Toulouse glisse t-elle dans la délinquance ?

La préfecture de Haute-Garonne a présenté les derniers chiffres de la délinquance dans le département. Dans un contexte de crise économique et de forte expansion démographique locale, les atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes enregistrent une hausse importante en Haute-Garonne. Une hausse que l’on retrouve aussi à l’échelle nationale. Toulouse glisse-t-elle doucement dans la violence ? Enquête. Par Marie-Agnès Espa

« Nous vivons dans une société de plus en plus violente » annonce Michel Valet, procureur de la République de Toulouse à l’occasion de la communication du bilan de la délinquance en 2012 de la préfecture de Haute-Garonne. Une année marquée par une augmentation de 10.43% des atteintes volontaires à l’intégrité physiques(AVIP), une évolution plus significative du côté des services de gendarmerie qui enregistrent une hausse de 21.08% (+7.02% du côté des forces de police). Alors qu’en 2011, en Haute-Garonne, les violences physiques crapuleuses étaient en recul de 7.12%, en 2012, elles augmentent de 16.93%. Des gestes qualifiés « d’insupportables » par le Préfet de Haute-Garonne, Henri-Michel Comet qui précise que « les victimes sont majoritairement féminines ». Il s’agit de vols à l’arrachée de bijoux, de sacs à main, de téléphones portables… Autant de violences aux personnes qui sont le point noir du bilan départemental mais aussi national (avec là, une augmentation de 8.9%) et dont l’écho se retrouve au Parquet : « il y a une augmentation des comparutions immédiates de 15% entre 2011 et 2012 » précise Michel Valet. Autre phénomène observé au chapitre de la délinquance, « un glissement de la délinquance de l’urbain vers le rural » toujours selon le Procureur de Toulouse. En revanche, les données de géolocalisation de la délinquance ne sont pas communiquées au cours de la présentation du bilan. Selon le préfet, les armes sont de plus en plus utilisées lors des faits de violence crapuleuse, notamment des armes blanches.

 

Des progrès sur la prévention

Nuançant ce bilan, la mise en place en 2012 du système PULSAR au sein des services de gendarmerie. Il s’agit d’un nouveau mode de décompte des infractions qui pour Henri-Michel Comet implique « une rupture statistique, que nous retrouverons lorsque la police l’adoptera en 2014». De même, le changement du système d’observation opéré toujours selon le préfet, par le Ministre de l’Intérieur Manuel Valls. Enfin, Henri-Michel Comet se félicite de la progression des actions de prévention engagées Place Saint-Pierre (35 actions en 2012) en coopération avec les collectivités territoriales et les progrès concernant l’accueil des victimes.

 

En 2013, priorité sera donnée à la lutte contre les violences physiques, crapuleuses comme intrafamiliale, à la lutte contre le trafic de stupéfiants, la mise en action des Zones de Sécurité Prioritaires (voir notre édition du 22 novembre 2012 : «Deux ZSP à Toulouse : et après ? »).

Du côté des Syndicats de Police

Deux représentants de syndicats de Police, Didier Martinez secrétaire régional de l’Unité Syndicat Général de la Police Force Ouvrière (unité SGP-FO) et David Portes secrétaire de la zone Sud-Ouest de la Fédération Professionnelle Indépendante de la Police (FPIP) commentent ce bilan.

Pour Didier Martinez, l’augmentation des atteintes volontaires à l’intégrité physique « traduit le sentiment d’insécurité de la population. L’augmentation de 7% en zone Police est très significative car les faits constatés sont des faits rapportés. Nous savons aussi que beaucoup de gens ne déposent pas plainte lorsqu’ils voient quarante personnes en attente dans le hall pour signaler quelque chose. Cela nous amène à penser que la hausse est bien réelle. Elle est inquiétante, crapuleuse et gratuite. Sur la voie publique, on s’en prend à des personnes vulnérables qui ont des téléphones portables, des bijoux ou de l’argent et les agresseurs n’hésitent pas à porter des coups pour commettre le vol. Nous voulons endiguer ce fléau et que la Police soit vraiment en capacité de faire son travail pour faire baisser la délinquance». Un constat sans fard, une envie de faire plus et mieux. Pour David Portes, les violences aux personnes seraient aussi liées au trafic de drogue : « avec la création des Zones de Sécurité Prioritaires, on pourrait améliorer la situation mais il nous faut plus de moyens et un apport en personnel. »

 

L’autorité prise pour cible dans certains quartiers

Un autre axe de travail soutenu par la FPIP serait la « création d’un groupe d’enquête pour lutter contre l’économie souterraine ». Selon David Portes, « une réflexion est actuellement en cours au niveau de la direction pour établir des mesures qui puissent apporter des améliorations, tout cela en lien avec la création des ZSP ». Une autre proposition énoncée par David Portes serait la « création d’une Brigade Anti Criminalité (BAC) de jour au Mirail, même si cela n’est pas faisable actuellement car nous n’avons pas les effectifs nécessaires ». Cette hausse de la délinquance est bel et bien constatée sur le terrain par les forces de Police qui essuient également, eux-mêmes, une forme de « violence urbaine». Si dans le cadre de cette catégorie d’infractions, le nombre de voitures brûlées n’a jamais été aussi bas, le « caillassage » des forces de Police, mais pas uniquement, connaît une recrudescence. Comme l’expliquent les deux représentants syndicaux, le phénomène a commencé avec la Police et s’étend aujourd’hui aux Pompiers, aux travailleurs sociaux, aux médecins…  « Tout ce qui représente l’autorité publique et de l’Etat dans certains quartiers est immédiatement pris pour cible et malmené » explique Didier Martinez.

Pour toutes les personnes rencontrées au cours de cette enquête, l’augmentation des agressions violentes et crapuleuses à la personne n’est pas à prendre à la légère. La création des Zones de Sécurité Prioritaires à Toulouse au Mirail et aux Izards paraît être un élément de réponse, une « méthode qui améliorerait la lutte contre la délinquance» comme le précise le préfet Henri-Michel Comet. Mais, selon l’expression employée par David Portes « que vaut une recette si vous n’avez pas les ingrédients ? » Ce qui est certain à l’heure actuelle, c’est qu’un éventuel renfort d’effectifs n’est envisageable qu’à partir de 2014, après l’année de formation des élèves. En attendant…

 

 

La population carcérale Toulouse-Seysses

Au 29 décembre 2012, la population carcérale du centre pénitentiaire de Toulouse Seysses était de 994 détenus effectivement incarcérés pour une capacité de 780.

 

=

Cambriolages

Avec une très légère hausse de 0.14% les cambriolages étaient dans les priorités 2012 des forces de police. En 2011, ils ont fait un bond de 43.32% dans le département. La hausse est toutefois de près de 4% en zone gendarmerie.

Infractions économiques et financières

Une chute de 16.44% pour les infractions économiques et financières, due selon le Ministre de l’Intérieur Manuel Valls, « au changement des modes d’enregistrement en août 2011 »

Violences urbaines

Une baisse de 20.83% pour les violences urbaines en 2012. La Haute-Garonne est passée en dessous du seuil des 1 000 véhicules brûlés l’an dernier. Toutefois, le préfet souligne une augmentation des jets de projectiles sur les véhicules de police.

+

Interpellations et saisies de stupéfiants

Tous les services s’accordent à constater une augmentation des interpellations de trafiquants et une augmentation des saisies. Par exemple la valeur des saisies à la SRPJ en 2011 s’élève à 550 000€ et en 2012, à 1.65 million d’euros.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.