Vœux aux forces économiques ; Sarkozy choisit Toulouse

Preuve de la bonne santé d’Airbus, le président Sarkozy a choisi le site Lagardère pour adresser ses vœux 2011 aux forces économiques du pays. L’occasion pour lui de rendre hommages à l’entreprise aéronautique et ses salariés.

 
«J’ai souhaité venir au sein de l’usine d’assemblage de l’A380 pour adresser mes vœux aux forces économiques car Airbus représente pour la France et l’Europe un triple symbole. Le succès d’un grand projet européen, la preuve que l’Etat a un rôle à jouer pour favoriser l’innovation, appuyer les projets et soutenir les grandes évolutions technologiques, et que l’industrie est un moteur essentiel de la croissance.» Jeudi dernier, le président Sarkozy débarquait à Toulouse pour le traditionnel discours des vœux aux forces économiques du pays. Après une visite de l’A400M et de la chaîne d’assemblage de l’A380, c’est devant un parterre de 5 000 personnes, salariés d’Airbus, élus et chefs d’entreprises locaux, que le Président a fixé ses priorités économiques pour 2011 : «réhabilitation du travail», «poursuite des réformes», «rétablissement des comptes publics», «convergence de la fiscalité des entreprises». Le Président de la République a également fustigé les 35 heures («le travail n’est pas une aliénation, c’est le chômage qui en est une») et annoncé la prise en main du problème de l’emploi des jeunes et de la dépendance des aînés. Tout en avouant prendre conscience des inquiétudes des Français : «Il y a des souffrances, il y a des difficultés, il y a une aspiration à davantage de justice.»
Grande priorité de la politique économique de la France : l’industrie. Celle-ci «n’est pas un gros mot» a prévenu Nicolas Sarkozy qui a salué les activités d’Airbus, moteur de croissance pour tout le pays. A ce titre, le Président a annoncé une enveloppe de 1,5 milliards d’euros tirée du grand emprunt à destination de l’aéronautique. Il a également tenu à rassurer les salariés de l’avionneur sur la parité euro/dollar, dossier que défendra la France à l’occasion de la présidence du prochain G20 : «Ici, à Airbus, vous qui produisez en zone euro et vendez en zone dollar, vous êtes pleinement conscients de l’enjeu fondamental que constitue la réforme du système monétaire international pour rendre les conditions de concurrence équitable entre les grandes zones monétaires. […] Je suis convaincu que trouver une réponse collective à ces questions est indispensable pour assurer une croissance stable, durable et équitable de l’économie mondiale.»

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.