Vol en récidive Un mois de prison pour le vol d’un parfum

Vendredi 3 janvier, au Tribunal de Grande Instance de Toulouse a été jugé Mehdi* en comparution immédiate pour une affaire de vol en récidive commis le 2 janvier au centre commercial Géant Casino à Fenouillet. L’audience est ouverte.

 

Mehdi, âgé de 28 ans est arrivé en France il y a deux ans pour « essayer de refaire sa vie. » Il vit à Toulouse de « petits boulots au noir », n’a pas de domicile fixe et ère d’une habitation à l’autre, là où quelqu’un voudra bien l’héberger. Domicilié depuis les Fêtes à Grenade chez une amie, c’est ensemble qu’ils se rendent le 2 janvier à la parfumerie de la galerie marchande du Géant Casino de Fenouillet afin de faire des emplettes. Au moment de quitter les lieux, l’accusé passe devant le portique de sécurité qui se met à bipper. Interpellé par les vendeuses, il réussit à prendre la fuite. Poursuivi sur le parking de la grande surface par des vigiles, il « cache» le parfum volé d’une valeur de 88€ sous une voiture avant de se faire rattraper par ces derniers. Après avoir été en garde à vue, il se présente au tribunal menotté, escorté par deux policiers et accompagné d’un traducteur. « Mon amie est hors de cause, elle n’était pas au courant de mes intentions » explique-t-il à la barre. Le Président, souhaite en savoir davantage sur les ambitions de Mehdi et ses projets, mais l’accusé reste bouche bée. Le traducteur gêné quant à l’attitude de Mehdi  essaye de le raisonner. Il en ressort : « Je ne veux pas continuer à vivre comme cela. » Et poursuit, afin d’essayer de minimiser la sentence : « Je vous promets, Monsieur le Président, je ne réitèrerai pas de tels actes. » Le Procureur, sceptique quant à l’identité de l’accusé « pour manque de garantie », requiert « deux mois d’emprisonnement et un mandat de dépôt. » L’avocat de Mehdi qui a pris connaissance du dossier peu de temps avant l’audience, affirme qu’elle « a peu d’éléments sur la personnalité de son client. » Mais, elle plaide sa cause en insistant sur le fait « que deux mois fermes pour ce style de dossiers est excessif. » Elle mentionne que le parfum volé a été restitué au magasin en parfait état, « la victime n’a aucun préjudice. Je ne pense pas que de mettre mon client en prison va changer quelque chose pour la société, est-ce que cela va changer quelque chose ? Je m’en remets à la sagesse de votre cour Monsieur le Procureur. » Le Président et les magistrats se retirent afin de délibérer…

 

Décision : Accusé coupable : 1 mois de prison ferme avec mandat de dépôt.

 

Elsa Nardari

 

*les prénoms utilisés dans l’article sont des prénoms d’emprunt



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.