Un thriller aux frontières du réel

Elle est scénariste, lui est philosophe. Elisabeth Barrière et Denis Marquet ont coécrit un thriller original, aux confins du fantastique
et du paranormal “Mortelle Eternité”. Deux talents conjugués pour un suspense haletant, à découvrir cet été !
Elisabeth Barrière, comment avez-vous rencontré Denis Marquet avant de décider de coécrire un thriller ?
Nous nous connaissons personnellement depuis très longtemps, de l’époque où nous étions en prépa ensemble au Lycée du Parc à Paris. Je suis scénariste pour la télévision et le cinéma, Denis est romancier et philosophe, et nous avons toujours eu envie de rassembler nos deux univers. L’idée de coécrire un livre est venue très tôt.

Pourquoi avoir choisi le thriller et cette orientation paranormale ?
Cet univers du paranormal, du fantastique et de l’anticipation nous appartient. Ce livre est un thriller car il y a une enquête sur des meurtres mais tout le côté paranormal, de par l’intrigue, est évident. L’idée de départ reste cette histoire de jeune femme qui vient demander de l’aide à l’inspecteur Mulligan alors qu’elle est sensée être morte, d’après l’autopsie de son corps.

Pourquoi les Etats-Unis comme unité de lieu ?
Un thème parcourt tout le livre et reste central dans le personnage de Mulligan : la contradiction entre le respect de la loi et la justice rendue. En plaçant l’histoire dans un pays comme les Etats-Unis où le droit est très procédurier, nous étions en plein dans cette problématique. La figure de révolté de l’inspecteur Mulligan, qui flirte franchement avec l’illégalité pour faire respecter la justice, ne peut être qu’américaine. Sa coéquipière, par contre, est beaucoup plus lisse. Son père est d’ailleurs un avocat qui représente la loi tout en dévoyant la justice.

 

Une sorte d’inspecteur Harry

Comment fait-on pour écrire à deux mains ?
Nous sommes complémentaires car je possède une écriture très visuelle de par mon parcours dans le cinéma. La construction d’une histoire à suspens avec la figure du méchant, c’est mon rayon. Et Denis, de par sa formation, a plus travaillé sur le côté métaphysique. Pour ce qui est de l’écriture, nous avons beaucoup parlé et travaillé à l’oral en prenant des notes. Nous avons écrit le synopsis, une soixantaine de pages. Tout était planifié. Mais il est certain que j’ai dû apporter beaucoup dans la figure féminine d’Ann et Denis dans les personnages masculins.

On retrouve dans ce livre votre touche personnelle : le personnage de Jeff Mulligan est très cinématographique. C’est l’antihéros américain…
C’est une sorte d’inspecteur Harry, une brute qui a quand même le respect de la justice. C’est quelqu’un de très efficace mais détesté par ses collègues et la Pègre. Il n’a peur de rien mais, à la différence d’Harry, il va arriver à Jeff une expérience inédite et complètement en rupture avec son univers. Il va rencontrer l’objet de sa véritable peur.

 

Susciter la réflexion

Les principes scientifiques que vous avancez sont-ils exacts ?
Il y a un gros travail de documentation afin de savoir où en est la recherche scientifique qui veut toujours repousser les limites du temps. Nous avons beaucoup travaillé là-dessus et de nombreuses choses sont exactes dans le livre même si nous laissons planer le doute à la fin.

Au-delà du thriller, on sent la volonté d’écrire un roman aux accents philosophiques avec les thèmes du temps, de la vie après la mort…
Ces thèmes-là nous touchent tous les deux. Nous avons des obsessions communes, en particulier celles de la bioéthique et de la hantise. C’était très important de susciter le questionnement chez le lecteur sans apporter des réponses. Nous aimons les réflexions mais pas beaucoup les réponses !

Pensez-vous écrire un autre livre ensemble ?
Je pense que l’inspecteur Mulligan va revenir même si, au départ, nous n’avions pas planifié de personnages récurrents. Mais nous nous sommes attachés aux protagonistes et nous avons envie de les revoir dans de nouvelles enquêtes.

Propos recueillis par Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.