Votre Santé

Dans la tourmente de la crise monétaire mondiale,  l’Etat Français affirme haut et fort que les banques françaises ne seront que peu touchées. Un peu comme lorsque nos dirigeants affirmaient que la radio activité de Tchernobyl ne passerait pas les frontières.
 


Toutes ces informations, plus alarmistes les unes que les autres, permettent de faire passer presque sous silence des informations tout aussi importantes. Je veux parler du énième plan de sauvetage de l’assurance maladie. Tout le monde sait (sauf nos technocrates) que les dépenses de santé sont liées au vieillissement de la population, à l’amélioration de l’offre de soins et à la grande qualité du système de soins français.

Malgré cela, toujours pas de politique de santé, mais uniquement une politique financière de la santé. D’ailleurs c’est le ministre du budget qui présente le plan et pas la ministre de la santé. La logique qui veut que pour faire des économies, il faut moins soigner dirige la réflexion. Le mot d’ordre cette fois-ci étant de ne pas faire payer plus les assurés sociaux, ils ont déjà été ponctionnés par la franchise, l’Etat veut donc faire pression sur les médecins pour qu’ils prescrivent moins et fassent moins d’actes.
C’est d’une logique à toute épreuve, dans cette réflexion, oubliée la prévention qui relève de la politique de santé nationale, oubliée la qualité des soins au dépend du coût. Les Français vont continuer à payer, toujours plus, pour remplir un gouffre qui ne se remplira jamais, et vont devoir être beaucoup moins exigeants sur les soins et les remboursements. Tout le monde le sait, ce système est mort mais personne ne veut prendre la responsabilité de le réformer en  profondeur. Chaque année on nous annonce un déficit abyssal, comme si c’était une surprise, et chaque année après des mesures comptables inutiles, on nous annonce le retour à l’équilibre pour bientôt.
Cette année, avec la crise mondiale, il faut s’attendre à un retour en force du chômage, c’est-à-dire un déficit important de cotisations. Malgré cela le soi-disant plan de sauvetage n’en tient pas compte et va continuer son petit bonhomme de chemin. Dans un an, les ministres nous diront que le déficit est plus profond que prévu, que c’est la faute de ces malades qui profitent largement des soins, qu’il faut réduire encore et encore l’offre de soins, les honoraires des médecins, les remboursements etc.

 


Un jour, vous le verrez, l’assurance maladie n’aura plus assez des cotisations pour payer son fonctionnement et ses déficits, même s’ils ne remboursent plus aucun soin.
Cette année la nouveauté c’est que les mutuelles vont être ponctionnées, personne ne peut croire qu’elles n’augmenteront pas leur prix (surtout avec la crise mondiale qui touche aussi les assurances) c’est à dire que ce sont aussi les assurés qui vont payer. Autre nouveauté, les cotisations sur l’intéressement et la participation. Là encore ce sont les salariés qui paieront, les employeurs déduiront logiquement les charges des sommes à payer. Pas contre pas de cotisation sur les stock options, au cas où ceux qui en touchent deviendraient tout à coup pauvres.
Sur le plan des économies sur la santé, notre gouvernement trouve que trop de scanners sont prescrits. Quand on sait ce que le scanner a apporté aux diagnostics et à leur amélioration, c’est une mesure stupide. Par contre pas un mot sur les remboursements de soins de confort et peu souvent utiles comme les cures thermales par exemple. Mais rassurez-vous ceux, qui ont accès aux soins gratuitement, sans restriction, sans effort et sans contrôle vont continuer à en bénéficier largement.
Comme on peut le voir, ce plan ne va réduire que la qualité des soins et les possibilités d’accès à ces soins aux plus en difficulté. En aucun cas ce plan ne réduira quoi que ce soit du déficit qui sera encore plus grand l’an prochain.

Patrick Crasnier
www.jazzpote.net


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.