle et bien en couleurs, riche d’infrastructures, magnifique d’authenticité mais également en plein développement économique.

Arrêtons-nous par exemple à Wroclaw, quatrième ville polonaise, surnommée la Venise du Nord, pour ses nombreux ponts et passerelles. Une magnifique ville aux rues pavées, aux cathédrales gothiques et néo-gothiques, au théâtre municipal à dimension d’opéra, aux fontaines colorées, et au centre universitaire moderne… En somme, une belle destination touristique. Ses grandes rues pavées sont truffées d’une soixantaine de gnomes de bronzes de cinquante centimètres environ qui nous guident de monuments en monuments ; un cheminement agréable et original. Le décor y est contrasté, l’ensemble des constructions nous permet de reconstruire l’histoire de la ville, en allant des cathédrales gothiques du 13ème siècle aux immeubles de la fin du 20ème.

 

Retrouver son pouvoir d’achat, tout en boostant l’économie

 

Bien loin de la zone euro, notre pouvoir d’achat se voit de cette manière multiplier par 4. En effet, le restaurant coûte 20 Zlotys (pourboire compris), soit un peu moins de 5 euros. Voici donc le moyen de profiter d’un cadre exceptionnel sans se ruiner.

Après tout, même les grandes multinationales l’ont compris, et parient aujourd’hui sur la Pologne, non pour délocaliser de la production manufacturée mais bien pour installer une entité indépendante. C’est par exemple le cas de «Google» ou de «Siemens» qui se sont installées ces dix dernières années à Wroclaw. Elles embauchent ainsi des cadres de différents pays et les rémunèrent en Zloty, leurs offrant ainsi une qualité de vie confortable et réduisent énormément les coûts liés aux salaires. Car payer 4200 Zlotys un employé à Wroclaw, et donc lui offrir un pouvoir d’achat plus que raisonnable, se traduit par une charge inférieure à 1000 euros en France.

Faire le choix de suivre la démarche de grands groupes comme Google ou Siemens est donc peut-être le moyen de trouver des destinations touristiques aussi accessibles que magnifiques.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.