«Vous allez beaucoup rire, je vous le garantis !»

Après les triomphes de “Arthur en vrai” et du “Dîner de cons”, Arthur revient sur les planches le 16 mars à Toulouse au Théâtre du Casino Barrière, dans le cadre du Printemps du Rire. Son nouveau spectacle, mis en scène par Josée Fortier, est plus incisif que jamais. Un spectacle drôle et dans l’air du temps.

 
Arthur, vous êtes passé à Toulouse il y a deux ans pour présenter le spectacle “L’I-show”. Qu’est-ce qui a changé depuis dans votre carrière ?
J’ai perdu deux kilos, j’ai un enfant… Plus sérieusement, j’ai joué trois cents fois plus ! C’est génial !

Pourquoi avez-vous voulu participer au Printemps du Rire ? Quelle signification cela a-t-il pour vous ?
Je trouve que c’est un festival très important. La dernière fois que j’y ai participé, j’en ai gardé un formidable souvenir. Les personnes étaient en pleine forme et de plus, j’adore Toulouse ! Il y règne une ambiance de fou, j’aime beaucoup cette région !

Pouvez-vous me décrire votre nouveau spectacle ? De quoi vous êtes-vous inspiré ?
Vous allez beaucoup rire, je vous le garantis ! Il y a plein de surprises. Le propre de ce spectacle est de raconter les travers du quotidien. C’est très interactif. On parle du couple, de l’amour, de la sexualité, des enfants, d’internet, de Facebook, de l’iphone… Ce n’est pas ma vie que je raconte, c’est la vôtre ! L’inspiration, je la tire autant de la vie des autres que de mon quotidien. Parfois, je m’engueule avec ma nana et je lui dis : «Attends, attends, continue, je note !». Mais ma meilleure source d’inspiration reste ma mère. Quand je vais chez elle, j’ai des sketches tous les jours !

«Ce spectacle est plus interactif»

Depuis combien de temps préparez-vous ce nouveau spectacle ?
Cela va faire 2 ans…  Je l’ai déjà joué 100 fois, mais c’est la première fois que je le montre à Toulouse.

Comment votre collaboration avec Josée Fortier s’est-elle passée ? Que vous a-t-elle apporté au niveau professionnel ?
C’était super ! Josée ne savait pas qui j’étais, car elle vivait au Québec. Ce qui est génial quand quelqu’un qui ne vous connaît pas vous prend en charge, c’est qu’il vous considère pour les bonnes raisons. Josée est venue pour travailler avec un artiste et pas un mec connu de la télé. Au niveau professionnel, elle m’a apporté tout ce que je n’avais pas. Isabelle Nanty m’avait déjà beaucoup donné mais Josée m’a permis d’acquérir plus d’assurance. C’est le plus important. C’est pour ça que ce spectacle est plus interactif, il y a beaucoup plus d’improvisations.

Votre dernière prestation sur les planches était en compagnie de Dany Boon dans “Le dîner de cons”. Etes-vous heureux de revenir à un one-man-show ?
Oui, c’est inimaginable ! L’avantage du one-man-show, c’est que ce sont mes textes, je parle à la première personne. Le théâtre, ce n’est pas la même chose : dans “Le dîner de cons”, j’étais Pierre Brochant, au service de Dany, dans un texte écrit par Francis Veber. Rien n’était de moi. Alors que là, sur scène, je peux partir dans des délires avec le public… J’ai joué il y a deux jours (le 21 janvier, ndlr) à Bordeaux, c’était un délire d’un autre monde.

Heureux de revenir à Toulouse

Dans une interview que vous nous aviez accordée en 2009, vous expliquiez que vous étiez sujet à certaines critiques du fait que vous passiez d’animateur à comique. Qu’en est-il aujourd’hui ?
Tout le monde a aimé mon spectacle l’année dernière, et ce fut une surprise. De Télérama, en passant par le Parisien, le Figaro, le Monde… Toute la presse a été unanime sur cette représentation. Cela m’a perturbé au début, je croyais que c’était une caméra cachée ! C’est énorme d’être reconnu en tant que comique, ça n’a pas de prix.

Avez-vous d’autres projets en tête ?
En ce moment, je travaille sur le scénario d’un film porno… Je plaisante, bien sûr ! (rires) J’ai encore une année devant moi à travailler sur ce spectacle. En plus, j’ai lancé une nouvelle émission, genre stand-up, qui s’appelle “Ce soir avec Arthur” sur la chaîne Comédie. Donc, mon prochain projet est de mener tout cela à bien.

Lors de vos derniers spectacles, vous étiez très satisfait du public toulousain. Êtes-vous heureux de le retrouver ?

Super heureux ! Car j’en avais gardé un souvenir magnifique. Il était tellement chaud ce jour-là ! J’avais adoré, adoré, adoré ! Et en plus, la fête continue bien après le spectacle. Je suis allé boire un coup et la moitié de la salle était au même endroit !

Propos recueillis par Céline Galbrun


Le mercredi 16 mars à 20h30
Au Casino Théâtre Barrière


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.