Union des maisons françaises: Midi-Pyrénées Des attentes sur les nouvelles normes

Présente sur le Salon de l’Immobilier qui se tiendra du 12 au 14 octobre prochain, au Parc des Expositions de Toulouse, l’Union des maisons françaises Midi-Pyrénées profite de l’occasion pour révéler ses intentions afin de redresser le secteur d’activité, notamment par le passage aux règlementations thermiques 2012.

 

RT 2012. L’acronyme pourrait bien contribuer à la reprise du secteur de la construction mais aussi à son assainissement. En effet, les règlementations thermiques 2012, ou RT 2012, représentent un virage important pour les professionnels de la maison individuelle mais aussi pour les acquéreurs, car le prix du mètre carré risque d’augmenter.

Du côté de l’Union des maisons françaises, les membres se frottent les mains car «le ménage va se faire tout seul dans la profession puisqu’il faudra maintenant justifier d’une attestation d’intention d’obligation de résultats pour pouvoir valider la conformité à la fin des travaux. Ainsi, le savoir-faire de nos adhérents constructeurs  sera reconnu», explique Muriel Degioanni-Dubois, administratrice de l’UMF Midi-Pyrénées. La RT 2012 qui entrera en vigueur au 1er janvier 2013, contraindra donc les constructeurs à la qualité des matériaux. De même, les adhérents UMF seront en mesure de fournir un contrat de construction qui garantit aux acquéreurs la livraison de leur maison à prix et délais convenus ainsi que l’obtention de la labellisation RT2012.

Et les arguments techniques issus de cette règlementation ne manquent pas pour séduire les futurs acheteurs et relancer le marché de la maison individuelle. Celui du bioclimatique par exemple : les constructeurs, par l’orientation du bâtiment, peuvent intervenir sur la consommation d’énergie que le propriétaire fera. Si la profession parvient ainsi à remettre en branle le secteur d’activité, elle devrait pouvoir «réguler les prix du foncier», affirme Muriel Degioanni-Dubois.

 

«Le foncier doit être régulé»

 

Mais du côté de l’acquéreur, le gain engendré par les RT2012 est peut-être moins clair. Tout simplement, en premier lieu, parce qu’il faut déjà pouvoir prétendre à faire construire une maison individuelle. «Les primo-arrivants disparaissent car, les jeunes n’auront plus assez d’apports pour supporter les surcoûts supplémentaires dus au passage aux RT2012 et les banques deviennent de plus en plus consommatrices de garanties. De plus, le marché de l’ancien étant bloqué, la revente des biens peut poser problème», poursuit l’administratrice de l’UMF.

Mais pour tous projets de construction, le terrain reste la principale préoccupation. «La majorité des Toulousains souhaite devenir propriétaire d’une maison neuve en banlieue», certifie Muriel Degioanni-Dubois, et à ce titre «le foncier doit être contrôlé, régulé.» D’ailleurs, le syndicat de constructeurs se place en opposition face aux pouvoirs publics quant au Schéma de cohérence territoriale et ne compte donc pas sur une indulgence de la part de ces derniers pour redresser la situation.

En revanche, les adhérents de l’UMF s’organisent et pensent donc trouver leur salut dans les RT2012 ainsi que dans les travaux de thermo-rénovation qu’ils vont automatiquement engendrer. «Qui sera le mieux placé pour rénover que ceux qui ont construit ? Un nouveau marché s’ouvre ainsi devant nous» se réjouit l’administratrice de l’UMF, qui compte bien en profiter.

 

Séverine Sarrat

 

Repères

En Midi-Pyrénées, les autorisations de logements individuels  par rapport à la même période en 2011 ont chuté de 3.1% quand 42.7% de maisons ont été mises en chantier en sept mois sur 2012.

Dans le Grand Sud-Ouest, les ventes de maisons individuelles enregistrent un repli de 16.5%.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.